Obetia tenax (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Obetia tenax (N.E.Br.) Friis


Protologue: Kew Bull. 38: 226 (1983).
Famille: Urticaceae

Synonymes

  • Urera tenax N.E.Br. (1888).

Noms vernaculaires

  • Tree nettle, mountain nettle, rock tree nettle (En).

Origine et répartition géographique

On rencontre Obetia radula au Botswana, au Zimbabwe, au Mozambique, en Afrique du Sud et au Swaziland.

Usages

L’écorce produit une fibre dont on fabrique des cordages, des filets et des nattes résistants. Elle sert en outre à la couverture des toitures. Les feuilles se cuisent comme un légume vert (souvent en mélange avec celles de Pouzolzia mixta Solms) et se consomment avec de la bouillie. La racine réduite en pâte s’applique sur les morsures de serpent.

Propriétés

La fibre de l’écorce est solide. Le bois, tendre et fibreux, a une moelle spongieuse ou un centre creux. Le contact avec les poils urticants provoque d’intenses démangeaisons et brûlures et peut donner lieu à des cloques sur la peau.

Description

Arbuste ou petit arbre caducifolié atteignant 5(–7) m de haut, probablement dioïque ; écorce externe brun violacé à grise, souvent striée longitudinalement, grandes cicatrices foliaires présentes ; jeunes rameaux densément couverts de poils urticants. Feuilles alternes, simples ; stipules libres, latérales, lancéolées, de 4–8 mm × 1–2,5 mm, apex longuement acuminé, glabre ; pétiole jusqu’à 14 cm de long, à poils urticants ; limbe ovale à presque circulaire, parfois légèrement 3-lobé, de 3,5–15(–17) cm × 3–11,5(–19) cm, base largement cordée, tronquée ou arrondie, apex arrondi, aigu ou largement acuminé, bord grossièrement denté, face supérieure à poils urticants et quelque poils raides, face inférieure à poils raides disséminés et poils urticants le long des nervures. Inflorescence : panicule axillaire très ramifiée, atteignant 10 cm de long, à nombreux poils urticants. Fleurs unisexuées, très petites, blanchâtres à vert jaunâtre ; fleurs mâles en inflorescences denses, régulières, 5-mères, pédicellées, de 1–2 mm de diamètre, tépales le plus souvent à poils urticants, ovaire rudimentaire présent ; fleurs femelles solitaires ou en petits glomérules le long des axes et des rameaux de l’inflorescence, 4-mères, courtement pédicellées, d’environ 1 mm de long, paire externe de tépales plus petite que la paire interne, les deux paires devenant finement membraneuses, glabres, ovaire supère, ovoïde, staminodes absents. Fruit : akène d’environ 1,5 mm de long, comprimé, ocre à brun, enfermé par le périanthe membraneux persistant.

Obetia tenax fleurit en août–septembre et fructifie en octobre–novembre.

Le genre Obetia comprend 8 espèces, réparties dans l’est de l’Afrique centrale, en Afrique de l’Est, en Afrique australe et dans les îles de l’océan Indien, généralement dans les milieux secs.

Ecologie

Obetia tenax est présent depuis le niveau de la mer jusqu’à 1800 m d’altitude, dans les brousses décidues, à des endroits rocailleux.

Ressources génétiques

On ignore si Obetia tenax est menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Obetia tenax est une utile source locale de fibres pour les cordages. On manque de données précises sur les propriétés de ses fibres, ce qui rend difficile d’évaluer les perspectives de cette espèce. La présence de poils urticants rend les manipulations de la plante difficiles.

Références principales

  • Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
  • Friis, I., 1991. Urticaceae. In: Launert, E. & Pope, G.V. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 9, part 6. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 79–116.
  • Friis, I. & Immelman, K.L., 2001. Urticaceae. In: Germishuizen, G. (Editor). Flora of southern Africa. Volume 9. National Botanical Institute, Pretoria, South Africa. 36 pp.
  • van Wyk, B. & van Wyk, P., 1997. Field guide to trees of southern Africa. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 536 pp.

Autres références

  • Cavendish, W., 1999. The complexity of the commons: environmental resource demands in rural Zimbabwe. The Centre for the Study of African Economies Working Paper Series. Working Paper 92. 52 pp.
  • CJB & SANBI, 2006. African Flowering Plants Database. [Internet] Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève (CJB) and South African National Biodiversity Institute (SANBI), Pretoria, South Africa. http://www.ville-ge.ch/ cjb/bd/africa/ index.php. March 2009.
  • Friis, I., 1983. A synopsis of Obetia (Urticaceae). Kew Bulletin 38(2): 221–228.
  • Hyde, M.A. & Wursten, B., 2009. Urticaceae. [Internet ] Flora of Zimbabwe. http://www.zimbabweflora.co.zw/ speciesdata/ family.php?family_id=227. March 2009.
  • Loffler, L. & Loffler, P., 2005. Swaziland tree atlas. Southern African Botanical Diversity Network Report No 38. SABONET, Pretoria, South Africa. 188 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Shackleton, S.E., Dzerefos, C.M., Shackleton, C.M. & Mathabela, F.R., 1998. Use and trading of wild edible herbs in the central lowveld savanna region, South Africa. Economic Botany 52(3): 251–259.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Auteur(s)

  • M. Brink, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 16 juillet 2021.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.