Micropholis guyanensis (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Manilkara bidentata
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Pouteria dussiana
Planche 227 : SAPOTACEAE. IV. Micropholis guyanensis. A. Rameau fleuri. B. Rameau fructifié. C. Feuille. D. Plantule. E. Écorce (coupe transversale).

[774]

Micropholis guyanensis (A. DC.) Pierre Not. Bot. : 40 (1891).

Basionyme : Sideroxylon guyanense A. DC. in DC., Prodr. 8 : 182 (1844).

Synonymes : Micropholis chrysophylloides Pierre (1891) ; Micropholis balata Pierre (1904) ; Pouteria chrysophylloides (Pierre) STEHLÉ 1943. Pour plus de détail, voir HOWARD 1989, vol. 6 : 61-62.

Noms vernaculaires : Créole : Fey dowé (Ste-Lucie). Fr : Kaimitier bois (Guadeloupe) ; Bois à Rames (Martinique) ; Sapotillier bâtard, Caimitier bâtard (Duvallon, Service Forestier, Guadeloupe) ; aussi Sapotillier marron (confusion avec Pouteria pallida) ; Caimite (Dominique) ; Feuille dorée (Ste-Lucie). A : Wild star appel ; Wild apple (St Vincent) ; Wild mango (Montserrat) ; Pan mango (Nevis) ; aussi Wild nutmeg (St Vincent). Esp : Caimitillo, Mesa (Puerto Rico).

Description : Arbre dépassant 30 m de haut et 70 cm de diamètre (Sofaia, Guadeloupe), « énorme » d’après DUSS. Pied : variable : petites pattes (diamètre 46 cm) ou 4 grands contreforts aliformes à 60° (diamètre 23 cm) à dos étroit, rouge brique ; (certains pieds ont des racines aériennes ou un chevelu) ; sur diamètre de 70 cm : nombreuses pattes aliformes jusqu’à 1 m. Écorce : épaisseur totale 4 mm pour un diamètre de 40 cm, 6-7 mm sur un diamètre de 46 cm. Aspect externe : brun rouge (hématite) à marron ; sublisse ; liège mince ; démasclé : carmin vergeté orange. Écorce vivante : tranche orange grossièrement stratifiée ; section transversale : partie externe mince, grumeleuse, orange, rares rayons élargis ; zone moyenne, rose fibreuse, rayons fins serrés et rayons plus larges, d’égale largeur dans toute la section ; zone interne blanchâtre. Latex blanc à crémeux. Aubier : jaune clair, grain fin, rayons invisibles ; parenchyme en bandes fines, serrées, parallèles. Feuilles : elliptiques, 8-14 × 3-5 cm, en coin à la base, parfois en cuiller ; très nombreuses nervures secondaires parallèles, serrées, faiblement marquées à la face inférieure ; consistance de cuir ; tomentum mat, non mordoré, roux ou fauve-blanchâtre à la face inférieure ; latex ; bourgeon en lancette ferrugineux. Fleurs : axillaires, sur rameau, petites (2-4 mm), isolées, portées par pédicelle grêle de 3-8 mm. Fruits : ellipsoïdes à fusiformes, d’env. 4 × 1,5 cm ; 1 seule graine aplatie, avec hile linéaire sur toute la longueur, brillante et brune. Phénologie : sempervirent. Fleurs en avril, mai août. Fruits en janvier, avril. Habitat : assez commun en forêt dense et d’altitude entre 250 m et 950 m. Tempérament : hygrosciaphile. Plantule : Type I. La face inférieure des cotylédons d’une teinte vert jaune, laisse apparaître les nervures. La nervure principale est très saillante à la face supérieure. La face inférieure des feuilles est blanc satiné. Les nervures peu visibles à la face supérieure sombre, se voient davantage à la face inférieure. Le bourgeon apical et la base des pétioles des jeunes feuilles sont couverts d’un duvet brun-roux. La plantule contient un latex blanc.

Usages : Arbre de chasse (à St Vincent pour les perroquets). Les chauves-souris mangent les fruits (Duvallon, Service Forestier, Guadeloupe).

Distribution générale : Puerto Rico, Petites Antilles, Trinidad, Costa Rica, Panama, Colombie, Vénézuéla, Guyanes, Brésil, Pérou.

Distribution aux Petites Antilles : St Kitts, Nevis, Antigua, Montserrat, Guadeloupe (Basse-Terre), Dominique, Martinique, Ste-Lucie, St Vincent, Grenade.

Matériel examiné : BT : BARRIER 2470, Forêt de Crème, 700 m (GUAD) ; BARRIER 3064, Trace des Crêtes, 500-600 m (GUAD) ; DUSS 3379, s.loc. (P) ; ROLLET 210, Forêt de Choisy, 300-450 m (GUAD) ; ROLLET 286, 979, 998, 1037, Trace des Crêtes, 530-650 m (GUAD) ; ROLLET 1003, entrée Trace Karukera, Chutes du Carbet, 570 m (GUAD) ; ROLLET 1009, Trace Karukera, 700 m (GUAD) ; ROLLET 1312, 1313, Sofaia, 400 m ; ROLLET 1222, Trace Victor HUGHES, 950 m (GUAD) ; SICRE 30, s.loc. (P). M : DUSS 268, Alma (P) ; ROLLET 548, Plateau Concorde, 550-600 m (GUAD) ; STEHLÉ 6056, Deux Choux, 600 m (P) ; STEHLÉ 6159, Pitons, Carbet, 1000 m (P). SL : HUC 1345, Barre de l’Isle, 300 m (GUAD) ; RAMAGE s.n., Fond St Jacques (P). Gr : HUC 1134, Grand-Étang, 360 m (GUAD). SV : EGGERS 6778bis, Mount Saint Andrews (P) ; SMITH 1753, s.loc. (P).

Observations : SK : pente Sud South Range, 200-550 m (FIARD & ROLLET). BT : Marolles, 200 m ; Maison de la Forêt, 250 m (ROLLET) ; Bois inférieurs de Bains Jaunes, Gommier, Matouba, Pointe Noire, entre 400 et 700 m (DUSS). M : Çà et là sur les hauteurs de Case Pilote-Fontaine Absalon (DUSS). Morne Larcher (FOURNET). Morne Man Roy, 600 m ; Trace Absalon-Crête Duclos, 550-600 m ; Base Morne Platine-Rivière Le Lorrain, 200 m ; Anse Couleuvre, 450-480 m ; entre Grand Rivière et Anse Céron, 400 m (FIARD & ROLLET). SL : Piton Flore, 360 m (V. Slane). Chassin à l’Est de Castries, 300 m ; Quilesse, 450 m ; Grand Magazin, 500 m (ROLLET). SV : Hermitage, 250 m ; Fenton Mountain, Sud de Mayorca, 300-400 m ; Vermont Trail, 400-450 m ; South River (ROLLET).

Bibliographie : (*Iconographie) : BEARD 1944, 1949 ; BRITTON & WILSON 1925 ; DUSS 1897 ; FOURNET 1978 ; HOWARD 1989* ; LITTLE & WADSWORTH 1964* .

Note : On peut hésiter entre les feuilles de Manilkara, Pouteria (sur jeune plant) et Micropholis ; Manilkara a la feuille à apex très rond, même émarginé, face inférieure mordorée, face supérieure carmin sur vieille feuille ; Pouteria adulte a la feuille orbiculaire épaisse, petite, moins de 10 cm de long ; la feuille jeune peut ressembler à Manilkara mais le tomentum, à la face inférieure, est terne blanchâtre et il y a souvent un léger acumen ; les feuilles de Micropholis ont des nervures fines, serrées, parallèles, moins nombreuses que chez Pouteria.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)
  • 11-25-26-28-50-51-55-59-68-69 (Voir la signification des codes)
  • Bois parfait beige clair très légèrement rosé, non différencié de l’aubier, à grain fin, maille non perceptible, relativement dur et lourd (0,80-0,90 g/cm3).
  • Pores disséminés, isolés ou accolés radialement par 2 ou 3, au nombre de 15 à 20 par mm2, indistincts à l’œil nu (diamètre moyen d’environ 80 μm), souvent obstrués par des thylles, parfois par des dépôts vitreux blanchâtres. Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de l’ordre de 3 ou 4 μm.
  • Parenchyme en fines lignes tangentielles au nombre de 5 ou 6 par mm. Files de cellules composées généralement de 4 éléments.
  • Rayons en majorité 2-sériés, au nombre de 8 à 10 par mm, de structure homogène : cellules couchées au centre et 2 à 8 rangées de cellules carrées et légèrement dressées aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires grosses et plus ou moins allongées. Présence de corpuscules de silice de taille variable.
  • Fibres à ponctuations simples.