Melia azedarach (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Carapa procera
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Monimiaceae


[573]

Melia azedarach L.

Noms vernaculaires : Lilas du pays, Lilas des Indes, Lilas mauve, Lilas du Japon (Guadeloupe, Martinique) ; Lilas (Haïti) ; China berry (St Vincent, Ste-Lucie, Puerto Rico) ; West Indian lilac ; Bead tree (Jamaïque, Trinidad).

Origines : Asie de l’Iran à la Chine. Petit arbre introduit, cultivé et souvent naturalisé dans la plupart des îles.

Description : Feuilles alternes bi-imparipennées à folioles dentées, lancéolées, opposées, caduques. Fleurs rose-mauve, odorantes, toute l’année. Fruits : drupe jaune toxique en panicules pendantes. Rameaux cassants.

Usages : Ornemental, arbre d’ombrage. Écorce et racine vermifuge ; alcaloïdes différents dans les feuilles et fruits (MARTIN & RUBERTÉ) toxiques pour les chiens et les porcs ; bois de chauffage.

Bibliographie : (*Iconographie ; **couleur). DUSS, 126-127 ; FOURNET* ; LITTLE & WADSWORTH 1964* ; LITTLE and al. 1967* ; HONYCHURCH* 1980 ; FAWCETT & RENDLE 1920 ; BRITTON & WILSON 1924 ; GOODING and al. 1965 ; PENNINGTON & SARUKHAN 1968 ; MARTIN & RUBERTÉ 1979 ; LE CORRE & EXBRAYAT** 1985 ; LIOGIER* 1985 ; HOWARD* 1988. Nombreuses références in Index Londinensis 1929 et 1941.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)
  • 3-5-17-19-20-22-27-48-(51)-54-57-58-66-70 (Voir la signification des codes)
  • Bois parfait beige rose à brun rose, différencié de l’aubier blanc jaunâtre, à grain plutôt grossier, maille fine mais distincte, tendre et léger (0,55-0,65 g/cm3).
  • Pores formant une zone poreuse, gros (diamètre de 170 à 250 μm) en début d’accroissement, puis moyens (120-150 μm) et disséminés, puis très fins en disposition ulmiforme ou en files obliques dans la fin de l’accroissement, au nombre moyen de 6 à 8 par mm2, obstrués par des dépôts brun-rouge. Présence d’épaississements spiralés dans les petits vaisseaux du bois final. Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de l’ordre de 6 μm.
  • Parenchyme en lignes en limite d’accroissement et en manchon autour des pores ou groupes de petits pores. Files de cellules composées de 4 à 8 éléments, parfois recloisonnés et cristallifères.
  • Rayons 4- à 6-sériés, au nombre de 4 ou 5 par mm, de structure homogène. Ponctuations radiovasculaires identiques en taille aux intervasculaires.
  • Fibres à ponctuations simples.