Manilkara bidentata (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Chrysophyllum argenteum
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Micropholis guyanensis
Planche 226 : SAPOTACEAE. III. Manilkara bidentata. A. Rameau fructifié. B. Rameau fleuri. C. Feuille. D. Plantule. E. Écorce (coupe transversale).

[772]

Manilkara bidentata (A. DC.) A. Chev. Rev. Int. Bot. Appl. Agric. Trop. 12 : 270 (1932).

Basionyme : Mimusops bidentata A. DC. in DC., Prodr. 8 : 204 (1844).

Synonymes : Mimusops sieberi A. DC. (1844) ; Mimusops dissecta sensu Griseb. (1861) ; Mimusops riedleana Pierre (1897) ; Mimusops balata (Aublet) Pierre var. sieberi (A. DC.) Pierre (1904).

Noms vernaculaires : Caraïbe : Balata. Fr : Bois noir, Bois négresse, Sapotillier marron, Balata rouge (Guadeloupe) ; Balata (Martinique) ; Balata (Trinidad) ; Balata (Dominique, Ste-Lucie) ; Balata rouge, Balata franc (Guyane française). A : Bully tree (Barbade) ; Bullet wood (Puerto Rico) ; Bullet (Grenade). Esp : Balata, Acana (Puerto Rico).

Description : Grand arbre atteignant 35 m de haut (45 m selon MARSHALL) et (rarement) 1,50 m de diamètre. Pied : pas de pattes sur petits diamètres (24 cm) ; grosses pattes à dos large, arrondi jusqu’à 0,4 m de haut sur gros diamètres (55-63 cm). Écorce : épaisseur totale 5 mm (pour un diamètre de 24 cm ; 13 mm pour un diamètre de 55 cm). Aspect externe : forme de jeunesse beige, sublisse, avec profondes fissures en quinconce (en lentilles ou coques de bateau) ; sur gros diamètres fissures longitudinales profondes, anastomosées, en face des rayons élargis en entonnoir. Écorce vivante : tranche rose à structure peu distincte ; rares rayons élargis en entonnoir, blancs ; tiretés carmin en quinconce dans toute la masse ; zone interne : 1-2 mm, jaune safran à l’état sec. Ensemble plutôt fibreux. Latex blanc assez abondant, poisseux. Aubier : jaune carmin, rayons invisibles ; parenchyme en bandes parallèles fines, serrées. Rameaux : nervillés ; ramification sympodiale. Feuilles : groupées en bout de rameau, en hélice, alternes, 10-25 × 4-10 cm, spatulées, obovales en coin à la base, rondes ou un peu émarginées à l’apex ; consistance de cuir ; nervures secondaires fines, serrées, peu visibles à la face supérieure ; face inférieure mordorée ; pétiole 2-3 cm, nervillé ; vieilles feuilles carmin. Fleurs : ramiflores, 3-10 aux aisselles des feuilles supérieures, très odorantes ; corolle blanche. Fruits : ovoïdes, env. 3 cm de long, à 1 seule graine de 20-25 mm avec un hile (cicatrice) de 10 × 3 mm. Phénologie : sempervirent. Fleurs en juin-juillet, septembre. Fruits de janvier à mai. Habitat : forêt semi-décidue (aussi forêt sèche) et base de la forêt dense entre 0 et 500 m ; commun sur hauteurs pierreuses. Tempérament : graines disséminées par les animaux ; semis broutés ; germination faible ; croissance lente ; bien que l’espèce ait une assez grande plasticité pour l’humidité et soit sciaphile, il y a peu de régénération ; il faut une ouverture du couvert pour un développement normal. Plantule : Type I. Cotylédons foliacés à nervation palmée et diffuse. Feuilles relativement larges, à nervation parallèle. La face inférieure des feuilles et des cotylédons est glabre, d’un vert pâle. La face supérieure des cotylédons est sombre. Les nervures cotylédonaires représentées sur l’illustration sont peu apparentes. On ne distingue spontanément que la nervure principale jaunâtre et la base des nervures divergeant en faisceau à partir du pétiole.

Usages : Bois brun foncé rougeâtre, fonce en séchant ; grain fin, toucher huileux, lourd (d = 0,93), dur, durable ; très résistant aux termites et aux champignons, faiblement aux tarets ; difficile à sécher ; travail facile sur bois vert ; difficile à clouer. Construction lourde, charronnage, outils agricoles, bateaux (quilles, pièces submergées, membrures), meubles, poteaux, perches, manches, planchers, ponts (Lang, LONGWOOD, BROOKS et al., FRASER). Fruits comestibles par les Caraïbes de Dominique qui utilisent aussi le bois (HODGE & TAYLOR). Latex : était très utilisé pour les courroies de transmission, les semelles de chaussures.

Distribution générale : Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Trinidad, du Panama au Vénézuéla, aux trois Guyanes et au Brésil, Pérou.

Distribution aux Petites Antilles : Guadeloupe (Basse-Terre, Grande-Terre), Dominique, Martinique, Ste- Lucie, St Vincent, Barbade, Grenade. Semble avoir disparu de Barbuda.

Matériel examiné : BT : BARRIER 2354, Forêt Choisy, 300-400 m (GUAD) ; ROLLET 641, Trace des Mamelles à Bois Mahler, 420 m (GUAD) ; ROLLET 1318, Morne Mazeau, 500 m (GUAD) ; ROLLET 1546, Baie Mahault près Fond Manche à eau, 0 m (GUAD) ; ROUSTEAU 311, Pradel Deshaies, 50 m (GUAD) ; ROUSTEAU 323, Morne Bois d’Inde, 340 m (GUAD) ; TANDY 119, Morne Bois d’Inde, 270 m (GUAD). D : NICOLSON and al. citent 5 récoltes. M : ROLLET 1620, Morne Gardier, vers le sommet, 350 m (GUAD). B : EGGERS 7260, New Castle Wood et Turner’s Hall (P) ; ROLLET 1562, Turner’s Hall, 200-250 m, jeunes sujets de 3-5 m de haut et 15 cm de diamètre.

Observations : BT : Endroits secs, Houëlmont, Morne Goblin, Hauteurs Vieux-Habitants ; rare vers Matouba-Bains Jaunes (DUSS). D : Entre Roseau et Marigot (ROLLET). M : Hauteurs Rivière Salée, La Régale (DUSS). Anse Couleuvre, 300 m ; Morne Jeannette, 400 m ; Pente le Prêcheur, 200 m (FIARD & ROLLET). SL : Chassin, 300 m (ROLLET). B : subsiste seulement à Turner’s Hall (GOODING and al., CARRINGTON).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : Anon 1953a ; BEARD 1944, 1949 ; BRITTON & WILSON 1925 ; BROOKS et al 1941 ; CARRINGTON 1993 ; CHEVALIER


[774]

1932 ; DUSS 1897 ; FIARD 1992** ; FOUQUÉ 1972 ; FOURNET 1978* ; Fraser 1957 ; GOODING and al. 1965 ; GRANDMAISON & col 1987** ; HODGE & TAYLOR 1957 ; HOWARD 1989* ; LANG 1954 ; LONGWOOD 1962 ; LITTLE & WADSWORTH 1964* ; MARSHALL 1939* .

Note : Il y a des espèces très voisines en Amérique du Sud, et à l’intérieur de l’espèce des variétés (CHEVALIER), au Vénézuéla, à Trinidad et aux Antilles.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)

Manilkara bidentata, Manilkara zapota :

  • Bois parfait brun rouge sombre, différencié de l’aubier beige ou jaunâtre, à grain fin, maille peu visible, très dur et très lourd (0,90 à 1,15g/cm3).
  • Pores non uniformément disséminés, tendant à former de courtes files radiales, isolés ou accolés radialement par 2 à 4, au nombre de 15 à 25 par mm2, souvent obstrués par des thylles. Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de l’ordre de 6 ou 7 μm.
  • Parenchyme en lignes tangentielles légèrement sinueuses (5 à 7 par mm). Files de cellules composées de 4 à 8 éléments, parfois recloisonnés et cristallifères (cristaux par 2, 4 ou en chaînes).
  • Rayons 2-sériés en général, au nombre de 10 à 13 par mm, de structure hétérogène : cellules couchées au centre et 2 à 4 (6) rangées de cellules carrées et dressées aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires souvent grosses et allongées. Présence sporadique de cristaux.
  • Fibres à ponctuations simples.