Magnolia champaca

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Magnolia champaca
(L.) Baill. ex Pierre

alt=Description de l'image Magnolia champaca var. alba.JPG.
fleurs blanches
Ordre Magnoliales
Famille Magnoliaceae
Genre Magnolia

2n =

Origine :

sauvage et cultivé

Français
Anglais


Résumé des usages
  • cosmétique, parfumerie
  • rituel, symbolique
  • médicinal : feuilles, fleurs, écorce, racine


Description

Magnolia champaca et Magnolia alba sont tantôt considérés comme appartenant à la même espèce, tantôt comme étant deux variétés de la même espèce. C est un arbre de taille moyenne, voire un arbuste, aux feuilles lancéolées et aux fleurs axillaires solitaires, très odorantes dont les pétales à l’aspect cireux sont d’un blanc crémeux (variété alba) ou orange. Les fruits déhiscents dont les graines restent suspendues à un filament élastique, forment des grappes en bout de branche.

Noms populaires

français champaca
anglais champac
chinois 黄兰 - huang lan (Flora of China); hoa su nam
lao ຈຳປີ ດອກ - champi dok ; ຈຳປາ ແດງ ດອກ - champa deng dok

Michelia champaca est très apprécié au Laos pour ses fleurs parfumées. les Lao la nomment tiampi, du sanskrit champa, nom commun de plusieurs plantes en Inde. Ce nom sanskrit a donné aussi en lao tiampa, le frangipanier Plumeria, qui botaniquement n’a rien à voir avec le genre Magnolia. Mais la beauté et la fragrance des fleurs du frangipanier américain l’ont rapproché des magnolias asiatiques.

Classification

Magnolia champaca (L.) Baill. ex Pierre (1880)

basionyme :

  • Michelia champaca L. (1753)

Cultivars

Histoire

Pierre pense que le Michelia champaka a été « introduit en basse Cochinchine à une époque très reculée, probablement au temps de l’établissement de la religion brahmanique au Cambodge ».

Usages

Cosmétiques

Les fleurs de ces arbres ont un parfum fort au point que Joret, qui s’est appliqué à rechercher dans les textes anciens quelles fleurs étaient plantées dans les jardins indiens ,fait cette remarque : « C’étaient des campakas aux grandes fleurs jaunes d’un parfum si pénétrant que les abeilles, dit-on, craignent d’en approcher ».

Mais ce parfum, qui peut être très suave, devient presque nauséeux quand les fleurs sèchent. Autant il est agréable de respirer, dans l’humidité du soir, en longeant le mur d’un jardin, le parfum de dok Tiampi, autant est rapidement insupportable l’odeur lourde et écœurante d’une fleur cueillie introduite dans la maison. Ces fleurs d’ailleurs une fois coupées, perdent de leur superbe et brunissent vite, ce qui les rend difficiles à manipuler dans les guirlandes par exemple.

En revanche on en extrait une huile essentielle aussi estimée que l’eau de rose ; les Indiennes en enduisent leur chevelure ; en Thaïlande on en fait des lotions pour le bain ; les Chinois en parfument certains de leurs thé. Le célèbre parfum JOY de Patou est à base de Michelia champaca.

Religion

Contrairement à l’île de Bali où, nous dit Renou, les fleurs de campaka sont sacrées, en Inde, comme au Laos, elles sont surtout célébrées dans la littérature. En Inde, elles sont l’une des cinq flèches du dieu de l’amour Kamadeva avec lesquelles il trouble les cinq sens et inspire la passion.

Médecine

Au Laos les Michelia sont utilisées comme médicament : avec les feuilles on fait une décoction astringente employée en gargarisme contre les angines, les fleurs seraient un tonique cardiaque, l’écorce et les racines soigneraient les troubles des règles et feraient régresser la fièvre.

Références

  • Joret, Charles, 1904, Les plantes dans l’Antiquité et au moyen âge. Première partie : Les plantes dans l’Orient classique. II. L’Iran et l’Inde. Paris, Bouillon.
  • Pierre, J.B. 1879-1899. Flore forestière de la Cochinchine. 5 volumes + index, Paris, Doin, 990 p. et 400 pl.
  • Renou, Louis & Filliozat, Jean, 1947-1985. Inde classique. Paris, Maisonneuve, 2 tomes.

Liens