Kirkia acuminata (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


écorce
branche feuillée

Kirkia acuminata Oliv.


Protologue: Fl. trop. Afr. 1 : 311 (1868).
Famille: Simaroubaceae (APG: Kirkiaceae)

Noms vernaculaires

  • White syringa, white kirkia, bastard marula (En).

Origine et répartition géographique

L’aire de répartition de Kirkia acuminata s’étend dans la R.D. du Congo et toute l’Afrique australe, ainsi probablement qu’en Tanzanie. On le trouve aussi en Afrique du Sud.

Usages

Le bois de Kirkia acuminata est employé pour les poteaux et les madriers, les ustensiles ménagers (bols, cuillers), la charronnerie, les instruments de musique, les articles pour touristes, les placages et contreplaqués. En Afrique du Sud, on en fait des meubles et des blocs de parquet. Il est également considéré comme convenant pour la construction légère, les parquets, les chassis de véhicules, l’ébénisterie, les boiseries intérieures, les instruments agricoles, la caisserie, les âmes de panneaux, les allumettes, les jouets et articles de fantaisie, le tournage, les panneaux de fibres durs et panneaux de particules, et comme bois à pâte. Au Malawi, on en fait du charbon de bois.

Kirkia acuminata est souvent planté en haie vive. La fibre de l’écorce sert à faire des tissus. Les graines et les feuilles sont consommées par le bétail. Les racines renflées servent de source d’eau en temps de sécheresse. Au Zimbabwe, on absorbe une infusion d’écorce contre les vomissements et les douleurs abdominales. Une infusion de racines sert à traiter la toux. Le jus du fruit est appliqué sur les blessures et sert d’antidote contre les morsures de serpents. Les racines pulvérisées sont un remède contre les maux de dents.

Propriétés

Le bois de cœur est brun pâle ou brun-vert, avec un beau veinage brun foncé ; l’aubier est jaune-blanc ou gris pâle, et a jusqu’à 7,5 cm de large. Le fil est généralement droit, localement contrefil ; le grain est fin.

La densité du bois est de 580–720 kg/m³ à 12% de degré d’humidité. Il est tendre à moyennement dur. Les planches fines sèchent facilement, mais les planches épaisses sont difficiles à sécher ; il peut se produire des fentes et des gerçures superficielles.

Le bois se scie aisément, mais émousse rapidement les outils en raison de la présence de cristaux de silice ; un affûtage fréquent des outils de coupe est nécessaire. Il se rabote aisément, et se tourne assez bien. Il se polit facilement, se colle de manière satisfaisante et se déroule bien.

La durabilité du bois de cœur est moyenne, et l’aubier est sensible aux attaques de Lyctus. Le bois de cœur est résistant à l’imprégnation, et l’aubier moyennement résistant.

Les graines ont une digestibilité in vitro de la matière sèche de 39%. Par 100 g de matière sèche, elles contiennent : protéines brutes 11,0 g, fibres détergentes neutres 61,0 g, fibres détergentes acides 50,5 g, tanins 3,1 g, Ca 840 mg, Mg 430 mg, P 290 mg. Par 100 g de matière sèche, les feuilles contiennent : protéines brutes 8,1 g, fibres détergentes neutres 11,8 g.

Description

  • Arbre de taille moyenne semi-caducifolié, monoïque, jusqu’à 20(–23) m de haut ; fût jusqu’à 90 cm de diamètre ; écorce gris pâle à grise, lisse, se fissurant avec l’âge, à lenticelles rose saumon ; cime grande, arrondie, étalée ; rameaux portant des cicatrices des feuilles.
  • Feuilles disposées en spirale, groupées à l’extrémité des rameaux, jusqu’à 45 cm de long, composées imparipennées avec (3–)6–12(–20) paires de folioles, visqueuses lorsque jeunes ; stipules absentes ; pétiole de 3–10 cm de long ; pétiolules jusqu’à 2 mm de long ; folioles opposées, étroitement ovales à lancéolées, de 2–9(–11) cm × 1–2,5(–3) cm, base légèrement oblique, apex acuminé, bord finement émarginé, glabres ou poilues, à nervation pennée.
  • Inflorescence : thyrse axillaire jusqu’à 30 cm de long, portant de nombreuses fleurs ; pédoncule jusqu’à 20 cm de long ; bractées jusqu’à 2,5 cm de long.
  • Fleurs fonctionnellement unisexuées, régulières, 4-mères ; pédicelle jusqu’à 6 mm de long, articulé près de la base, à pubescence blanchâtre ; sépales presque totalement libres, ovales, de 1–2,5 mm × 1–2,5 mm, glabres ou pubescents ; pétales libres, lancéolés, de 3–6 mm × 1–1,5 mm, glabres ou pubescents à l’extérieur, blanc verdâtre à crème ; étamines libres, alternant avec les pétales, sur les fleurs femelles réduites et stériles ; ovaire supère, 4-loculaire, réduit sur les fleurs mâles.
  • Fruit oblong-ellipsoïde, quadrangulaire, de 8–25 mm × 5–11 mm, ligneux, pubescent à glabre, se divisant en méricarpes renfermant une seule graine, chacun attaché par une lamelle de tissu au sommet du carpophore central.
  • Graines presque aussi grandes que le méricarpe, arrondies à un bout et pointues à l’autre, triangulaires.

Autres données botaniques

En Afrique australe, Kirkia acuminata pousse de nouvelles feuilles en septembre–octobre, fleurit en octobre–décembre et fructifie à partir de janvier.

Le genre Kirkia comprend 5 espèces, réparties en Afrique tropicale depuis l’Ethiopie et la Somalie jusqu’au nord de l’Afrique du Sud.

Ecologie

Kirkia acuminata est résistant à la sécheresse et préfère les zones chaudes et sèches ; il est sensible à la gelée. On le trouve jusqu’à 1600 m d’altitude dans des milieux variés : brousse, forêt claire, savane, pentes de collines rocheuses. Il préfère les sols alcalins bien drainés, mais on peut le trouver sur divers types de sols, depuis des bas-fonds alluviaux et des sols sableux ou limoneux près des cours d’eau jusqu’à des sols sableux et secs et des pentes rocheuses.

Gestion

Kirkia acuminata se multiplie aisément par graines ou par boutures de tige, et il pousse vite.

Ressources génétiques

Etant donné que Kirkia acuminata est largement réparti et pousse dans une large gamme de milieux, il a peu de chance d’être menacé d’érosion génétique. Il est cependant protégé en Afrique du Sud.

Perspectives

La faible dureté du bois et la proportion relativement élevée d’aubier restreignent les usages possibles du bois de Kirkia acuminata, mais sa figure attrayante le rend apte à des usages décoratifs, par ex. le panneautage et les placages. Kirkia acuminata a des potentialités comme arbre d’ornement et d’ombrage.

Références principales

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
  • Immelman, K.L., 1986. Simaroubaceae. In: Leistner, O.A. (Editor). Flora of southern Africa. Volume 18, part 3. Botanical Research Institute, Department of Agriculture and Water Supply, Pretoria, South Africa. pp. 1–3.
  • Scott, M.H., 1950. Notes on the more important African timbers imported into the Union with special reference to Portuguese East African species. Journal of the South African Forestry Association 19: 18–62.
  • Stannard, B.L., 1981. A revision of Kirkia (Simaroubaceae). Kew Bulletin 35: 829–839.

Autres références

  • Aganga, A.A. & Mosase, K.W., 2001. Tannin content, nutritive value and dry matter digestibility of Lonchocarpus capassa, Zizyphus mucronata, Sclerocarya birrea, Kirkia acuminata and Rhus lancea seeds. Animal Feed Science and Technology 91(1/2): 107–113.
  • Braedt, O. & Standa-Gunda, W., 2000. Woodcraft markets in Zimbabwe. International Tree Crops Journal 10: 367–384.
  • Gelfand, M., Mavi, S., Drummond, R.B. & Ndemera, B., 1985. The traditional medical practitioner in Zimbabwe: his principles of practice and pharmacopoeia. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 411 pp.
  • Gilbert, G., 1958. Simaroubaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 7. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 119–131.
  • Grundy, I.M., Campbell, B.M., Balebereho, S., Cunliffe, R., Tafangenyasha, C., Fergusson, R. & Parry, D., 1993. Availability and use of trees in Mutanda Resettlement Area, Zimbabwe. Forest Ecology and Management 56(1–4): 243–266.
  • Msekandiana, G., 2001. The impact of charcoal production on the miombo woodlands of Mwanza District, southern Malawi. SABONET News 6(3): 180–182.
  • Pardy, A.A., 1952. Notes on indigenous trees and shrubs of southern Rhodesia. The Rhodesia Agricultural Journal 49(3–4): 171–175, 216–220.
  • Sibanda, H.M. & Ndlovu, L.R., 1992. The value of indigenous browseable tree species in livestock production in semi-arid communal grazing areas of Zimbabwe. In: Stares, J.E.C., Said, A.N. & Kategile, J.A. (Editors). The complementarity of feed resources for animal production in Africa. Proceedings of the joint feed resources networks workshop held in Gaborone, Botswana, 4–8 March 1991. African Feeds Research Network, Addis Ababa, Ethiopia. pp. 55–61.
  • Stannard, B.L., 2000. Simaroubaceae. In: Beentje, H.J. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 15 pp.
  • Wild, H., Phipps, B. & Paiva, J., 1969. Simaroubaceae. In: Fernandes, A. (Editor). Flora de Moçambique. No 38. Junta de Investigações do Ultramar, Lisbon, Portugal. 7 pp.

Auteur(s)

  • M. Brink, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Brink, M., 2007. Kirkia acuminata Oliv. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 8 août 2021.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.