Igname de la Chine (Vilmorin-Andrieux, 1904)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Hyssope
Vilmorin-Andrieux, Les plantes potagères, 1904
Kudzu

[347]

IGNAME DE LA CHINE
Dioscorea divaricata Blanco. — Dioscorea Batatas Dcne.
Fam. des Dioscorées.


SYNONYME: Igname patate.
NOMS ÉTRANGERS : ANGL. Chinese yam. — ALL. Chinesische Yam, Yam-Wurzel. SUÉD. Kinesiska yams. — ESP. Name, Igname. — RUSSES Kitaïsky yams, Igname.

Chine. — L'Igname a été introduite en France en 1848, par les soins de M. de Montigny, consul de France à Shanghai. C'est une plante vivace, parfaitement rustique, à tiges annuelles, lisses, vertes ou violacées, pouvant s'élever à 2 et 3 métres de hauteur, garnies de feuilles opposées, cordiformes, à pointe assez allongée,d'un vert foncé et extrêmement luisantes en dessus. Dans les aisselles des feuilles paraissent les fleurs,qui sont dioïques, très petites, blanches, réunies en grappes, et ordinairement stériles. Parfois, au lieu de fleurs, il se développe de petits tubercules ou bulbilles qui peuvent servir à multiplier la plante. Les tiges traînent sur terre si elles ne trouvent pas de point d'appui; si, au contraire, elles rencontrent unsoutien, elles s'enroulent à l'entour de droite à gauche. Du collet de la racine partent des rhizomes très allongés, se renflant, à mesure qu'ils s'enfoncent en terre, en forme de massue, un peu laiteux et composés d'une chair très farineuse. lls sontgarnis de très nombreuses radicelles et très abondamment couverts debourgeons presque imperceptibles,qui tous sont en état de donner naissance à une plante. Les rhizomes, qui s'enfoncent presque perpendiculairement en terre, peuvent atteindre une longueur de 0"' tif à1 mètre; ils se développent surtout à l'arrière-saison. Étant parfaitement rustiques, ils peuvent passer l'hiverterre, et grossissent considérablement pendant le cours de la seconde année, mais ils sont alors de moins bonne qualité qu'à la fin de la première.

L'arrachage des rhizomes est une opération assez difficile et coûteuse, car ils sont passablement fragiles, et, pour les récolter entiers, il faut souvent défoncer le terrain à un mètre de profondeur. C'est probablement la dificulté de la récolte qui a empêché jusqu'ici l'Igname de la Chine de prendre place dans la

[348]

culture réellement courante de notre pays, car c'est une plante bien rustique, très productive et dont les rhizomes peuvent se comparer sans désavantage à la pomme-de-terre. La chair en est blanche, légère, bien farineuse : elle cuit facilement, et le goût en est peu prononcé. Elle a, de plus, le grand avantage de se conserver facilement et fort longtemps.

CULTURE. — L'Igname réussit bien en toute bonne terre fraîche et suffisamment défoncée. On peut la multiplier, soit par bulbilles axillaires, soit par rhizomes entiers, soit par tronçons de rhizomes. Le procédé qui donne ordinairement les résultats les plus sérs et les plus abondants, consiste à planter entiers des rhizomes de la grosseur du doigt et de o"'20 à o'"a; de longueur. Il est bon de donner des rames ou des appuis aux tiges, ce qui facilite les binages. Quelques arrosements sont utiles en cas de grande sécheresse, car l'igname aime la fraîcheur et cesse de croître quand l'humidité lui fait défaut.

Au mois de Novembre, il est temps de faire la récolte, et si la terre est profonde et suffi-samment riche, on peut s'attendre àr trouver quelques rhizomes plus gros que le poignet versl'extrémité, et pesant jusqu'à un kilogramme; il s'en rencontre aussi ordinairement de pluspetits, qui servent de préférence pour la reproduction.

Au lieu de planter immédiatement en pleine terre, on peut mettre les rhizomes en végétation dans des pots, dès le commencement de Mars, pour les mettre en place vers le 15 Mai. Le produit est alors plus précoce et plus abondant.

USAGE. — Les rhizomes d'Igname se consomment comme les pommes-de-terre : bouillis, frits, ou accommodés de diverses manières.

A cause de la difficulté d'arrachage dont nous parlons plus baut, on a cherché longtemps, mais sans succès, à fixer une variété de l'Igname de la Chine dota les tubercules ne s'enfoncent pas en terre à une profondeur démesurée. C'est tout récemment que M. Chappellier est arrivé à un résultat qui, sans être définitif, n'en constitue pas moins une amélioration très sensible de la variété anciennement cultivée. A la suite de semis répétés et d'une sélection rigoureuse, ce chercheur opiniâtre a fixé une race d'Igname dont les tubercules ne dépassent pas 0"' 30 à (0 40 de longueur. D'antre part, les différentes variétés de l'Igname du Japon (Dioscorea japonica Thunb.), encore peu étudiées, nous réservent sans doute d'heureuses trouvailles, soit dans leur état actuel, soit par leur croisement avec l'Igname de la Chine.

Une des variétés japonaises connues sous le nom de Tsukune-Imo, est particulière-ment intéressante par la forme aplatie de son tubercule légèrement lobé ou en crêtesur le bord.

On trouve dans les différentes parties de l'Indo-Chine des Ignames à tuberculerond, ovoïde, ou aplati, appartenant à des espèces encore mal déterminées, mais qui, même si elles ne sont pas rustiques sous notre climat, pourraient être intéressantes s'il est possible de les hybrider. Le Dioscorea Fargesii, originaire de la Chine occidentale et introduit en France en 1891, possède un tubercule presque sphérique, et l'on a cru tout d'abord que cette nouvelle acquisition supplanterait avantageusement l'Igname de Chine à tubercule long. Malheureusement, l'extrême lenteur avec laquelle se développe la partie souterraine du Dioscorea Fargesii, s'oppose à une utilisation pratique ; c'est à peine si, au boat de cinq ans, les tubercules atteignent un poids de 150 grammes.


KETMIE COMESTIBLE. — Voy. GOMBO.