Haricot de Baria (Potager d'un curieux, 1899)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Grosse anguine
Potager d'un curieux, Introduction
Haricot de Ricciardi



Nom accepté : Phaseolus lunatus


HARICOT DE BARIA


Haricot du Tonkin.


Phaseolus tunkinensis Loureiro, Flora Cochinch., vol. II, p. 529; DC., Prodr., vol. II. p. 293.


Fam. des Légumineuses.


Plante vivace, d'environ 2 ou 3 mètres de hauteur ; tiges volubiles, rameuses ; feuilles composées de trois folioles, épaisses, petites, cunéiformes, planes, glabres sur leurs deux faces ; fleurs très petites, d'un blanc verdâtre, devenant jaunâtres avant de se faner, disposées en grappes courtes, terminales, axillaires ; étendard roulé ; gousses courtes, comprimées, lisses, pendantes, :un peu


[214]

en forme de croissant, contenant trois graines, petites, ovoïdes, d'un blanc terne, rappelant, par leur forme et leur couleur, le Haricot nain commun de Hongrie. Le Haricot de Baria ne diffère du Phaseolus lunatus que par ses feuilles adultes, glabres, à tissu plus ferme, ses grappes florales plus courtes et plus nombreuses, sa graine ovoïde et non fortement comprimée.

« Cette plante, originaire du Tonkin, est cultivée en Cochinchine, Ses graines sont bonnes à manger. » (Loureiro, loc. cit.) Le Haricot de Baria est cité par divers auteurs comme une plante alimentaire très utile et généralement cultivée en Cochinchine.

Loureiro la présente comme annuelle ; mais nous avons reçu de M. Martin, de Saïgon, des semences de deux variétés, l'une annuelle, l'autre vivace. Nous ne nous sommes occupés que de cette dernière.

Nons avons semé en avril, sous châssis, en pots et en terrines. A la fin de mai, nous avons semé en pleine terre.

A la même date, nous avons placé, à bonne exposition, en plein air, les plantes venues en pots et nous avons repiqué également à l'air libre, le plant venu en terrines.

Les trois modes de culture que nous avons pratiqués nous ont donné des résultats à peu près semblables ; cependant, l'avantage est resté aux plantes semées en pots. Nous avons récolté peu de gousses mûres, mais un assez grand nombre de gousses fraîches pour en manger deux fois en famille.

Accommodé comme le Flageolet, le Haricot de Baria est tendre, très sucré, de bonne qualité. Il.né nous intéresse cependant, sous le climat de Paris, que s'il est vivace, ce dont nous doutons fort, nos plantes n'ayant


[215]

pas accompli, pendant la saison exceptionnellement chaude qui vient de finir, tout le cours de leur végétation et présentant encore des fleurs lorsque le froid est venu.

Nous n'avons conservé qu'un petit nombre de souches, que nous avons couvertes de débris de liège ; mais ces souches n'ont pas donné de pousses au mois de juin suivant. Nous avons renoncé à la culture du Haricot de Baria, ce qui ne veut pas dire que nous considérions cette culture comme impossible dans le Midi et en Algérie ; mais elle nous paraît exiger six mois d'une température élevée et continue, et nous sommes loin de pouvoir la pratiquer ici dans ces conditions.