Euphorbia calyptrata

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Euphorbia calyptrata
Coss. & Kralik

alt=Description de l'image Image non disponible.JPG.
Ordre Malpighiales
Famille Euphorbiaceae
Genre Euphorbia

2n =

Origine : aire d'origine

sauvage ou cultivé

Français '
Anglais '


Résumé des usages
  • médicinal


Description

Noms populaires

Classification

Euphorbia calyptrata Coss. & Kralik (1857)

Cultivars

Histoire

Usages

Le suc de diverses euphorbes : Euphorbia calyptrata, E. guyoniana, E. paralias est, signale GATTEFOSSÉ (1921), utilisé com­me topique après débridement de la plaie dans les soins en cas de mor­sure de serpent ou de piqûre de scorpion, tarentule et scolopendre. Le même auteur note que la plante s'emploie aussi :
  • séchée, pilée et mélangée à du miel en tant que collyre dans les cas de conjonctivite granuleuse et de trachome,
  • bouillie dans l'huile et appliquée en frictions contre l'alopécie, les rhumatismes et les engourdissements par le froid.

Il faut encore signaler, pour ce taxon, deux vertus :

  • ainsi le « lait » ou « résine » de Euphorbia cornuta et Eu­phorbia calyptrata (« oum Ibina », « mouibina ») mélangé de salive agglutine les cils et est utilisé pour les redresser dans le trichiasis (BOUCHAT, 1956).
  • Pour favoriser la cicatrisation des plaies on y applique soit de la poudre de tige de Panicum turgidum (« morkba ») soit des fibres calcinées de Calotropis procera (« tourja ») soit des feuilles d'Euphorbia calyptrata var. involucrata (« remada ») (LARRIBAUD, 1952).

CAUVET (1925) signalait Daemia cordata (= Pergularia tomentosa) comme ayant un suc laiteux mortel pour le chameau mais rapportait égale­ment que CHUDEAU considérant cette plante comme broutée en Mauritanie s'était étonné d'une toxicité dans l'Est algérien et pensait qu'il s'agissait donc de fait d'Euphorbia calyptrata.

Références

Liens