Estragon (Vilmorin-Andrieux, 1904)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Epinards-fraises
Vilmorin-Andrieux, Les plantes potagères, 1904
Fenouil

[239]

ESTRAGON
Artemisia Dracunculus L.
Fam. des Composées.


SYNONYMES : Absinthe estragon, Dragonne, Fargon, Herbe dragon, Serpentine, Torgon.
NOMS ÉTRANGERS : ANGL. Tarragon. — ALL. Dragon, Esdragon, Bertram, Kaiserkraut, Schlangenkraut. — FLAM. et HOLL. Dragonkruid. — DAN. Estragon, Kaisersalat. — SUÉD. Dragon. — ITAL. Dragoncello, Dragone, Targone. — ESP. Estragon. — PORT. Estragao. — RUSSE Estragone. — POL. Estragon, Żmijowiec.


Sibérie. - Vivace. — Plante à tiges nombreuses, ramifiées, garnies de feuilles entières, lancéolées, possédant, comme toutes les parties vertes de la plante, une saveur fine, chaude et très aromatique. Les fleurs, très petites, blanchâtres et insignifiantes, sont toujours stériles, ce qui est cause que la plante ne peut se multiplier que par la division des touffes ou par boutures.

A en croire d'anciens ouvrages d'horticulture, l'Estragon aurait jadis donné des graines fertiles. S'il en est réellement ainsi, on peut espérer qu'on réussira quelque jour à en obtenir de nouveau, comme cela s'est produit récemment pour la Ciboulette, mais il est certain qu'on n'en récolte pas habituellement.

L'Estragon fleurit fréquemment et les fleurs en paraissent bien constituées. I1 ne serait donc pas impossilde qu'il produise accidentellement quelques graines fertiles. Si celles-ci étaient recueillies et semées, il en sortirait, peut-être une race grenant régulièrement. Actuellement, si par une raison ou une autre on ne peut avoir recours à la multiplication par éclats, on peut se contenter, surtout dans les pays chauds, de cultiver le Tagetes lucida, plante composée appartenant à un tout autre genre, mais rappelant assez exactement dans ses parties vertes la saveur du véritable Estragon.

L’Estragon de Russie (Artemisia Redowski), dont on trouve parfois des graines dans le commerce, est une espèce très voisine de l'Estragon cultivé, mais complètement dépourvue de sa saveur caractéristique, donc inutilisable au point de vue potager.

CULTURE. — L'Estragon, étant vivace, ne demande aucun soin particulier ; il est bon néanmoins, dans les hivers rigoureux et sans neige, de couvrir de litière ou de feuilles sèches le collet de la plante, après avoir supprimé les tiges, car, bien qu'originaire de Sibérie, il est cependant un peu sensible aux grands froids. On le multiplie d'ordinaire par la division des touffes que l'on plante au printemps, en laissant 0m30 à 0m40 entre chaque plant ; un arrosage copieux assure la reprise. On peut commencer à récolter le sommet des tiges six semaines environ après la reprise. Il est bon de diviser les plantations tous les trois ans.

USAGE. — Les feuilles et les jeunes pousses de l'Estragon sont très fréquemment employées comme assaisonnement dans les salades et aussi pour aromatiser les conserves au vinaigre.