Eleusine indica (Pharmacopées en Guyane)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Cymbopogon citratus
Pharmacopées traditionnelles en Guyane, 2004
Guadua latifolia



Eleusine indica (L.) Gaertn.


Synonymie

  • Cynosurus indicus L.

Noms vernaculaires

  • Créole : pied poule [pié-poul].
  • Wayãpi : masakala pɨ.
  • Palikur : takaak awak.
  • Portugais : pé-de-galinha.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune.

Collections de référence

Berton 9 ; Grenand 412 ; Moretti 273.

Emplois

La tisane de cette herbe envahissante est, pour les Créoles, apéritive et rafraîchissante [1]. Elle serait aussi antidiarrhéique.

Chez les Palikur, cette espèce, ainsi que les feuilles de roseau à flèche (Gynerium sagittatum, cf. infra), servent à préparer en décoction un shampooing pour rendre les cheveux soyeux et brillants (BERTON, 1997) [2]. Pour un autre usage, cf. Bonafousia angulata (Apocynacées).

Étymologie

Créole, Wayãpi et Palikur : dans ces trois langues, les noms vernaculaires signifient « patte de poule », en raison de la disposition des épis.

Chimie et pharmacologie

Cette Poacée renfermerait des hétérosides cyanogénétiques (PUENTES DE DIAZ et al., 1978).

____________________

  1. Cet usage, ainsi que celui de soigner la cystite et la pneumonie, est signalé de Trinidad (WONG, 1976).
  2. L'usage capillaire (pour prévenir la calvitie) a été observé chez les Caboclos du bas Amazone et dans le nord de la Guyana (AMOROZO et GÉLY, 1988 ; VAN ANDEL, 2000).