Ehretia cymosa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Ehretia cymosa Thonn.


répartition en Afrique (sauvage)
branche en fleurs
branche en fleurs
Protologue: Schumach., Beskr. Guin. pl. : 129 (1827).
Famille: Boraginaceae

Origine et répartition géographique

Ehretia cymosa est très répandu, de la Sierra Leone jusqu’en Ethiopie et au Kenya, et vers le sud jusqu’au Zimbabwe et au Mozambique, ainsi qu’aux Comores, à Mayotte et à Madagascar.

Usages

Le bois est utilisé en ébénisterie, pour la fabrication de meubles, de perches, de manches d’outil et de jougs. Il est utilisé comme bois de feu et pour faire du charbon de bois.

Les ramilles servent de bâtons à mâcher pour maintenir l’hygiène des dents et des gencives. De nombreuses parties de la plante sont utilisées en médecine traditionnelle. L’infusion de feuilles s’ingère et s’utilise en lotion pour traiter la fièvre et les convulsions. Le jus des feuilles serait un laxatif léger ; il s’applique aussi comme hémostatique. Des décoctions de feuilles servent de traitement contre les courbatures, les maux de dents et l’hyperthermie. Au Ghana, des cataplasmes de feuilles s’appliquent sur les fractures osseuses pour favoriser leur consolidation. Les rameaux feuillés s’emploient dans des préparations avec des parties d’autres plantes pour traiter les ulcères gastriques. Des décoctions de racine et de feuilles s’administrent pour traiter le tétanos et la dysenterie. On prête aux racines et aux feuilles des vertus aphrodisiaques. Des décoctions d’écorce et de racine s’ingèrent comme traitement pour les problèmes de menstruation, et la décoction d’écorce s’applique en externe contre les maladies de peau. Les Massaïs utilisent les racines pour traiter la brucellose. En Ethiopie, les racines broyées dans l’eau se prennent contre les maux d’estomac. Le jus de racine s’applique sur les blessures.

Les feuilles servent de fourrage. Ehretia cymosa a une importance locale comme nourriture pour le bétail dans les systèmes d’agroforesterie en Ethiopie. Les feuilles font un bon paillis. Les fruits sont comestibles. Les fleurs sont une source de nectar et de pollen pour les abeilles. Ehretia cymosa est planté comme arbre ornemental, par ex. au Kenya et en Ouganda.

Propriétés

Le bois est brun grisâtre à bandes foncées et claires alternées, et lustré. Son grain est moyennement fin et régulier. C’est un bois moyennement léger, d’une densité de 480–550 kg/m³ à 12% d’humidité, et non durable.

Dans un essai in vitro utilisant de l’os calvarial de rat, des extraits aqueux de feuilles ont eu des effets stimulants sur le remodelage osseux. Les racines et feuilles seraient toxiques, mais le bétail broute les feuilles apparemment sans effets nocifs. La composition des feuilles a même fait preuve d’une bonne valeur nutritionnelle pour les ruminants, sauf pour les niveaux des micronutriments Na et Cu.

Description

  • Arbuste ou arbre caducifolié, de taille petite à moyenne atteignant 20(–25) m de haut ; fût souvent à ramification basse et tordu, atteignant 30 cm de diamètre ; surface de l’écorce grise à brun pâle, à lenticelles prononcées, écorce interne tendre, blanche, tachetée de brun orangé, virant rapidement au brun à l’exposition ; cime étalée, souvent à branches pendantes ; rameaux à poils courts devenant vite glabres.
  • Feuilles disposées en spirale, simples et entières ; stipules absentes ; pétiole de 1–3,5 cm de long, légèrement cannelé ; limbe elliptique à ovale-oblong, de (4–)7,5–20 cm × (2–)3,5–12 cm, cunéiforme à arrondi ou légèrement cordé à la base, acuminé à l’apex, finement coriace, presque glabre, pennatinervé à 3–8 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : panicule axillaire ou terminale, fortement ramifiée, atteignant 15 cm × 15 cm, composée de cymes scorpioïdes, poilue.
  • Fleurs bisexuées, régulières, habituellement 5-mères, hétérostylées, parfumées ; pédicelle atteignant 2(–3) cm de long, articulé à la base ; calice campanulé, de 1,5–2,5 mm de long, lobes presque aussi longs que le tube ; corolle campanulée, de 4–8 mm de long, blanche à jaunâtre ou blanc rosé, lobes presque aussi longs que le tube, souvent réfléchis ; étamines insérées sur la corolle, exsertes ; ovaire supère, ovoïde, d’environ 1 mm de long, 2- ou 4-loculaire, style de 1–4 mm de long, bifide à l’apex.
  • Fruit : drupe ovoïde à globuleuse de 2–6 mm de long, orange à rouge et finissant par virer au noir, se fendant en 4 pyrènes, chacun contenant 1 graine.

Autres données botaniques

Certaines variétés ont été distinguées dans Ehretia cymosa, en fonction de la taille de la fleur et de la pilosité de l’inflorescence, mais il y a désaccord sur l’utilité d’une telle division.

Ehretia cymosa a une croissance rapide. Les fleurs sont généralement butinées par les abeilles, qui récoltent le nectar et le pollen et peuvent jouer le rôle de pollinisateurs. En Côte d’Ivoire, les arbres fleurissent de janvier à juin. En Afrique orientale et australe, les fruits mûrissent en octobre–décembre. Les fruits sont consommés par les oiseaux, qui peuvent disséminer les graines.

Le genre Ehretia comprend environ 35 espèces, la plupart en Asie tropicale (environ 20), environ 10 sur le continent africain, 7 aux Comores et à Madagascar (dont 5 endémiques) et 3 en Amérique tropicale. Le bois de plusieurs Ehretia spp. est utilisé en Afrique tropicale de la même façon que celui d’Ehretia cymosa.

Ehretia amoena

Ehretia amoena Klotzsch est un arbuste ou un petit arbre atteignant 8 m de haut, que l’on trouve du Kenya jusqu’en Afrique du Sud. Il a été souvent confondu avec Ehretia obtusifolia A.DC., et il faut faire attention lorsqu’on interprète la littérature. Son bois sert à faire des outils et des ustensiles de cuisine tels que les pilons. Des décoctions de racine sont utilisées en médecine traditionnelle pour traiter la douleur, les saignements, les œdèmes, la pneumonie, la tuberculose, la gonorrhée, l’épilepsie, les vomissements, la diarrhée, les infections d’ankylostome et les troubles de la menstruation. La poudre d’écorce s’administre pour soigner les maladies de peau. On applique une pâte de feuilles sur les blessures.

Ehretia rigida

Ehretia rigida (Thunb.) Druce est un arbuste ou petit arbre atteignant 6(–12) m de haut, présent en savane boisée du Zimbabwe et du Mozambique à l’Afrique du Sud. Il ressemble beaucoup à Ehretia amoena et Ehretia obtusifolia. Son bois résistant et flexible est probablement utilisé de la même manière que celui de ces deux espèces. La poudre de racine s’applique en externe sur les plaies et les brûlures, et pour traiter la douleur. Des décoctions de racine se prennent pour traiter les troubles de la menstruation et la stérilité. Ehretia rigida est généralement broutée par le bétail.

Ehretia trachyphylla

Ehretia trachyphylla C.H.Wright est un arbre de taille petite à moyenne dont la hauteur atteint 20 m de haut et le fût 30 cm de diamètre, présent dans la forêt sempervirente et les ripisylves de Côte d’Ivoire et du Ghana. Son bois moucheté est utilisé pour les manches d’outil. Des décoctions d’écorce sont utilisées en médecine traditionnelle de la même manière que celles d’Ehretia cymosa, pour traiter les troubles de la menstruation et les maladies de peau.

Ecologie

Ehretia cymosa, qui a une grande amplitude écologique, est présent dans le sous-étage ou en lisière de la forêt sempervirente ainsi que dans les ripisylves, les forêts isolées, la savane arbustive et la savane boisée, jusqu’à 2400 m d’altitude. Il est classé comme espèce pionnière et on le trouve souvent en forêt secondaire.

Gestion

Un kg contient 20 000–30 000 graines. Les infrutescences entières sont généralement récoltées lorsque environ 80% des fruits ont mûri. Les graines sont extraites et habituellement semées directement au champ. Il est inutile de prétraiter les graines. Elles peuvent commencer à germer dès le troisième jour, mais la germination peut se poursuivre pendant 5 semaines. Elles se conservent un certain temps.

Par endroits, Ehretia cymosa est assez commun, par ex. en forêt sur le mont Elgon au Kenya on a observé une densité moyenne de 15 fûts d’un diamètre de plus de 15 cm par ha. Les arbres peuvent être conduits par élagage ou ébranchage, ou bien en têtards ou en taillis.

Ressources génétiques

Ehretia cymosa n’est pas menacé, étant donné sa très vaste répartition et son adaptation à des milieux très divers. Localement, il semble menacé par la surexploitation, par ex. dans le nord de la Tanzanie.

Perspectives

Ehretia cymosa est très estimé comme arbre polyvalent, source de bois d’œuvre, de bois de feu et de fourrage, tout en étant considéré comme important en médecine traditionnelle et pour le paillis qu’il procure, ainsi que comme plante ornementale et mellifère. Il a sans aucun doute une grande valeur pour les systèmes d’agroforesterie, et un approfondissement des recherches sur les techniques de multiplication et de plantation est justifié, ainsi que sur sa phytochimie et ses activités pharmacologiques. La forme souvent médiocre du fût est toutefois un sérieux inconvénient pour augmenter l’exploitation commerciale du bois d’œuvre.

Références principales

  • Bekele-Tesemma, A., 2007. Useful trees and shrubs for Ethiopia: identification, propagation and management for 17 agroclimatic zones. Technical Manual No 6. RELMA in ICRAF Project, Nairobi, Kenya. 552 pp.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Lewis, W.H. & Avioli, L.V., 1991. Leaves of Ehretia cymosa (Boraginaceae) used to heal fractures in Ghana increase bone remodeling. Economic Botany 45(2): 281–282.
  • Maundu, P. & Tengnäs, B. (Editors), 2005. Useful trees and shrubs for Kenya. World Agroforestry Centre - East and Central Africa Regional Programme (ICRAF-ECA), Technical Handbook 35, Nairobi, Kenya. 484 pp.
  • Verdcourt, B., 1991. Boraginaceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 125 pp.

Autres références

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
  • Latham, P., 2007. Plants visited by bees and other useful plants of Umalila, southern Tanzania. Third edition. P.Latham, DFID, United Kingdom. 216 pp.
  • Mamo, Y., 1997. Current role and the potential of three indigenous tree species of Ethiopia: Ehretia cymosa, Vernonia amygdalina and Faidherbia albida, as feed for livestock under traditional agroforestry practices. MSc thesis, Swedish University of Agricultural Sciences, Uppsala, Sweden. 53 pp.
  • Martins, E.S. & Brummitt, R.K., 1990. Boraginaceae. In: Launert, E. & Pope, G.V. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 7, part 4. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 59–110.
  • Maundu, P., Berger, D., Saitabau, C., Nasieku, J., Kipelian, M., Mathenge, S., Morimoto, Y. & Höft, R., 2001. Ethnobotany of the Loita Maasai. Towards community management of the forest of the Lost Child. Experiences from the Loita Ethnobotany Project. UNESCO People and Plants Working Paper 8, Paris, France. 34 pp.
  • Miller, J.S., 2002. A revision of Ehretia (Boraginaceae) for Madagascar and the Comoro Islands. Adansonia 24(2): 137–157.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Retief, E. & van Wyk, A.E., 2001. The genus Ehretia (Boraginaceae: Ehretioideae) in southern Africa. Bothalia 31(1): 9–23.
  • Wondimu, T., Asfaw, Z. & Kelbessa, E., 2007. Ethnobotanical study of medicinal plants around ‘Dheeraa’ town, Arsi Zone, Ethiopia. Journal of Ethnopharmacology 112: 152–161.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 29 janvier 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.