Echalote (Vilmorin-Andrieux, 1904)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Cumin
Vilmorin-Andrieux, Les plantes potagères, 1904
Epinard

[231]

ECHALOTE
Allium ascalonicum L.
Fam. des Liliacées.


SYNONYMES : Chalote, Ail stérile.
NOMS ÉTRANGERS : ANGL. Shallot. — ALL. Schalotte, Eschlauch. — FLAM. et HOLL. Sjalot. — DAN. Skalottelog. — SUÉD. Schalottenlök. — ITAL. Scalogno. — ESP. Chalote, Escaluna. — PORT. Echalota. — RUSSES Chalote, Niemetsky louk. — POL. Szalotka.


Palestine. — Vivace. — Très voisine botaniquement de l'Ognon cultivé, l'Échalote en diffère complètement au point de vue horticole par son mode de végétation. C'est une plante qui ne donne que rarement des graines, mais qui produit des feuilles en abondance, et dont les ognons, mis en terre au printemps, se divisent rapidement en un grand nombre de caïeux qui restent attachés à un plateau commun et deviennent en quelques mois aussi forts que l'ognon qui leur a donné naissance.


C'est un légume très anciennement cultivé et dont il existe plusieurs formes assez distinctes.

CULTURE. On plante l'Échalote aussitôt après l'hiver, dans une bonne terre riche bien amendée, saine et très ameublie. Le fumier bien consommé convient beaucoup mieux à l'Échalote qu'un engrais frais et pailleux ; il est encore préférable, quand cela est possible, de la mettre dans une terre abondamment fumée dès l'année précédente. Les bulbes doivent être peu enterrés et espacés entre eux de 0m10 environ dans l'espèce commune ; on les dispose soit en planches, soit en bordures. Dans la culture en grand, on plante en lignes distantes de 0m20, à l'écartement de 0m10 à 0m15 sur les lignes.

Dès que les feuilles commencent à se faner, vers le mois de Juillet, on arrache les touffes, qu'on laisse se ressuyer quelques jours sur le terrain, puis on les divise, et l'on conserve les bulbes dans un local sain. Ceux destinés à servir de semence peuvent être laissés en terre un peu plus longtemps.

On peut récolter de 150 à 200 litres, soit environ 75 à 100 kilog. de bulbes par are.

INSECTES NUISIBLES ET MALADIES. — L'Echalote est exposée aux mêmes ennemis que l'Ognon. En outre, la larve blanche et vermiforme de la Mouche de l'échalote (Anthomya platura) cause parfois des dégâts sérieux dans les cultures en dévorant les bulbes, ce qui détermine la mort des plantes. On ne connaît aucun remède efficace, et on ne peut que recommander d'arracher et de brûler avec soin les plantes qui jaunissent.

USAGE. — On emploie comme condiment les bulbes, qui se conservent toute l'année. On fait aussi usage des feuilles coupées vertes.


ÉCHALOTE ORDINAIRE.
SYNONYME : Échalote petite.
NOMS ÉTRANGERS : ANGL. Common or true shallot. — ALL. Gewöhnliche Schalotte. — FLAM. Kleine sjalot.

Bulbes de la grosseur d'une petite noix, quelquefois même plus forts, piriformes, atténués supérieurement en une pointe assez allongée ; recouverts d'une pellicule roussâtre, d'un rouge cuivre inférieurement et passant au gris vers la pointe, souvent marquée de rides longitudinales ; la pellicule extérieure est épaisse et tenace. Dépouillé de son enveloppe sèche, le bulbe est verdâtre à la base et violacé au sommet. Les feuilles sont petites, bien vertes, longues de 0m25 à 0m30. Cette variété, qui est la plus cultivée, présente l'avantage d'être d'une très bonne conservation.


[232]

On en connaît à la halle de Paris plusieurs sous-variétés, qui sont :

L’É. petite hâtive de Bagnolet, un peu moins grosse que le type et donnant un grand nombre de caïeux à chaque touffe.

L’É. grosse de Noisy, dont chaque bulbe a le volume d'une petite figue. Cette variété est d'une très bonne conservation ; la peau en est très épaisse et très résistante. Elle se multiplie moins que les autres.

L’É. hâtive de Niort, un peu plus grosse que l’É. commune, à laquelle elle ressemble du reste beaucoup, mais entrant plus tôt en végétation.

Il est facile de reconnaître que ces trois sous-variétés ne sont que des modifications légères de l’É. ordinaire.


ÉCHALOTE DE JERSEY.
SYNONYMES : Échalote Ognon, Échalote de Russie. Ognon pomme de terre, Ognon parisien (Oise).
NOMS ÉTRANGERS : ANGL. Jersey or Russian shallot, False shallot. — ALL. Grosse rote Schalotte, Danische Sch., Russische Sch. — FLAM. Russische sjalot, Densche Sj.

Bulbes courts, presque toujours irréguliers, mais parfois d'une forme parfaitement arrondie et plus large que haute, ressemblant alors tout à fait à un petit ognon: pellicule d'un rouge cuivré, fine, et se déchirant facilement. Le bulbe, dépouillé de ses enveloppes sèches, est entièrement violet et d’une teinte un peu plus pâle que celui de l’É. ordinaire. Le feuillage de cette variété se distingue par sa teinte glauque toute particulière. Les bulbes se conservent aussi bien, sinon plus longtemps, que ceux de l’É. commune et entrent plus tard en végétation au printemps.

L’É. de Jersey fleurit et donne de la graine assez régulièrement. Cette graine ressemble exactement à celle de l'Ognon. A vrai dire, tous les caractères de végétation de l’É. de Jersey semblent la rapprocher des ognons, parmi lesquels on pourrait la classer auprès de l'Ognon patate.

On en a signalé, sous le nom d’Échalote d’Alençon, une variété à bulbes plus gros encore que ceux du type et à feuillage également glauque.

Il existe aussi une variété de l’É. de Jersey à bulbes d'un blanc argenté ; la saveur en est douce et agréable, mais la conservation assez difficile.

L’Échalote de Gand se rapproche de l’É. de Jersey ordinaire, à un tel point qu'on peut presque la considérer comme identique.


ÉGREVILLE.— Voy. LAITUE VIVACE.

ENDIVE. — Voy. CHICORÉE ENDIVE.

ÉNOTHÈRE BISANNUELLE. — Voy. ONAGRE BISANNUELLE.