Discussion:Introduction aux plantes utiles

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Bonjour,

je commence donc à lire l’introduction aux « plantes utiles » fournie ici même et une première question de syntaxe (tournure de phrase) me vient :

- Il est dit en tout premier que : « …il n’y a pas de plante inutile… », point sur lequel je suis complètement d’accord.

et

- Il est ensuite dit que : « À la louche il y’a …20-30 00 espèces utiles… », ce qui semble cohérent, au vu du chapitre « les inventaires mondiaux avant internet »


Mais ne faudrait t-il pas rajouter par exemple ceci :

« À la louche il y a…20-30 000 espèces utiles… » - dont les qualités (gustatives -médicinales - toxicologique …) sont connues ET décrites-

Ceci car il me semble que, comme dit en tout premier, toute plante est utile , seulement les qualités de toutes, ne sont pas encore UTILE à l’Homme. Voire même n’y connues, n’y recensées, n’ y décrites, seulement les 20-30 000, avant internet. Soit 1/10ème du nombre d’espèces estimées.

Qu’en pensez vous ?

À bientôt,

benjamin

J'ai un peu modifié mon texte pour tenir compte de votre remarque. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'aller plus loin... Michel Chauvet 10 janvier 2013 à 10:38 (CET).


Bonjour,

Je commencerai par vous dire que je pense avoir compris pourquoi vous souhaitez ne pas aller plus loin. Il me semble que l’on est obligé, afin de paraître « crédible », de se baser sur ce qui est connu et prouvé(donc reproductible) ! Donc, comme vous l’avez dit, la discussion sur le nombre probable d’espèces utiles doit s’arrêter là…

Sauf que, grâce à vous M.Chauvet et M.Cogneaux, je commence à connaitre l’ existence de ressources « validées » par vous même, historiques et récentes.(encore une fois MERCI)

- Dans le livre de Bruneton, ‘’Végétaux dangereux pour l’Homme et les animaux.’’ Les notions de toxicité pour les animaux (autre que ‘'Homo sapiens…) est-elle développer d’un point de vue « quantité » ? je suppose…ce qui m’amène à supposer encore là aussi que ;

Bruneton se base sur des témoignages de centres anti-poison ou des articles scientifiques. Donc des quantités sont effectivement données. Il remet ainsi en cause certains auteurs avançant des toxicités qu'il ne retrouve pas dans la littérature ou dans les données des centres anti-poison.
Je vous enverrai comme promis des extraits pour que vous puissiez juger.

En me référant à un souvenir assez vague (qui faudrait du coup clarifier), certaines antilopes se nourrissent des feuilles d’acacia qui ne sont toxique(négativement) que par réaction à une agression(A->B) et il existe apparemment un système de transmission d’information(chimique) entre les essences « attaquées » qui suivraient le sens du vent , si je me souviens bien…

Je ne connais pas ce principe chez l'acacia. Mais la capucine contient deux molécules, dont une enzyme, séparées physiquement dans les cellules. Lorsquela plante est attaquée, les deux se mélangent pour en former d'autres, dont "l'huile moutarde" répulsive.
Sur la communication entre les plantes, lire Francis Hallé.

Bref, le sujet me parait extrêmement complexe, et je comprend l’intérêt de faire attention à ce que l’on AFFIRME en public.

Mais ne pourrions nous pas essayer de connaitre via les ressources existantes, le nombre (probable) d’espèces utiles chez les animaux ? j’ai bien entendu vu en tout premier la définition que vous donnez de plantes utiles… « utilisés par l’homme »!

Pourquoi pas, chacun ses priorités...

En essayant de ne pas tout mélanger, il me semble que réduire la qualification utile accordé aux végétaux aux seules influences connus(positive ou négative) chez Homo sapiens, ne nous permets pas vraiment de concevoir les notions de « plantes utiles » dans sa globalité…le monde du vivant.

Michel a déjà traité des arbres fourragers en Europe. Par exemple, dans les Cévennes, en fin d'été, on récupère les feuilles de Fraxinus excelsior pour nourrir les animaux.

autre exemple assez vague…les plantes(voire meme les champignons hypogés) utilisé dans les cultures pour attirer les ravageurs…(donc c’est des « plantes » utiles pour les animaux et par la suite pour l’homme)

Sur ce point là peut-être qu’il faudrait développer.(si vous pensez le contraire, je supprimerai aussi vite ce paragraphe)

Cordialement,

(question :pourquoi la liste de discussion n’est pas restreinte ? )

Il y a un espace de discussion restreint : la messagerie de Plantnet.
Mieux vaudrait de toute façon aborder ce genre de discussion sous Pl@ntnet, pour qu'elle soit plus lisible. Comme je consulte régulièrement l'onglet "modifications récentes" à gauche, je vois vos modifications. Mais ce n'est pas le cas de tous.
Qui plus est, dans le cadre du travail collaboratif sous Plantuse, les pages de discussion des articles permettent d'écrire ce que chacun fait. Par exemple, lorsque je termine de toiletter une page, je l'écris dans sa page de discussion. Michel voit ainsi qu'il peut faire la deuxième relecture.

--COGNEAUX Christian (discussion) 16 janvier 2013 à 08:51 (CET)


Guyot (discussion) 16 janvier 2013 à 05:20 (CET)

Réponse

Ma priorité va à la mise en ligne de ressources publiées ou validées sur des groupes de plantes notoirement connus comme "utiles". On peut bien sûr étendre la notion d'utilité à l'infini, mais pour l'instant, je restreins à "utile à l'homme", les fourrages et les plantes de médecine vétérinaire étant inclus car l'homme les utilise pour ses animaux domestiques.

La crédibilité de Pl@ntUse se fera autour des plantes qui intéressent des groupes de gens importants (fruits, légumes, céréales...). Nous sommes encore loin d'avoir documenté correctement ces plantes.

Ce que vous proposez revient à "charger la barque", et comme le dit l'adage, c'est la meilleure façon de couler. Je préfèrerais, plutôt que de lancer en l'air des idées tous azimuths, que vous contribuiez à des pages concrètes. Croyez-moi, c'est une école de patience, mais au moins, on a la satisfacion de voir le résultat (et de la faire connaître).

Enfin, comme le dit Christian, faites plutôt ce genre de remarque sur le forum Pl@ntNet-Communauté, voire sur Tela Botanica pour des questions plus générales. Michel Chauvet (discussion) 16 janvier 2013 à 11:38 (CET).