Crateva adansonii (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Épice / condiment Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Crateva adansonii DC.


répartition en Afrique (sauvage)
1, rameau en fleurs ; fleur ; 3, fruit. Redessiné et adapté par J.M. de Vries
Protologue : Prodr. 1: 243 (1824).
Famille : Capparaceae
Nombre de chromosomes : n = 13

Synonymes

  • Crateva religiosa auct. non G.Forst.

Origine et répartition géographique

Crateva adansonii est répandu, depuis la Mauritanie, le Sénégal et la Gambie jusqu’en Erythrée et en Ethiopie, et vers le sud jusqu’en Tanzanie et en Zambie.

Usages

Plusieurs parties végétales de Crateva adansonii s’utilisent en médecine traditionnelle. Les racines broyées se prennent contre la fièvre et s’appliquent en externe pour soigner le mal de tête et les enflures. La décoction de racine est absorbée pour traiter les problèmes gastro-intestinaux et les rhumatismes. L’écorce de racine réduite en poudre s’administre en remède contre les furoncles et l’anthrax. L’écorce de tige pilée ou en poudre est appliquée sur les kystes et les enflures, alors que la décoction d’écorce est absorbée pour traiter les rhumatismes et la stérilité, ainsi que comme tonique. On applique la décoction de feuilles en bain de vapeur contre la jaunisse, la fièvre jaune et les problèmes oculaires. On l’absorbe pour traiter l’hypertension artérielle, le paludisme, la jaunisse, les œdèmes, les douleurs, l’épilepsie, la rougeole, la dysménorrhée, les abcès et les maladies de la peau. La poudre de feuilles s’applique sur les kystes et soigne le mal de tête et les rhumatismes. Au Burkina Faso, les feuilles sont couramment utilisées pour induire et stimuler la lactation chez les femmes allaitantes.

Les feuilles se consomment en légume cuit et en soupes et sauces. La pulpe du fruit est comestible et on consomme parfois les graines une fois grillées. Le graines sont aussi ajoutées aux aliments en tant que condiment. Le bois sert en menuiserie et pour fabriquer de petits meubles, des ustensiles et des outils comme les cuillères, et pour les ruches et les placages. Il s’utilise comme bois de feu et pour la production de charbon de bois. Le feuillage, qui n’est pas très appétent, constitue un fourrage pendant la saison sèche. Les feuilles ont été utilisées dans la préparation d’un colorant jaunâtre pour les étoffes. Crateva adansonii est parfois planté comme ornemental et en haies. Les abeilles fréquentent les fleurs pour le nectar.

Production et commerce international

Les jeunes feuilles sont vendues comme légume sur les marchés locaux au Ghana.

Propriétés

Des parties aériennes, on a isolé des flavonoïdes (notamment le kaempférol-3-glucoside) et des acides phénoliques. Dans des essais au Benin, l’extrait de feuilles a montré une activité antibactérienne in vivo chez l’aulacode (Thryonomys swinderianus) ; l’extrait était actif contre Escherichia coli, Shigella sonei, Staphylococcus aureus, Pasteurela pestis et Yersinia enterocolitica, l’extrait à l’acétate d’éthyle étant le plus puissant. Dans des essais au Nigeria, l’extrait a montré une activité inhibitrice modérée in vitro contre Mycobacterium bovis. Les principaux constituants de l’huile essentielle de Crateva adansonii en provenance du Nigeria étaient le linalool (30%) et le nonanal (17%).

Dans l’écorce de Crateva magna (Lour.) DC., originaire d’Asie tropicale, on a identifié des alcaloïdes, des triterpènes, des acides gras et des stéroïdes. Un des composés isolés est le lupéol, connu pour son activité anti-inflammatoire et son action réductrice sur les lésions des tubules rénaux chez le rat atteint d’hyperoxalurie induite. Les extraits de feuilles de Crateva spp. en Inde ont montré une activité antibactérienne ainsi qu’antifongique, alors que l’extrait d’écorce de Crateva magna s’est avéré être néphroprotecteur, antioxydant, anti-inflammatoire et un antidote contre le venin de serpent.

Le bois de Crateva adansonii est jaune pâle, léger et relativement tendre. Il dégage une forte odeur à la coupe. La densité spécifique (à 0% d’humidité) du bois s’élève à environ 0,39. La pâte peut être utilisée pour la production de papier, mais le bois a de courtes fibres et doit être mélangé à des bois à fibres plus longues. Le bois contient 44% de cellulose, 24,5% de lignine, 24% de pentosanes, 0,6% de cendres et 1,4% de silice.

Sur la base du poids sec, le feuillage contient 15–25% de protéines brutes et 0,1–0,3% de phosphore.

Description

Arbuste ou petit arbre caducifolié atteignant 10(–15) m de haut ; fût habituellement irrégulier et court, jusqu’à 50 cm de diamètre ; surface de l’écorce lisse et grise à brune, écorce interne fine, jaune-brun à stries brunes ; cime arrondie, plus ou moins ouverte ; rameaux glabres, bruns à lenticelles grises. Feuilles alternes mais groupées à l’extrémité des rameaux, composées à 3 folioles ; stipules minuscules, rapidement caduques ; pétiole de 2,5–8,5 cm de long ; pétiolules jusqu’à 8 mm de long ; folioles elliptiques à ovales ou lancéolées, les folioles latérales asymétriques, de 3–12,5 cm × 1–5 cm, cunéiformes à la base, acuminées à l’apex, papyracées, glabres, pennatinervées à jusqu’à 15 paires de nervures latérales indistinctes. Inflorescence : courte grappe terminale atteignant 2,5(–7,5) cm de long, glabre, portant jusqu’à 15 fleurs. Fleurs bisexuées, quasi régulières, 4-mères ; pédicelle de 1,5–4 cm de long ; sépales libres, deltoïdes à lancéolés, de 3–9 mm de long, égaux ; pétales libres, ovales, faiblement inégaux, de 1,5–3 cm de long, blanc jaunâtre, parfois à apex rouge-violet ; étamines 15–20, libres, de 2–3,5(–5) cm de long, à anthères violettes ; ovaire supère, longuement stipité, ellipsoïde, glabre, 1-loculaire, stigmate sessile, capité. Fruit : baie globuleuse, distinctement pédonculée, de 4–5(–8) cm, lisse, jaune à brune, à pulpe farineuse blanchâtre, contenant jusqu’à 15(–20) graines. Graines réniformes, de 0,5–1 cm de long, brunes à noires.

Autres données botaniques

Le genre Crateva comprend environ 9 espèces, la plupart en Asie tropicale, environ 3 à Madagascar, 1 en Afrique continentale et 1 en Amérique tropicale. Le genre est étroitement apparenté au genre Euadenia. Plusieurs Crateva spp. s’utilisent couramment en médecine traditionnelle en Asie tropicale, notamment en Inde. Un exemple est Crateva religiosa G.Forst. ; ce nom a été utilisé aussi dans la littérature pour l’espèce africaine Crateva adansonii. D’autre part, le nom Crateva adansonii a été utilisé dans la littérature pour des Crateva spp. de l’Inde, ce qui est causé par l’interprétation que Crateva adansonii comprendrait plusieurs sous-espèces, l’une en Afrique tropicale et l’autre en Asie tropicale ; à ce jour on les considère en général comme des espèces distinctes.

Plusieurs Crateva spp. de Madagascar ont également des usages médicinaux. Crateva excelsa Bojer et Crateva greveana Baill. sont des arbustes ou des arbres de taille petite à moyenne, atteignant 20(–30) m de haut, se rencontrant dans l’ouest et le centre de Madagascar. Des cataplasmes à partir des racines s’appliquent pour soigner le mal de dents et l’infection des gencives. L’écorce sert de tonique et d’aphrodisiaque, et l’écorce et les fruits entrent dans la préparation de boissons alcoolisés. Les fruits servent parfois de condiment. Le bois convient à la menuiserie, bien qu’il dégage une mauvaise odeur à la coupe, et s’utilise comme bois d’allumage.

Croissance et développement

En Afrique de l’Ouest, Crataeva adansonii fleurit normalement à la fin de la saison sèche, avant la formation du nouveau feuillage. Au Cameroun, il fleurit en général au début de la saison des pluies, juste avant ou pendant la formation des nouvelles feuilles, et en Ethiopie on le trouve en fleurs de novembre à mai. Les fruits mûrissent environ 6 mois après la floraison.

Ecologie

Crateva adansonii est présent dans une grande diversité de milieux, allant de la savane herbeuse, souvent sur des termitières, jusqu’à la ripisylve, en lisière de forêt et en forêt semi-décidue, jusqu’à 1500 m d’altitude en Afrique de l’Est. On le trouve généralement sur les sols profonds et légers, et il est tolérant à l’immersion temporaire.

Multiplication et plantation

On a signalé que les graines de Crateva adansonii ne germeraient que sur un sol humide, ensoleillé et nu. Des techniques de micropropagation in vitro ont été mises au point pour une espèce de Crateva en Inde.

Gestion

Les arbres sont souvent émondés.

Récolte

Pour l’usage comme légume au Burkina Faso, les feuilles de Crateva adansonii sont cueillies au début de la saison des pluies.

Ressources génétiques

Crateva adansonii est répandu, bien que réparti irrégulièrement, et il se rencontre dans des milieux divers ; il ne semble donc pas être menacé.

Perspectives

Les extraits de Crateva adansonii se sont avérés avoir une activité antibactérienne, mais c’est presque tout ce qu’on sait de ses propriétés phytochimiques et pharmacologiques. Etant donné l’utilisation fréquente de Crateva adansonii en médecine traditionnelle en Afrique, l’usage comme légume-feuilles en Afrique, et l’utilisation médicinale commune d’autres Crateva spp. avec leurs propriétés intéressantes en Asie tropicale, davantage de recherches sont justifiées. Crateva adansonii est une plante polyvalente, digne d’être plantée à plus grande échelle. Ses fleurs sont spectaculaires et il pourrait avoir un potentiel comme ligneux ornemental.

Références principales

  • Arbonnier, M., 2004. Trees, shrubs and lianas of West African dry zones. CIRAD, Margraf Publishers Gmbh, MNHN, Paris, France. 573 pp.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Elsaki, O.T., Otuk, S. & Khider, T.O., 2012. Sulfur-free pulping of Crateva adansonii from Sudan. Journal of Forest Products & Industries 1(1): 23–26.
  • Jacobs, M., 1964. The genus Crateva (Capparaceae). Blumea 12: 177–208.
  • Kers, L.E., 1986. Capparidaceae. Flore du Cameroun. Volume 29. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 141 pp.
  • Lagnika, L., Anago, E., Atindehou, M., Adjahoutonon, B., Dramane, K. & Sanni, A., 2011. Antimicrobial activity of Craeteva religiosa Forst. against bacteria isolated from Thryonomys swinderianus Temminck. African Journal of Biotechnology 10(49): 10034–10039.
  • Mann, A., Ibrahim, K., Oyewale, A.O., Amupitan, J.O. & Okogun, J.I., 2009. Antimycobacterial activity of some medicinal plants in Niger State, Nigeria. African Journal of Infectious Diseases 3(2): 44–48.
  • Schmelzer, G.H., 2001. Crateva L. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 188–191.
  • Teketay, D., Senbeta, F., Maclachlan, M., Bekele, M. & Barklund, P., 2010. Edible wild plants in Ethiopia. Addis Ababa University Press, Addis Ababa, Ethiopia. 575 pp.
  • von Maydell, H.-J., 1986. Trees and shrubs of the Sahel: their characteristics and uses. Schriftenreihe der GTZ No 196. Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, Eschborn, Germany. 525 pp.

Autres références

  • Abbiw, D.K., 1997. Traditional vegetables in Ghana. In: Guarino, L. (Editor). Traditional African vegetables. Proceedings of the IPGRI international workshop on genetic resources of traditional vegetables in Africa: conservation and use, 29–31 August 1995, ICRAF, Nairobi, Kenya. Promoting the conservation and use of underutilized and neglected crops 16. pp. 29–38.
  • Adjanohoun, E.J., Adjakidjè, V., Ahyi, M.R.A., Aké Assi, L., Akoègninou, A., d’Almeida, J., Apovo, F., Boukef, K., Chadare, M., Cusset, G., Dramane, K., Eyme, J., Gassita, J.N., Gbaguidi, N., Goudote, E., Guinko, S., Houngnon, P., Lo, I., Keita, A., Kiniffo, H.V., Kone-Bamba, D., Musampa Nseyya, A., Saadou, M., Sodogandji, T., De Souza, S., Tchabi, A., Zinsou Dossa, C. & Zohoun, T., 1989. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Bénin. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 895 pp.
  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Burkill, H.M., 2000. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 5, Families S–Z, Addenda. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 686 pp.
  • Elffers, J., Graham, R.A. & Dewolf, G.P., 1964. Capparidaceae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 88 pp.
  • Hadj-Moustapha, M., 1965. Capparidacées (Capparidaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 83. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 71 pp.
  • Hauman, L. & Wilczek, R., 1951. Capparidaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 2. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 454–521.
  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Heine, B. & Heine, I., 1988. Plant concepts and plant use; an ethnobotanical survey of the semi-arid and arid lands of East Africa. Part 1. Plants of the Chamus (Kenya). Cologne Development Studies 6. Breitenbach, Saarbrücken, Germany. 103 pp.
  • Kaufmann, J.C. & Elvin Lewis, M., 1995. Towards a logic of ethnodentistry at Antongobe, southwestern Madagascar. Economic Botany 49(2): 213–222.
  • Keay, R.W.J., 1989. Trees of Nigeria. A revised version of Nigerian trees (1960, 1964) by Keay, R.W.J., Onochie, C.F.A. & Stanfield, D.P. Clarendon Press, Oxford, United Kingdom. 476 pp.
  • Kers, L.E., 2000. Capparidaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 1. Magnoliaceae to Flacourtiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 74–120.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Lompo-Ouédraogo, Z., 2003. Plants and lactation: from tradition to the mechanism of action. PhD thesis, Wageningen University, Wageningen, Netherlands. 104 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Ogunwande, I.A., Ogunbinu, A.O., Flamini, G., Cioni, P.L. & Okeniyi, S.O., 2009. Essential oil profiles of some Nigerian medicinal plants. Journal of Essential Oil-Bearing Plants 12(2): 225–235.
  • Schatz, G.E., 2001. Generic tree flora of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 477 pp.
  • Taïta, P., 2000. La biodiversité des espèces spontanées utilisées dans l’alimentation et la pharmacopée dans la région de la réserve de biosphère de la Mare aux Hippopotames. In: Actes du Forum National de la Recherche Scientifique et des Innovations Technologiques (FRSIT), 3–8 avril 2000, Ouagadougou, Burkina Faso. Tome 2. Sécurité alimentaire. pp. 77–95.
  • Vivien, J. & Faure, J.J., 1996. Fruitiers sauvages d’Afrique: espèces du Cameroun. Ministère Français de la Coopération, Paris, France & CTA, Wageningen, Netherlands. 416 pp.

Afriref references

Sources de l’illustration

  • Elffers, J., Graham, R.A. & Dewolf, G.P., 1964. Capparidaceae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 88 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J. & Bosch, C.H., 2013. Crateva adansonii DC. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editeurs). Prota 11(2): Medicinal plants/Plantes médicinales 2. PROTA, Wageningen, Pays Bas. Consulté le 8 juillet 2021.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U