Courge coloquinte (Vilmorin-Andrieux, 1904)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Courge bouteille
Vilmorin-Andrieux, Les plantes potagères, 1904
Crambé

[221]

COLOQUINTE, COLOQUINELLE. (ANGL. Fancy gourd, Bitter apple ; ALL. Kleiner Zierkürbiss ; HOLL. Kawoerd appel, Kolokwint, Bitterappel ; SUÉD. Prynads-kürbiss ; ITAL. et ESP. Coloquintida ; PORT. Cabaça ; RUSSES Kolokvïnte, Gorkaïa tykva ; POL. Tykwy ozdobne). — Fam. des Cucurbitacées.

La véritable Coloquinte (Cucumis Colocynthis L.), plante exclusivement médicinale, ne se rencontre que très rarement dans les cultures. C'est par un abus de langage, consacré il est vrai par l'usage, qu'on désigne sous ce nom un grand nombre de variétés de courges à fruits petits, peu charnus, ayant pour principal mérite l'élégance ou la bizarrerie de leur forme et les belles couleurs qu'elles prennent à la maturité ; l'écorce en devient généralement très dure et la pulpe de l'intérieur se dessèche assez facilement : il en résulte que ces fruits se conservent mieux que ceux de la plupart des courges comestibles.

Tous les caractères de végétation des coloquintes les rapprochent entièrement des courges qui ont pour origine le Cucurbita Pepo. Les tiges, les feuilles et les fleurs, de même que les fruits, sont en général, dans ces plantes, plus petits que dans les autres variétés précédemment décrites ; mais tous leurs caractères, ainsi que ceux du calice et du pédoncule, indiquent bien cette origine : et, du reste, on peut dire que les patissons, qu'on s'accorde à regarder comme descendant certainement du Cucurbita Pepo, forment, par leurs fruits peu volumineux et à écorce dure, une transition parfaite entre les coloquintes et les courges comestibles de la série que nous avons décrite en dernier lieu.

Les coloquintes ont généralement, sinon toujours, des tiges longuement coureuses ou grimpantes ; elles sont très souvent, pour ce motif, employées comme plantes d'ornement pour la décoration des treillages, tonnelles, etc. La rapidité de leur croissance les rend très propres à garnir promptement les surfaces qu'on veut revêtir de verdure, et l'abondance de leurs fruits, qui sont d'ordinaire agréablement


[222]

panachés, les rend très décoratives à l'arrière-saison et jusqu'à l'arrivée des froids. Les fruits des coloquintes sont, aussi, fréquemment employés pour la garniture des tables à une époque où les fleurs deviennent rares.


Les variétés de coloquintes sont extrêmement nombreuses, et les semis en donnent constamment de nouvelles ; il serait impossible de les énumérer toutes, nous nous contenterons de citer celles qui sont le plus généralement cultivées, renvoyant à notre ouvrage : « LES FLEURS DE PLEINE TERRE », pour de plus amples indications.

C. poire blanche. — Fruit lisse, complètement d'un blanc laiteux.

C. poire rayée. — Fruit d'un vert foncé, zébré en long de bandes irrégulières ou marbré de taches blanches ou d'un vert très pâle.

C. poire bicolore. — Fruit mi-partie jaune et vert uni.

C. bicolore jaune et vert. — Fruit piriforme, jaune clair, marqué à la partie inférieure d'une tache circulaire verte qui, quelquefois, se dédouble et forme un anneau sur la partie ventrue.

C. oviforme blanche. — Fruit blanc uni, de la grosseur d'un œuf de poule.

C. galeuse. — Fruit arrondi, à écorce complètement couverte de nombreuses protubérances arrondies ; de couleur variable.

C. pomme hâtive. — Fruit presque sphérique, à peau entièrement blanche.

C. orange. — Fruit de la grosseur et de la couleur d'une belle orange.

C. miniature. — Fruit déprimé, petit, panaché de vert pâle sur fond plus foncé.

C. plate rayée. — Fruit très aplati, rayé ou marbré de différentes nuances de vert.