Courge bouteille (Vilmorin-Andrieux, 1904)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Courge de Siam
Vilmorin-Andrieux, Les plantes potagères, 1904
Courge coloquinte

[219]

COURGE BOUTEILLE, CALEBASSE, COUGOURDE, GOURDE (Lagenaria vulgaris Ser., Cucurbita Lagenaria L.). (ANGL. Bottle gourd ; ALL. Flaschen-Kürbiss).

De même que les petites formes ornementales du Cucurbita Pepo désignées habituellement, mais à tort, sous le nom de Coloquintes, les diverses variétés du Lagenaria vulgaris sont bien plutôt cultivées comme plantes d'ornement que pour le produit qu'on en peut tirer.

La forme dite Courge pèlerine, dont les fruits à double renflement sont connus de tout le monde, est seule susceptible d'un emploi usuel. Les fruits, secs et vidés, remplissent assez bien l'office de bouteille.


[220]

La végétation très rapide de cette courge, le nombre et la beauté de ses grandes fleurs blanches, et la forme ainsi que les dimensions remarquables des fruits, la font rechercher pour les effets décoratifs qu'on peut en obtenir comme plante grimpante ; aussi, paraît-elle s'être répandue dans tous les pays du monde à climat chaud ou tempéré ; elle est cultivée depuis longtemps déjà par les Chinois et les Japonais, qui en possèdent quelques variétés un peu différentes de celles que nous avons en Europe.

Les Lagenaria sont des plantes annuelles à végétation rapide, dont la culture est d'une extrême simplicité : on les sème en place en Mai, à une exposition chaude, ou bien on les plante en pleine terre à la même époque, après les avoir fait germer sur couche ou sous châssis, selon qu'on veut les avancer plus ou moins. Ces courges aiment une bonne terre riche et abondamment fumée ; de copieux arrosements, sans leur être absolument nécessaires, contribueront au développement et à la beauté des fruits.

Les fruits de Lagenaria ne mûrissent sous le climat de Paris que placés à une exposition chaude. Pris dans leur jeunesse, ils sont consommés, dans quelques pays, de la même manière que la Courge à la moelle ; il ne nous semble pas néanmoins qu'ils constituent un légume bien recommandable ; la plante doit surtout être considérée comme ornementale.

En raison du peu d'intérêt que présentent les variétés de Lagenaria au point de vue purement potager, nous nous bornerons à une simple citation des principales, renvoyant les personnes qui désireraient en avoir une description plus complète à notre ouvrage « LES FLEURS DE PLEINE TERRE » :

C. massue. -- Fruit dépassant parfois 1 mètre de longueur, presque cylindrique, mais moitié moins épais dans la partie voisine du point d'attache, souvent renflé à l'extrémité.

C. siphon. — Fruit présentant un renflement terminal à peu près sphérique, de 0m20 à 0m30, prolongé par un col long, mince, recourbé en demi-cercle dans la partie voisine du pédoncule.

C. pèlerine. — Fruit étranglé vers le milieu et présentant deux renflements très inégaux ; l'inférieur large, aplati à l'extrémité, de manière à donner au fruit une certaine stabilité ; le supérieur court, presque sphérique.


[221]

Il en existe une sous-variété à fruits très volumineux, désignée quelquefois sous le nom de Gourde gigantesque, mais elle ne se reproduit pas toujours bien identiquement par le semis et elle exige beaucoup de chaleur pour atteindre tout son développement.

C. pèlerine miniature. — Diminutif de la race précédente ; les fruits ne dépassent guère 0m10 à 0m12 de haut et leur volume n'excède pas 1/4 ou 1/3 de litre. Elle est extrêmement fertile et un seul pied peut porter jusqu'à une cinquantaine de fruits.

C. poire à poudre. — Fruit en forme de poire plus ou moins allongée, avec un col assez prononcé ; la dimension en est variable.

C. plate de Corse. — Fruit arrondi, tout à fait déprimé, complètement lisse et sans côtes, mesurant 0m15 à 0m20 de diamètre sur 0m06 à 0m10 d'épaisseur.