Cleome viscosa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


1, rameau en fleurs et en fruits ; 2, fleur ; 3, fruit ; 4, détail d’un fruit déhiscent ; 5, graine. Source: PROSEA

Cleome viscosa L.


Protologue: Sp. pl. 2 : 672 (1753).
Famille: Capparaceae (APG: Brassicaceae)
Nombre de chromosomes: 2n = 20

Synonymes

  • Cleome icosandra L. (1753).

Noms vernaculaires

  • Cléome visqueuse, cléome gluante (Fr).
  • Tickweed, wild mustard, spiderplant (En).
  • Musambe (Po).
  • Mgagani (Sw).

Origine et répartition géographique

Cleome viscosa est présent dans le nord de l’Afrique tropicale, du Cap Vert et du Sénégal à l’Egypte, l’Ethiopie et Zanzibar ; il n’est pas présent en Afrique australe, mais si à Madagascar et d’autres îles de l’océan Indien. En dehors de l’Afrique, il est répandu en Arabie péninsulaire, en Asie tropicale, en Australie et en Amérique tropicale et subtropicale.

Usages

En Afrique tropicale et ailleurs, Cleome viscosa est parfois utilisé comme légume-feuilles. Les feuilles amères sont localement appréciées et consommées fraîches, séchées ou cuites. Les jeunes fruits confits sont également consommés. En Inde, les graines, qui ont un goût agréable, sont utilisées comme condiment en substitut des graines de moutarde et de cumin pour la préparation d’épices pour confire au vinaigre, de saucisses, de légumes, de curries et de légumes secs.

Cleome viscosa n’est pas brouté par le bétail. Dans les régions où il est abondant, il peut être utilisé comme plante de couverture et comme engrais vert (par ex. au Ghana). En Afrique et en Asie, les feuilles et les graines sont utilisées comme rubéfiant et vésicant, ainsi que pour traiter des infections, la fièvre, le rhumatisme et les maux de tête. La plante entière est frottée sur le corps contre le rhumatisme. Les feuilles froissées sont considérées comme contre-irritant lorsqu’elles sont appliquées à usage externe pour traiter les infections d’herpès. On utilise du jus de feuille mélangé avec du beurre pour traiter les inflammations de l’oreille moyenne et pour appliquer sur les blessures et les ulcères. Une décoction est utilisée comme expectorant et comme stimulant digestif (par ex. pour soigner la colique et la dysenterie) et la vapeur issue de la décoction fumante de la plante entière est inhalée pour traiter les maux de tête. Les graines ont des propriétés carminatives mais leur usage excessif cause des flatulences et une dilatation de l’estomac. Une décoction de graines est utilisée pour traiter le rhumatisme, la gonorrhée, la diarrhée et la dysenterie, ainsi que comme lavement pour traiter les hémorroïdes. Les graines et leur huile ont des propriétés vermifuges, mais elles sont inefficaces pour traiter les infections à ascaris. Les racines sont un remède contre le scorbut et le rhumatisme.

Propriétés

Les feuilles fraîches de Cleome viscosa contiennent par 100 g : eau 80,4 g, protéines 5,6 g, Ca 880 mg, P 73 mg, Fe 24 mg, acide ascorbique 204 mg (CSIR, 1950). L’huile des graines (rendement 18–37%) contient de l’acide linoléique jusqu’à 70%, acide oléique 14%, acide palmitique 10%, acide stéarique 5% ainsi que quelques composés volatils. Des rats nourris avec l’huile n’ont pas subi de croissance ou de reproduction anormales ou des niveaux altérés de lipides dans le foie, et l’on a donc suggéré que l’huile pourrait être utilisée en toute sécurité par l’homme. On a isolé dans les graines une série de coumarino-lignanes (cléomiscosines). Celles-ci ont montré des propriétés anti-hépatotoxiques dans des essais avec des rats. Un extrait aqueux de graines a montré une activité analgésique significative chez les souris et une activité anésthésique locale chez les cobayes. Les parties aériennes ont une activité antibactérienne et inhibent complètement la croissance d’Acromonas hydrophylla et de Bacillus cereus. Les extraits contiennent des saponines, mais alcaloïdes et tanins sont absents. Dans des essais sur des rats, l’activité antipyrétique et antidiarrhéique des extraits a été confirmée. Des extraits de graines et de pousses de Cleome viscosa ont un effet allélopathique sur la germination des graines et la croissance du mil (Pennisetum glaucum (L.) R.Br.).

Description

  • Plante herbacée annuelle, érigée, ramifiée, atteignant 1 m de haut, à poils glandulaires jaunâtres, viscide, dégageant une forte odeur lorsqu’elle est froissée ; tige angulaire-striée, devenant parfois ligneuse à la base.
  • Feuilles alternes, composées digitées à 3–5 folioles ; pétiole atteignant 6 cm de long ; folioles obovales-lancéolées, de 1–5,5 cm × 0,5–2 cm, devenant progressivement plus petites chez les feuilles supérieures.
  • Inflorescence : grappe feuillée, atteignant 40 cm de long à la fructification ; bractées ressemblant aux feuilles, 3-foliolées.
  • Fleurs bisexuées, 4-mères ; pédicelle atteignant 2 cm de long chez le fruit ; sépales lancéolés-oblongs, de 3–7 mm × 2 mm ; pétales oblongs-obovales, de 4–12 mm × 2–3 mm, glabres, jaunes ; étamines habituellement 10–20, filets d’environ 7 mm de long ; ovaire supère, cylindrique, sessile, 1-loculaire, style filiforme, court, gros stigmate capité.
  • Fruit : capsule cylindrique, érigée, de 1,5–10 cm × 4 mm, glanduleuse poilue, déhiscente à 2 valves jusqu’au milieu.
  • Graines à contour circulaire-réniforme, atteignant 1,5 mm de diamètre, à fortes côtes transversales et à fines côtes longitudinales concentriques, rouge-brun, odorantes.

Cleome comprend 150–200 espèces, dont la majeure partie se trouve en Amérique tropicale, alors qu’on en connaît environ 50 en Afrique tropicale. Il est classé dans la sous-famille des Cleomoideae, parfois considérée comme une famille distincte, les Cleomaceae. Cleome viscosa est facile à identifier avec ses petites fleurs jaunes, ses fruits ne s’ouvrant qu’à moitié et son indument collant.

Les graines ne sont pas dormantes et germent facilement après leur chute. La floraison des plantes débute 3–4 semaines après la germination et le cycle de vie est d’environ 3 mois. Les fleurs sont éphémères, s’ouvrant le matin et se refermant l’après-midi.

Ecologie

Cleome viscosa est présent en savane boisée et herbeuse et c’est une adventice des friches, des champs, des bords de routes et des terrains vagues, souvent sur des sols sableux, mais parfois sur des sols calcaires et rocailleux. On le trouve aussi bien en conditions humides que de sécheresse saisonnière, du niveau de la mer jusqu’à 1000 m d’altitude.

Gestion

Les feuilles de Cleome viscosa sont récoltées dans la nature en Afrique. En Inde, la plante est rarement cultivée, mais est de plus en plus appréciée comme substitut bon marché au cumin. Sa culture est encouragée sur les terres agricoles dégradées ou marginales où il peut être cultivé avec moins de difficulté que les cultures traditionnelles. En culture pure (35 000 plantes/ha), des rendements en graines de 600 kg/ha ont été obtenus. La culture n’est pas attaquée par des insectes ravageurs ni endommagée par la faune sauvage à cause de sa nature collante et de sa forte odeur piquante. La multiplication de masse in vitro à des fins médicinales a été pratiquée avec succès. Dans certaines régions (par ex. aux Etats-Unis), Cleome viscosa est considéré comme une adventice nuisible. C’est une plante-hôte du potyvirus des taches en anneau de la papaye, qui attaque également les melons, ainsi que des nématodes Meloidogyne incognita et Meloidogyne javanica.

Ressources génétiques

Cleome viscosa est répandu et ne semble pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Cleome viscosa restera un légume-feuilles secondaire utilisé en période de disette. La faveur croissante dont il fait l’objet en Inde comme graine condimentaire pourrait être intéressante aussi pour l’Afrique. Ses propriétés nutritionnelles et médicinales sont prometteuses et méritent davantage de recherche.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • CSIR, 1950. The wealth of India. A dictionary of Indian raw materials and industrial products. Raw materials. Volume 2: C. Council of Scientific and Industrial Research, New Delhi, India. 427 pp.
  • Kers, L.E., 1986. Capparidaceae. Flore du Cameroun. Volume 29. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 141 pp.
  • Maikhuri, R.K., Semwal, R.L., Rao, K.S., Nautiyal, S. & Saxena, K.G., 2000. Cleome viscosa, Capparidaceae: a weed or a cash crop? Economic Botany 54(2):150–154.
  • Windadri, F.I., 2001. Cleome L. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 167–171.

Autres références

  • Berhaut, J., 1974. Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Volume 2. Balanophoracées à Composées. Gouvernement du Sénégal, Ministère du Développement Rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, Senegal. 695 pp.
  • Devi, B.P., Boominathan, R. & Mandal, S.C., 2002. Evaluation of anti-diarrheal activity of Cleome viscosa L. extract in rats. Phytomedicine 9(8): 739–742.
  • Devi, B.P., Boominathan, R. & Mandal, S.C., 2003. Evaluation of antipyretic potential of Cleome viscosa Linn. (Capparidaceae) extract in rats. Journal of Ethnopharmacology 87(1): 11–13.
  • Elffers, J., Graham, R.A. & Dewolf, G.P., 1964. Capparidaceae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 88 pp.
  • Hadj-Moustapha, M., 1965. Capparidacées (Capparidaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 83. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 71 pp.
  • Kers, L.E., 2000. Capparidaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 1. Magnoliaceae to Flacourtiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 74–120.
  • Parimaladevi, B., Boominathan, R. & Mandal, S.C., 2003. Studies on analgesic activity of Cleome viscosa in mice. Fitoterapia 74(3): 262–266.
  • Rukmini, C., 1978. Chemical, nutritional and toxicological evaluation of the seed oil of Cleome viscosa. Indian Journal of Medical Research 67(4): 604–607.
  • Saxena, B.R., Koli, M.C. & Saxena, R.C., 2000. Preliminary ethnomedical and phytochemical study of Cleome viscosa L. Ethnobotany 12: 47–50.
  • Singh, P.D.A. & West, M.E., 1991. Pharmacological investigations of sticky viscome extract (Cleome viscosa L.) in rats, mice and guinea-pigs. Phytotherapy Research 5(2): 82–84.

Sources de l'illustration

  • Windadri, F.I., 2001. Cleome L. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 167–171.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 17 novembre 2018.