Ciste hélianthème (Cazin 1868)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Ciguë
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Citronnier


[319]

Nom accepté : Helianthemum nummularium


CISTE HÉLIANTHÈME ou FLEUR DU SOLEIL.

Cistus helianthemum. L.

CISTACÉES. Fam. nat. — POLYANDRIE MONOGYNIE.


Le ciste hélianthème croît spontanément dans les contrées méridionales de la France, dans les lieux incultes, sur les lisières des grandes routes.

Description. — Racine blanche, ligneuse. — Tiges ligneuses, grêles, cylindriques, nombreuses, velues, couchées. — Feuilles ovales, pubescentes, repliées, courtement pétiolées. — Fleur jaune, terminale, rosacée. — Cinq pétales grands, arrondis, plans, étalés. — Calice à cinq feuillets dont deux plus petits. — Fruit : capsule uniloculaire, à trois battants, à trois angles, arrondie, fermée. — Semences petites, orbiculaires, aplaties.

[Parties usitées. — Les feuilles, les fleurs.

Culture. — Le ciste hélianthème se multiplie de graines et de boutures ; il est de pleine terre dans le midi de la France, et d'orangerie dans le nord ; on peut cependant le risquer en pleine terre dans une bonne exploitation avec couverture l'hiver ; les boutures se font en été, les semis en avril et sur couches ; il demande un terrain sec.]


[320]

Les feuilles de cette plante contiennent un suc balsamique, gluant, visqueux, qui peut être fort utile, et que Bodart a proposé comme succédané du ladanum, substance résineuse, agréable, retirée du ciste de Crète en usage dans les préparations cosmétiques, et qu'on employait autrefois dans les affections catarrhales, la dysenterie, l'atonie des voies digeslives et les emplâtres fortifiants. Kramer a préconisé la décoction des feuilles et des fleurs de cette plante dans la phthisie pulmonaire.


L'HÉLIANTHÈME VULGAIRE (Helianthemum vulgare, L.) a été vanté contre la phthisie. Ray le recommande dans la phthisie, l'asthme et l'orthopnée.

On cultive encore dans le midi de la France le C. laurifolius, L. ; le C. populifolius, L. ; le C. ladaniferus, qui produit par incisions la matière résineuse aromatique nommée Ladanum. On remarque encore le C. purpureus, Lamk ; le C. albulus, L. et le C. salviæfolius ; tous jouissent des mêmes propriétés.