Carissa edulis (Fruitiers du Cameroun)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Xylopia parviflora
Fruitiers Forestiers Comestibles du Cameroun
Picralima nitida


Carissa edulis Vahl

Symb. Bot. 1 : 22 (1790)

Synonyme

  • Carissa pubescens A. DC.

Noms locaux

  • Baya : pinsela
  • Foulfouldé : tchaboule bali, bagozahi, chizaki
  • Koma : dambo, damlé (fruit)

Origine, distribution géographique et écologie

Espèce d’Afrique tropicale à distribution irrégulière et assez disséminée. On la retrouve aussi en Asie tropicale. Au Cameroun, elle est présente dans les fourrés côtiers, à la lisière de la forêt caducifoliée, dans les savanes guinéennes et soudaniennes.

Description

  • Arbuste épineux, sarmenteux, buissonnant, atteignant 5 m de hauteur et 30 cm de diamètre ; écorce brun foncé liégeux, tranche blanchâtre à jaune-pâle avec des stries fibreuses orangées ; épines droites, opposées, disposées par paires, longues de 1-3 cm.
  • Feuilles simples, opposées ; limbes ovales, mesurant jusqu’à 6 x 5 cm, sommet pointu et mucroné, base arrondie ; nervures saillantes, contenant un latex blanc.
  • Inflorescences en ombelles de cymes de 6-12 fleurs, atteignant 5 cm de longueur.
  • Fleurs blanches à pourpres, odorantes, pouvant mesurer jusqu’à 2 cm de longueur ; hermaphrodites, pentamères ; corolle tubulée.
  • Fruits : baies sphériques de 1,5 cm de diamètre, rouge vif ou rouge foncé à noires à maturité, lisses, glabres, exsudant un latex blanc ; pulpe rose.
  • Graines au nombre de 2-4, noyées dans la pulpe.

Floraison en fin de saison sèche et début de saison pluvieuse. Fructification juste après. Fleurs et fruits parfois simultanément sur la même plante.

Agronomie

Les fleurs sont hermaphrodites. La floraison a lieu en fin de saison sèche-début de saison des pluies. Elle est souvent étalée et la plante peut être à la fois en fleurs et en fruits. Les fruits sont des baies contenant chacune 2-4 graines.

L’espèce se régénère très facilement par boutures et peut former de bonnes haies défensives. Elle a été essayée avec succès en plantation à Gashiga dans les environs de Garoua au Cameroun.

Utilisations

Carissa edulis est une plante mellifère et ornementale parfois plantée en haie vive. En plus de son utilité alimentaire, elle a des propriétés médicinales connues des peuples d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Les parties utilisées sont : le fruit, la racine et le bois (Arbonnier, 2000 ; Ruffo et al., 2002).

La pulpe du fruit au goût agréable est comestible crue, en confiture ou au vinaigre. Elle sert de base à la confection des confitures (Vivien et Faure, 1995 ; Malgras, 1992 ; Arbonnier, 2000). Les feuilles servent d’aliment aux chèvres et aux chameaux.

La plante se prête également à diverses utilisations médicinales. Les racines de Carissa edulis sont toniques et antihelminthiques. Râpées, elles peuvent être utilisées dans le traitement des adénites, des gastrites, de l’asthme, des maladies vénériennes et de l’impuissance sexuelle. Macérées dans de l’eau, elles ont une saveur agréable et, trempées dans du Rhum ou du genièvre, elles s’utilisent comme succédané de l’absinthe. Additionnées au piment, ces racines sont recommandées dans le traitement des vers parasites et soignent la carie dentaire et l’impuissance sexuelle chez l’homme (Malgras, 1992 ; Arbonnier, 2000). Dans les zones sèches d’Afrique de l’Ouest, les fruits de Carissa edulis sont utilisés comme vermifuge pour les bovins (Arbonnier, 2000). En Tanzanie, la décoction des racines est utilisée pour traiter le paludisme chez les enfants ; elle augmente également la lactation chez les femmes (Ruffo et al., 2002). Le bois de Carissa edulis est un excellent combustible.