Bivinia jalbertii (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
branche en fleurs
branche en fleurs (Zimbabweflora)
branche en fleurs
branche en fleurs
branche en fleurs (Zimbabweflora)

Bivinia jalbertii Tul.


Protologue: Ann. Sci. Nat., Bot., sér. 4, 8: 78 (1857).
Famille: Flacourtiaceae (APG: Salicaceae)

Noms vernaculaires

  • Cobweb tree (En).

Origine et répartition géographique

Bivinia jalbertii se rencontre dans des zones restreintes, disséminées, du Kenya au Mozambique et à Madagascar, souvent dans les régions côtières.

Usages

Le bois est utilisé en construction pour les perches, les ponts et pour les travaux hydrauliques, et pour des revêtements de sol lourds, la menuiserie pour l’intérieur et l’extérieur, les boiseries intérieures et la charronnerie. Il convient pour la construction navale, les échelles, les articles de sport, les traverses de chemin de fer, les jouets, les bibelots, les manches d’outil, les boîtes et les caisses. L’arbre a une valeur ornementale.

Propriétés

Le bois de cœur est blanc jaunâtre et se démarque indistinctement de l’aubier atteignant 5 cm de large. Le bois de Madagascar a un poids moyen, avec une densité de 700–810 kg/m³ à 12% d’humidité, et est relativement dur. Il sèche à l’air relativement bien avec peu de déformation. Les taux de retrait, du bois vert à anhydre, sont moyens, de 3,6–4,1% radialement et de 7,9–8,6% tangentiellement. Une fois sec, le bois est stable en service. A 12% d’humidité, le module de rupture est de 156–165 N/mm², le module d’élasticité de 9900–10 100 N/mm², la compression axiale de 57–62 N/mm² et la dureté de flanc Chalais-Meudon de 5,6–6,3.

Le bois se scie et se travaille aussi bien à la machine qu’à la main. Il retient bien les clous et les vis. Les propriétés de collage sont bonnes et le bois se peint bien et prend une jolie finition. On signale qu’il est résistant aux xylophages et moyennement résistant aux termites.

Description

  • Arbuste ou arbre de taille petite à moyenne, caducifolié, atteignant 30 m de haut ; fût non ramifié sur 16 m, droit et cylindrique, atteignant 80(–100) cm de diamètre ; surface de l’écorce lisse, gris pâle ; rameaux brun grisâtre, à lenticelles pâles, à poils courts lorsque jeunes.
  • Feuilles alternes, simples ; stipules absentes ; pétiole jusqu’à 1,5 cm de long, rouge vif ; limbe ovale à elliptique ou légèrement obovale, de 4,5–10(–13) cm × 2,5–4(–6) cm, base largement cunéiforme, apex acuminé, denté, finement papyracé, légèrement poilu particulièrement sur la nervure médiane et aux nervures, mais devenant glabre, rougeâtre au-dessous, pennatinervé à 7–8 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : grappe cylindrique, densément fleurie, de 5–12 cm de long, à poils courts.
  • Fleurs bisexuées, régulières, jaune verdâtre ; pédicelle mince, de 2–3(–4) mm de long, articulé à proximité du milieu ; sépales 4–6, ovales-deltoïdes, de 2–3 mm de long, à poils courts, avec une glande à la base de chaque sépale ; pétales absents ; étamines nombreuses, en fascicules d’environ 10 alternant avec les sépales, de 3–4 mm de long ; ovaire supère, globuleux, à poils blancs, styles 4–6.
  • Fruit : capsule globuleuse d’environ 3 mm de diamètre, à poils courts, à styles persistants, déhiscente par 4–6 valves, contenant peu de graines.
  • Graines presque cylindriques, d’environ 2 mm × 1 mm, brun foncé, couvertes de poils blancs atteignant 4 mm de long.

Bivinia jalbertii pousse moyennement rapidement. Au Zimbabwe, il commence sa floraison vers environ 10 ans. A Madagascar, il fleurit en octobre–décembre ; au Zimbabwe, les fruits mûrissent en novembre–mai.

Le genre Bivinia est monotypique ; il ressemble fortement à Calantica, qui diffère principalement par la présence de pétales.

Ecologie

Bivinia jalbertii est présent en forêt décidue et semi-décidue et dans la brousse côtière, par endroit également en forêt sempervirente sur des collines rocailleuses, jusqu’à 300 m d’altitude. Au Zimbabwe, il pousse sur des collines avec forte pluviométrie et quelques brouillards à la saison sèche, au nord du fleuve Limpopo.

Gestion

Bivinia jalbertii a été planté au Zimbabwe à titre d’essai en tant qu’espèce forestière et espèce ornementale pour les jardins. Il est facilement multiplié par graines. Les jeunes plants exigent de l’eau en abondance, mais aucun soin particulier. Les arbres se recèpent bien.

Ressources génétiques

Bivinia jalbertii a longtemps été protégé au Zimbabwe et est répertorié sur la Liste rouge de l’UICN comme “à faible risque / quasi-menacé”, mais son statut nécessite une révision. Il est connu dans des endroits restreints au Zimbabwe et au Mozambique, mais est un peu plus répandu au Kenya, en Tanzanie et à Madagascar. Il faut étudier la relation entre les peuplements du continent africain et les peuplements malgaches, qui pourraient être génétiquement différents.

Perspectives

Les peuplements subsistants de Bivinia jalbertii doivent être protégés. L’abattage contrôlé pour le bois d’œuvre semble justifié uniquement dans les endroits où il est fréquent. On n’a pas assez d’information pour évaluer sa valeur comme espèce de plantation.

Références principales

  • Coates Palgrave, K., 2002. Trees of southern Africa. 3rd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 1212 pp.
  • Parant, B., Chichignoud, M. & Rakotovao, G., 1985. Présentation graphique des caractères des principaux bois tropicaux. Tome 5. Bois de Madagascar. CIRAD, Montpellier, France. 161 pp.
  • Rakotovao, G., Rabevohitra, R., Gerard, J., Détienne, P. & Collas de Chatelperron, P., en préparation. Atlas des bois de Madagascar. FOFIFA-DRFP, Antananarivo, Madagascar.
  • Wild, H., 1960. Flacourtiaceae (incl. Samydaceae). In: Exell, A.W. & Wild, H. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 1, part 1. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 261–298.
  • World Conservation Monitoring Centre, 1998. Bivinia jalbertii. In: IUCN. Red list of threatened species. Version 2010.3. [Internet] http://www.iucnredlist.org. October 2010.

Autres références

  • Perrier de la Bâthie, H., 1946. Flacourtiacées (Flacourtiaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 140. Imprimerie Officielle, Tananarive, Madagascar. 131 pp.
  • Schatz, G.E., 2001. Generic tree flora of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 477 pp.
  • Sleumer, H., 1975. Flacourtiaceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 68 pp.
  • Timberlake, J., 1996. Bivinia jalbertii. [Internet] Journal of the Tree Society of Zimbabwe December 1996. http://www.lind.org.zw/ treesociety/1996/ dec96.htm. October 2010.
  • Wild, H. & Vidigal, M.P., 1973. Flacourtiaceae. In: Fernandes, A. (Editor). Flora de Moçambique. No 16. Junta de Investigações do Ultramar, Lisbon, Portugal. 39 pp.

Auteur(s)

  • D. Louppe, CIRAD, Département Environnements et Sociétés, Cirad es-dir, Campus international de Baillarguet, TA C 105 / D (Bât. C, Bur. 113), 34398 Montpellier Cédex 5, France
  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Louppe, D. & Oyen, L.P.A., 2011. Bivinia jalbertii Tul. [Internet] Fiche de PROTA4U. Lemmens, R.H.M.J., Louppe, D. & Oteng-Amoako, A.A. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. <http://www.prota4u.org/search.asp>.

Consulté le 20 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.