Baphia kirkii (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg


Baphia kirkii Baker


Protologue: Oliv., Fl. trop. Afr. 2 : 250 (1871).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)

Noms vernaculaires

  • Gevire (Po).
  • Mkuruti (Sw).

Origine et répartition géographique

Baphia kirkii est limité aux régions côtières de la Tanzanie et au sud du Mozambique.

Usages

Le bois (noms commerciaux : baphia, camwood) sert à fabriquer des meubles (principalement des tables et des dessus de comptoirs), des parquets pour usage intensif et des articles tournés. En Afrique tropicale, il est utilisé pour construire des habitations et des bateaux ; il sert également à confectionner des manches d’outils, des pilons, des tabourets et des sculptures ; il est utilisé comme bois de feu et dans la production de charbon de bois. Baphia kirkii est planté comme arbre ornemental d’ombrage et d’alignement. Une décoction de racines est ingérée pour traiter l’épilepsie.

Production et commerce international

Pendant la première moitié de l’année 2004, il y avait encore une exportation considérable de grumes de Baphia kirkii de Tanzanie, mais depuis juillet 2004 les exportations de bois ronds sont interdites.

Propriétés

Le bois de cœur est brun pourpre et contient une gomme rouge ; l’aubier est blanc jaunâtre et peut atteindre 2 cm de large. Le fil est droit ou légèrement ondé, le grain fin et régulier. L’odeur du bois est poivrée. Le bois est dur et lourd, avec une densité de 1280 kg/m³ à 12% de degré d’humidité. Les taux de retrait du bois vert au bois de 12% d’humidité sont de 1,5% radialement et de 2,4% tangentiellement. Le bois vert a un faible degré d’humidité, et le séchage à l’air est rapide avec peu de dégradations. Le bois est difficile à travailler à l’aide d’outils mécaniques, désaffûtant rapidement les scies et les lames. Il se finit et se polit très bien. Il est résistant et supporte bien les intempéries. Sa durabilité est bonne, le bois étant rarement attaqué par les térébrants marins et les termites. L’aubier n’est pas sensible aux attaques de Lyctus. Le bois de cœur est imperméable aux produits de préservation.

Description

  • Arbre de taille moyenne atteignant 27 m de haut ; fût jusqu’à 15 m de long, avec un diamètre pouvant atteindre 0,9 m, de forme irrégulière avec de profondes cannelures à la base ; écorce externe brun-gris ; cime arrondie, très ramifiée ; rameaux pendants, portant des poils brun roux mais glabrescents.
  • Feuilles alternes, simples et entières ; stipules rapidement caduques ; pétiole de 1–3 cm de long, épaissi à la base et au sommet ; limbe largement ovale à elliptique, de 4–14 cm × 1,5–7 cm, cunéiforme à légèrement cordé à la base, obtus à acuminé à l’apex, coriace, glabre, pennatinervé à 5–8 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : grappes axillaires de 3,5–7,5 cm de long, souvent groupées en inflorescences feuillées paniculiformes à l’extrémité des branches.
  • Fleurs bisexuées, papilionacées ; pédicelle de 6,5–18 mm de long, poilu ; calice de 9–15 mm de long, à 2 lobes, à poils bruns épars ; corolle à étendard presque orbiculaire jusqu’à 20(–25) mm de diamètre, blanc avec une tache jaune à la base, ailes et carène blanches, avec une poche près de la base ; étamines 10, libres, pouvant atteindre 16 mm de long ; ovaire supère, glabre, style incurvé.
  • Fruit : gousse ellipsoïde-oblongue de 7,5–16,5 cm × 2,5–5 cm, aplatie, ligneuse, brun pâle, déhiscente avec 2 valves, contenant 1–2 graines.
  • Graines lenticulaires, de 1,5–2,5 cm × 1–2 cm, noires ou brun foncé.

Autres données botaniques

Le genre Baphia comprend environ 45 espèces et il est limité à l’Afrique, y compris à Madagascar où 2 espèces sont présentes. L’aire de répartition de Baphia kirkii est divisée en deux sous-régions, distantes d’environ 1500 km. Les plantes de Tanzanie sont considérées comme appartenant à la subsp. kirkii, celles du Mozambique à la subsp. ovata (Sim) Soladoye (synonyme : Baphia ovata Sim), qui se différencie par des fleurs légèrement plus petites et un calice plus poilu.

Le bois de quelques autres espèces de Baphia est utilisé de la même façon que celui de Baphia kirkii, mais la plupart des espèces sont de trop petite taille pour présenter un intérêt.


L’espèce la plus connue donnant du bois d’œuvre est Baphia nitida Lodd. (bois de cam), mais l’utilisation du colorant rouge extrait de ce bois est plus importante.

Baphia capparidifolia

Baphia capparidifolia Baker appartient à la même section que Baphia kirkii. Cette espèce répandue, qui se rencontre depuis la Guinée jusqu’à l’ouest de la Tanzanie et en Zambie ainsi qu’à Madagascar, est un arbuste généralement grimpant dont le bois sert cependant à confectionner des bâtons de marche et des supports pour filets de pêche. Ses feuilles sont utilisées pour traiter la fièvre et sont administrées aux femmes enceintes dont le fœtus se développe trop lentement.

Baphia laurifolia

Le bois de Baphia laurifolia Baill., arbuste ou arbre de taille petite à moyenne atteignant 20 m de haut qui se trouve de l’est du Nigeria au centre de la R.D. du Congo, est utilisé au Gabon pour fabriquer des ustensiles de cuisine.

Ecologie

Baphia kirkii se rencontre dans les forêts côtières, les fourrés et les savanes, jusqu’à 400(–900) m d’altitude.

Ressources génétiques

L’aire de répartition de Baphia kirkii se compose de deux petites régions et l’espèce peut facilement devenir menacée par les exploitations de bois en cours ; Baphia kirkii est répertorié par l’UICN comme vulnérable. Il est recommandé de surveiller les peuplements existants.

Perspectives

Il existe peu d’informations sur les propriétés du bois de Baphia kirkii, sa croissance et sa multiplication, bien qu’il soit une source de bois d’œuvre appréciée localement. Il serait intéressant de mener de plus amples recherches sur ces aspects, ainsi que sur des méthodes de gestion appropriées des peuplements naturels.

Références principales

  • Bryce, J.M., 1967. The commercial timbers of Tanzania. Tanzania Forest Division, Utilisation Section, Moshi, Tanzania. 139 pp.
  • Milledge, S., 2005. Managing a logging boom in Tanzania. Traffic Dispatches 24: 9.
  • Soladoye, M.O., 1985. A revision of Baphia (Leguminosae - Papilionoideae). Kew Bulletin 40: 291–386.

Autres références

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Gillett, J.B., Polhill, R.M., Verdcourt, B., Schubert, B.G., Milne-Redhead, E., & Brummitt, R.K., 1971. Leguminosae (Parts 3–4), subfamily Papilionoideae (1–2). In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 1108 pp.
  • Lovett, J. & Clarke, G.P., 1998. Baphia kirkii. In: IUCN. 2006 Red list of threatened species. [Internet] http://www.iucnredlist.org. 2006.
  • Lovett, J.C., Ruffo, C.K., Gereau, R.E. & Taplin, J.R.D., 2006. Field guide to the moist forest trees of Tanzania. [Internet] Centre for Ecology Law and Policy, Environment Department, University of York, York, United Kingdom. http://celp.org.uk/projects/tzforeco/. August 2006.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Raponda-Walker, A. & Sillans, R., 1961. Les plantes utiles du Gabon. Paul Lechevalier, Paris, France. 614 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2007. Baphia kirkii Baker. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 21 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.