Aristida stipoides (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Aristida stipoides Lam.


Protologue: Tabl. Encycl. 1(1) : 157 (1791).
Famille: Poaceae (Gramineae)

Origine et répartition géographique

Aristida stipoides est réparti dans tout le Sahel, du Cap-Vert et de la Mauritanie au Soudan et en Ethiopie, et est présent de façon disséminée de la Tanzanie en allant vers le sud-ouest jusqu’en Namibie.

Usages

Les tiges sont utilisées pour la couverture des toits et pour faire des clôtures. Elles sont également tressées pour faire des nattes et des plats. Les nœuds intérieurs sont charnus et doux, et sont sucés par les enfants, par exemple au Cap-Vert. Les animaux domestiques broutent Aristida stipoides, mais seulement à l’état très jeune et lorsqu’ils manquent de pâtures de meilleure qualité. La plante produit fréquemment des galles, produisant des morceaux durs d’environ 1,5 cm × 1 cm dans l’articulation basale d’une branche. Les médecins Niominkas au Sénégal considèrent ces galles comme un excellent vermifuge, et les médecins Fulanis les prescrivent en poudre et mélangées aux aliments ou absorbées en breuvage dans de l’eau pour l’anurie.

Production et commerce international

Les tiges ne sont utilisées et vendues que localement.

Botanique

Graminée annuelle, vigoureuse, lâchement touffue, atteignant 1,5 m de haut ; tiges érigées, simples ou légèrement ramifiées à partir des nœuds supérieurs, glabres, habituellement à 3 nœuds ; nœuds glabres. Feuilles alternes ; gaine légèrement scabéruleuse ou glabre ; ligule à bordure courtement ciliée ; auricules avec une touffe de poils laineux ; limbe atteignant 30 cm × 3–5 mm, à bords enroulés vers l’intérieur lorsque le limbe est étalé, ou plus ou moins plat à la base, à nervures prononcées, scabre au-dessus, lisse au-dessous. Inflorescence : panicule atteignant 50 cm de long, étalée et très lâche, souvent pendante, à fleurs souvent peu nombreuses ; rameaux glabres ou scabéruleux, rameaux secondaires filiformes ; axe lisse. Epillets solitaires, à 1 fleur, étroits, pédicellés, pâles ou teintés de rouge ou de violet, en particulier à la base, parfois à tache noire ; rachille se désarticulant obliquement au-dessus des glumes ; cal mince, d’environ 2 mm de long, à 2 dents, barbu ; glumes persistantes, très inégales, à 1 nervure, glabres, glume inférieure de 5–7 mm de long, largement lancéolée, légèrement bifide, finement dentée à poilue le long des bords vers l’apex, glume supérieure de 15–20 mm de long, étroitement linéaire, avec un mucron sur l’apex bifide ; fleur bisexuée ; lemme elliptique, de 7–9 mm de long, coriace, à 3 nervures, à 3 arêtes, celle du centre de 3,5–6 cm de long, les latérales un peu plus courtes ; paléole dix fois moins longue que la lemme, sans carènes ; étamines 3. Fruit : caryopse.

Aristida est un grand genre comprenant presque 300 espèces dans le monde entier, souvent dans les régions arides et chaudes. Il est caractérisé par des lemmes à 3 arêtes.

Aristida junciformis Trin. & Rupr. (“wire grass”, “Ngongoni three-awn grass”) est une graminée vivace, rhizomateuse, en touffe, atteignant 90 cm de haut et à tiges non ramifiées. Il est présent de l’Afrique de l’Est jusqu’en Afrique du Sud dans les savanes et les herbages. Certains herbages de la côte est de l’Afrique du Sud sont nommées d’après cette plante (“Ngongoni Veld”). C’est une très bonne graminée pour faire des balais pour un usage domestique. Elle n’a pas de valeur fourragère, car elle est dure et immangeable. Aux endroits où il y a un surpâturage sélectif, cette graminée forme des peuplements denses qui sont très difficiles à éradiquer et elle est considérée comme une adventice dans ces circonstances. Elle forme une excellente couverture au sol qui prévient l’érosion dans des zones à forte altitude et forte pluviométrie où elle est présente.

Aristida stipitata Hack. (“sandveld bristlegrass”, “dune bristlegrass”) est une graminée touffue, vivace, à tiges érigées atteignant 150 cm de long, présente en Afrique australe tropicale. Dans le delta de l’Okavango au Botswana, les tiges sont utilisées pour la couverture des toits. Parfois les tiges sont tordues en un bouquet dense, plongées dans l’eau et soulevées au-dessus de la tête afin de pouvoir boire l’eau qui s’en écoule.

Ecologie

Aristida stipoides se rencontre sur les sols sableux et basaltiques dans la savane herbeuse et le maquis, également dans le dambos tourbeux. Il est sensible au surpâturage. C’est souvent un indicateur de sols appauvris.

Gestion

Aristida stipoides est seulement présent à l’état sauvage.

Ressources génétiques

Aristida stipoides est répandu et commun et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Aristida stipoides restera probablement une graminée d’importance locale pour la couverture et le tressage.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Clayton, W.D., 1970. Gramineae (part 1). In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 176 pp.
  • Clayton, W.D., 1972. Gramineae. In: Hepper, F.N. (Editor). Flora of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, part 2. pp. 277–574.
  • Hiernaux, P., 1998. Effects of grazing on plant species composition and spatial distribution in rangelands of the Sahel. Plant Ecology 138(2): 191–202.
  • Launert, E., 1971. Gramineae (Bambuseae - Pappophoreae). In: Fernandes, A., Launert, E. & Wild, H. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 10, part 1. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. 152 pp.

Autres références

  • CIAT/FAO, undated. Grassland species profiles. [Internet]. CIAT/FAO collaboration on Tropical Forages, Rome, Italy. http://www.fao.org/ ag/AGP/AGPC/doc/gbase/ Default.htm. May 2011.
  • Clayton, W.D., Harman, K.T. & Williamson, H., 2002–. GrassBase - the online world grass flora. [Internet] Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom.http://www.kew.org/ data/grasses-db/. May 2011.
  • de Winter, B., 1969. A new species of Eragrostis from South West Africa. Bothalia 10(1): 72.
  • Gibbs Russell, G.E., Watson, L., Koekemoer, M., Smook, L., Barker, N.P., Anderson, H.M. & Dallwitz, M.J., 1990. Grasses of Southern Africa: an identification manual with keys, descriptions, distributions, classification and automated identification and information retrieval from computerized data. Memoirs of the Botanical Survey of South Africa No 58. National Botanic Gardens / Botanical Research Institute, Pretoria, South Africa. 437 pp.
  • Kerharo, J. & Adam, J.G., 1964. Les plantes médicinales, toxiques et magiques des Niominka et des Socé des Iles du Saloum (Sénégal). In: Haerdi, F., Kerharo, J. & Adam, J.G. (Editors). Afrikanische Heilpflanzen / Plantes médicinales africaines. Acta Tropica Supplementum 8: 279–334.
  • Kgathi, D.L., Mmopelwa, G. & Mosepele, K., 2005. Natural resources assessment in the Okavango Delta, Botswana: case studies of some key resources. Natural Resources Forum 29: 70–81.
  • Klaassen, E.S. & Craven, P., 2003. Checklist of grasses in Namibia. [Internet] Southern African Botanical Diversity Network Report No 20. SABONET, Pretoria, South Africa & Windhoek, Namibia. 130 pp. http://www.nbri.org.na/ fileadmin/user_upload/documents/ Grass_Check_List.pdf. May 2011.
  • Poilecot, P., 1999. Les Poaceae du Niger, description, illustration, ecologie, utilisations. Boissiera 58: 1–766.
  • van Oudtshoorn, F., 1999. Guide to grasses of Southern Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 288 pp.

Auteur(s)

  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Oyen, L.P.A., 2011. Aristida stipoides Lam. [Internet] Fiche de PROTA4U. Brink, M. & Achigan-Dako, E.G. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. <http://www.prota4u.org/search.asp>.

Consulté le 15 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.