Aloe zebrina (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Aloe steudneri (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Aloe zebrina Baker


Protologue: Trans. Linn. Soc., ser. 2, Bot. 1 : 264 (1878).
Famille: Asphodelaceae

Noms vernaculaires

  • Aloès zébré, aloès tacheté (Fr).
  • Zebra leaf aloe, spotted aloe (En).

Origine et répartition géographique

Aloe zebrina est répandu en Afrique australe, depuis l’Angola, en passant par la Namibie, le Botswana et le Zimbabwe, jusqu’au Mozambique.

Usages

Plus particulièrement dans le nord-ouest du Botswana (Ngamiland), mais également dans le reste de son aire de répartition, les racines d’Aloe zebrina font partie des principaux colorants utilisés pour teindre les fibres de palmier Hyphaene utilisées en vannerie, auxquelles elles confèrent une couleur jaune d’or. Elles ont été adoptées pour teindre la laine par les colons européens, qui ont introduit l’emploi de mordants métalliques tels que l’alun afin d’obtenir une couleur plus intense et plus solide. Parmi les autres usages, on peut mentionner la confection de gâteaux avec les fleurs bouillies et pressées chez les populations riveraines de la Kunene en Angola. Quant aux usages médicinaux, une décoction préparée avec la tige et la base des feuilles réduites en poudre est prise par les femmes oralement deux fois par jour après l’accouchement pour nettoyer l’organisme. Le jus (amer) de nombreuses espèces d’Aloe est utilisé comme purgatif et vermifuge puissant, comme désinfectant pour les blessures, et pour le traitement d’affections de la peau et même de la conjonctivite. Comme de nombreuses autres espèces d’Aloe, Aloe zebrina présente un intérêt comme plante ornementale, pouvant être cultivée dans des régions arides et semi-arides exemptes de gel. On peut se procurer facilement des semences auprès de fournisseurs spécialisés.

Propriétés

Le jus jaune des feuilles de la plupart des espèces du genre Aloe contient des C-hétérosides d'anthrones tels qu’aloïne et homonataloïne, et le jus jaune des racines contient des aglycones anthranoïdes tels que le chrysophanol, colorant solide brun orangé, et l’asphodéline. Les racines d’Aloe zebrina (et d’Aloe parvibracteata Schönl.) contiennent en outre de l’aloésaponarine, de l’aloésaponol et des composés apparentés du cycle de la 1-méthyl-8-hydroxyanthraquinone. D’autre part, l’isoleuthérol est un composé chimique unique que l’on trouve dans les racines d’Aloe zebrina.

Description

  • Plante herbacée succulente atteignant 160 cm de haut, sans tige ou à tige courte jusqu’à 30 cm de long, drageonnant abondamment et formant des groupes denses, à jus des feuilles jaunâtre.
  • Feuilles 15–25, serrées en rosette dense, dépourvues de pétiole, linéaires-lancéolées, de 15–30 cm × 6–7 cm, charnues, face supérieure relativement plate, glauque-pulvérulente, striée et marquée de grandes taches blanchâtres oblongues plus ou moins disposées selon une série de bandes transversales irrégulières, face inférieure convexe, fortement glauque-pulvérulente, bords armés de robustes dents cornées, deltoïdes, à pointe brune, de 6–7 mm de long, à 10–16 mm d’écartement.
  • Inflorescence à axe abondamment ramifié à partir du milieu, les ramifications se terminant par une grappe lâche de 30–40 cm de long ; bractées linéaires-lancéolées, d’environ 1 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières ; pédicelle de 6–7 mm de long ; périanthe tubulaire, de 3–3,5 cm de long, à 6 lobes, d’un rouge mat, très renflé autour de l’ovaire, 3 lobes externes aigus, à nombreuses veines, 3 lobes internes plus obtus et plus larges ; étamines 6, incluses ; ovaire supère, à 6 cannelures, 3-loculaire, style filiforme, stigmate capité.
  • Fruit : capsule à déhiscence loculicide, contenant de nombreuses graines.
  • Graines d'environ 7 mm de long, largement ailées, de couleur foncée, ponctuées.

Autres données botaniques

Le genre Aloe comprend quelque 330 espèces, dont environ 275 se rencontrent en Afrique continentale, 40 à Madagascar, et 15 en Arabie. Aloe zebrina est une espèce variable. Dans son aire naturelle, elle fleurit principalement entre février et avril, certains types en juin–juillet.

Le groupe d’aloès auquel appartient Aloe zebrina (appelé aloès tachetés) se caractérise par des rosettes relativement petites, généralement acaules, des feuilles tachetées et des fleurs renflées à la base. Etant donné que toutes les espèces du groupe sont très similaires, il est probable que les racines de presque toutes ces espèces aient des vertus tinctoriales. On peut citer comme exemples Aloe cryptopoda Baker, que l’on trouve au Malawi, au Botswana, au Zimbabwe, au Mozambique et en Afrique du Sud, et dont les racines teignent la laine de brun-rouge à rouge violacé selon le mordant employé ; Aloe marlothii A.Berger, que l’on trouve au Botswana, au Mozambique, en Afrique du Sud et au Swaziland, et dont les racines fournissent une teinture jaune ; et Aloe parvibracteata Schönl., que l’on trouve au Mozambique, en Afrique du Sud et au Swaziland, et dont les racines fournissent également une teinture jaune.

Les feuilles de plusieurs espèces d’Aloe moins étroitement apparentées peuvent également être utilisées comme source de teinture, comme par ex. celles de l’espèce sud-africaine Aloe speciosa Baker, qui donnent à la laine une délicate couleur rose, même sans mordant, et celles d’Aloe succotrina All. qui donnent des nuances de rouge violacé. Plusieurs espèces poussant en Ethiopie (par ex. Aloe steudneri Schweinf., Aloe percrassa Tod.) fournissent des teintures rouges.

Ecologie

Aloe zebrina se rencontre dans les fourrés secs et les savanes herbeuses marécageuses le long des cours d’eau.

Gestion

Aloe zebrina drageonne abondamment et peut former des bouquets denses, bien que l’on observe des différences selon les populations. On peut facilement récolter les racines de manière durable, car la plante forme aisément de nouvelles racines, pourvu qu’on la laisse se développer à nouveau. Pour teindre les fibres de palmier Hyphaene, on récolte les racines dans la nature, de préférence à petite échelle, et on les fait bouillir avec ce matériau de vannerie jusqu’à obtenir une couleur jaune d’or. En Ethiopie, on hache les feuilles d’Aloe sp. (“sete ret”) et on les fait bouillir dans de l’eau avec le tissu blanc jusqu’à ce qu’il soit teint en rouge.

Ressources génétiques et sélection

Aloe zebrina est très répandu en Afrique australe, mais la récolte et le commerce des individus sauvages sont, comme celles de toutes les espèces d'Aloe, interdites par la réglementation de la CITES. En Afrique du Sud, plusieurs collections de ressources génétiques sont disponibles dans des jardins botaniques.

Perspectives

L'importance d'Aloe zebrina comme plante tinctoriale restera locale. La valeur ornementale de tous les aloès conservera une grande importance économique.

Références principales

  • Reynolds, G.W., 1982. The Aloes of South Africa. 4th edition. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 538 pp.
  • Tournerie, P.J.M., 1986. Colour and dye recipes of Ethiopia. Published by the author, Exeter, United Kingdom. 152 pp.
  • Schweppe, H., 1993. Handbuch der Naturfarbstoffe, Vorkommen, Verwendung, Nachweis. Ecomed, Landsberg/Lecj, Germany. 800 pp.
  • van Wyk, B.E. & Gericke, N., 2000. People’s plants: a guide to useful plants of southern Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 351 pp.

Autres références

  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Jansen, P.C.M., 2005. Aloe zebrina Baker. In: Jansen, P.C.M. & Cardon, D. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 20 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.