Alectra sessiliflora (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Alectra sessiliflora (Vahl) Kuntze


Protologue: Revis. gen. pl. 2 : 458 (1891).
Famille: Scrophulariaceae (APG: Orobanchaceae)

Origine et répartition géographique

Alectra sessiliflora est répandu et on le trouve dans toute l’Afrique tropicale, dans l’Afrique australe subtropicale, et des îles de l’océan Indien jusqu’à l’Asie tropicale.

Usages

Les fleurs jaunes à orange ainsi que les racines (haustoria) d’Alectra sessiliflora ont été utilisées dans les campagnes d’Afrique du Sud pour teindre les vêtements et autres textiles. En R.D. du Congo, on en extrait un colorant jaune d’or pour colorer le bois. En Tanzanie, le jus des feuilles sert en médecine traditionnelle à accélérer l’accouchement et on enduit les lésions causées par la lèpre d’un mélange de cendres de la plante et d’huile de ricin. On utilise la décoction de racines en bain de bouche contre les douleurs dentaires et on la prescrit aux petits enfants en cas de diarrhée. En R.D. du Congo, les femmes enceintes mangent les plantes fraîches macérées comme galactagogue, et une décoction de feuilles sert à lutter contre le kwashiorkor (grave malnutrition chez les enfants due à un régime alimentaire hyper-glucidique et hypo-protéinique).

Description

  • Plante herbacée annuelle érigée atteignant 60 cm de haut, à tige droite, simple ou ramifiée, poilue.
  • Feuilles opposées, simples ; stipules absentes ; pétiole jusqu’à 3 mm de long ; limbe circulaire à ovale ou lancéolé, de 1,5–5,5 cm × 1–3 cm, base cunéiforme, arrondie ou cordée, apex aigu ou obtus, bord presque entier à grossièrement denté, couvert de poils raides à quasiment glabre.
  • Fleurs solitaires à l’aisselle des feuilles supérieures, bisexuées, légèrement zygomorphes, sessiles ou à pédicelle jusqu’à 0,5(–1,5) mm de long ; bractéoles linéaires à filiformes ; calice campanulé, de 6–8 mm de long, 10-nervé, 5-lobé à lobes triangulaires de 3–5 mm de long ; corolle campanulée, légèrement plus longue que le calice, jaune pâle à orange terne, quelquefois à veines rougeâtres, se flétrissant sans se détacher ; étamines 4, dont 2 plus longues présentant de longs filaments poilus ; ovaire supère, glabre, 2-loculaire, style claviforme au-dessus du milieu, recourbé, inclus avec les étamines dans la corolle.
  • Fruit : capsule globuleuse d’environ 5,5 mm de diamètre, glabre, contenant de nombreuses graines.
  • Graines linéaires à claviformes, petites.

Autres données botaniques

Le genre Alectra comprend 30–40 espèces réparties dans tous les tropiques, dont une trentaine en Afrique tropicale. Alectra sessiliflora est très variable et pourrait bien s’avérer être un complexe d’espèces. Trois variétés ont été distinguées, en fonction essentiellement de différences dans les feuilles et du degré de pubescence de plusieurs parties de la plante.

Alectra sessiliflora est une adventice hémiparasite qui se développe sur les racines d’Asteraceae, de graminées et de certaines plantes cultivées (par ex. l’arachide, le maïs, la canne à sucre). Les graines nécessitent un stimulant chimique provenant des racines de l’hôte pour germer, sans oublier la température qui elle aussi joue un rôle important pour une bonne germination. Alectra sessiliflora est, tout au moins en partie, dépendant de l’hôte en ce qui concerne les minéraux et l’eau, et peut devenir une adventice nuisible dans les cultures.

Ecologie

Alectra sessiliflora pousse dans les savanes herbeuses ainsi qu’en zone cultivée, du niveau de la mer jusqu’à 2500 m d’altitude.

Ressources génétiques

Alectra sessiliflora est très répandu et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Il y a de fortes chances pour qu’Alectra sessiliflora conserve uniquement une importance au niveau local en tant que source de colorant. Il convient de pousser plus avant les recherches afin d’évaluer ses vertus médicinales.

Références principales

  • Burkill, H.M., 2000. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 5, Families S–Z, Addenda. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 686 pp.
  • Philcox, D., 1990. Scrophulariaceae. In: Launert, E. & Pope, G.V. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 8, part 2. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. 179 pp.
  • van Wyk, B.E. & Gericke, N., 2000. People’s plants: a guide to useful plants of southern Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 351 pp.

Autres références

  • Chifundera, K., 2001. Contribution to the inventory of medicinal plants from the Bushi area, South Kivu Province, Democratic Republic of Congo. Fitoterapia 72: 351–368.
  • Haerdi, F., 1964. Die Eingeborenen-Heilpflanzen des Ulanga-Distriktes Tanganjikas (Ostafrika). In: Haerdi, F., Kerharo, J. & Adam, J.G. (Editors). Afrikanische Heilpflanzen / Plantes médicinales africaines. Acta Tropica Supplementum 8: 1–278.
  • Hepper, F.N., 1960. New and notheworthy Scrophulariaceae in Africa. Kew Bulletin 14: 402–416.
  • Hepper, F.N., 1963. Scrophulariaceae. In: Hepper, F.N. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 352–374.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Van der Merwe, C.A., 1993. Seed germination requirements of Alectra sessiliflora. South African Journal of Botany 59(4): 459–460.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Jansen, P.C.M., 2005. Alectra sessiliflora (Vahl) Kuntze. In: Jansen, P.C.M. & Cardon, D. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 11 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.