Alafia lucida (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Alafia lucida Stapf


Protologue: Bull. Misc. Inform. Kew 1894 : 122 (1894).
Famille: Apocynaceae

Origine et répartition géographique

Alafia lucida se rencontre depuis la Guinée jusqu’en Ouganda et en Tanzanie, ainsi qu’au nord de l’Angola.

Usages

En Côte d’Ivoire, un extrait des parties aériennes est ingéré pour traiter la jaunisse et les inflammations des glandes ; au Gabon, cet extrait est instillé dans les yeux pour soigner les problèmes oculaires. Au Congo, une décoction de feuilles est utilisée pour laver les blessures ; par voie orale, elle soulage les maux d’estomac. Une pâte à base d’écorce et de jus s’utilise comme pansement pour accélérer la guérison des plaies. Le latex, coagulé avec le jus de Costus sp., est utilisé comme poison de flèches.

Propriétés

Les constituants chimiques d’Alafia lucida sont inconnus ; des tests ont cependant révélé la présence d’alcaloïdes dans les graines.

Description

Grande liane pouvant atteindre 45(–70) m de long, à latex blanc ; tige atteignant 18 cm de diamètre ; branches brun foncé ou gris pâle, rugueuses, profondément fissurées longitudinalement, glabres. Feuilles opposées, simples et entières ; stipules à l’aisselle du pétiole ; pétiole de 2–6 mm de long ; limbe elliptique à obovale, de 4,5–15 cm × 2–7 cm, base cunéiforme, apex arrondi ou brièvement acuminé, coriace, glabre. Inflorescence : cyme dichasiale terminale plutôt lâche, parfois axillaire, multiflore ; pédoncule de 5–25 mm de long ; bractées sépaloïdes, persistantes. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, parfumées ; pédicelle de 4–7 mm de long ; sépales libres, ovales à largement ovales, de 1–2 mm de long, obtus ou arrondis ; corolle jaune ou crème avec une gorge rouge foncé, tube de 4–7 mm de long et de 1–2 mm de large à la base, s’élargissant légèrement au milieu ou juste en dessous, glabre ou muni à l’extérieur de bandes longitudinales de poils, et à l’intérieur d’une ceinture de poils en dessous de la zone d’insertion des étamines, lobes elliptiques, de 6–10 mm de long, obtusément tronqués à l’apex, légèrement dentés, poilus sur la partie recouverte dans le bouton ; étamines insérées à 1,5–5,5 mm de la base du tube de la corolle, juste incluses ou exsertes, anthères sessiles, en tête de flèche ; ovaire supère, ovoïde à globuleux, constitué de 2 carpelles séparés, style étroitement obconique, d’environ 2 mm de long, tête du pistil constituée d’un anneau basal, d’une partie cylindrique et d’un apex stigmoïde à 2 lobes. Fruit constitué de 2 follicules séparés, cylindriques et linéaires de 24–75 cm × 0,5–1,5 cm, déhiscents, brun foncé, striés, glabres, contenant de nombreuses graines. Graines étroitement ellipsoïdes, d’environ 23 mm × 2 mm × 1 mm, présentant des côtes longitudinales, portant au sommet une touffe de poils d’environ 3 cm de long.

Autres données botaniques

Le genre Alafia comprend 23 espèces, dont 15 se rencontrent en Afrique continentale et 8 à Madagascar.

Alafia caudata

Au Gabon, Alafia caudata Stapf a également une utilisation médicale. Il se rencontre depuis le Gabon jusqu’au Kenya, au Mozambique et en Angola. Au Gabon, des copeaux d’écorce mélangés au fruit de Capsicum annuum L. sont frottés sur la peau pour traiter les douleurs des reins.

Alafia perrieri

Alafia perrieri Jum. est endémique de Madagascar et ses usages sont similaires à ceux d’Alafia lucida. Une décoction d’écorce est ingérée pour traiter la jaunisse, la rougeole et les accès de fièvre. Le latex d’Alafia perrieri et de trois autres espèces endémiques de Madagascar, Alafia fuscata Pichon, Alafia pauciflora Radlk. et Alafia thouarsii Roem. & Schult., contiennent des saponines et sont ainsi utilisés à la place du savon. Les fibres des tiges de ces trois espèces servent de matériau d’attache pour les toitures.

Ecologie

Alafia lucida se rencontre dans les forêts pluviales primaires et secondaires, jusqu’à 2000 m d’altitude.

Ressources génétiques

Alafia lucida est répandu et rien n’indique qu’il soit menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Etant donné qu’aucune donnée n’a été publiée sur les composés chimiques ou les effets pharmacologiques d’Alafia lucida, l’intérêt de cette plante restera vraisemblablement purement local.

Références principales

  • Bouquet, A., 1969. Féticheurs et médecines traditionnelles du Congo (Brazzaville). Mémoires ORSTOM No 36. Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer. Paris, France. 282 pp.
  • Bouquet, A. & Debray, M., 1974. Plantes médicinales de la Côte d’Ivoire. Travaux et Documents No 32. ORSTOM, Paris, France. 231 pp.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.

Autres références

  • Abisch, E. & Reichstein, T., 1960. Orientierende chemische Untersuchung einiger Apocynaceen. Helvetica Chimica Acta 43(6): 1844–1861.
  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Dalziel, J.M., 1937. The useful plants of West Tropical Africa. Crown Agents for Overseas Governments and Administrations, London, United Kingdom. 612 pp.
  • Markgraf, F., 1976. Apocynaceae. Flore de Madagascar et des Comores, famille 169. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 318 pp.
  • Raponda-Walker, A. & Sillans, R., 1961. Les plantes utiles du Gabon. Paul Lechevalier, Paris, France. 614 pp.

Auteur(s)

  • A. de Ruijter, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

de Ruijter, A., 2006. Alafia lucida Stapf. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 14 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.