Adenium multiflorum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg


Adenium multiflorum Klotzsch


Protologue: Naturel. Reise Mossambique 6(1) : 279, t. 44 (1861).
Famille: Apocynaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 22

Synonymes

  • Adenium obesum (Forssk.) Roem. & Schult. var. multiflorum (Klotzsch) L.E.Codd (1961),
  • Adenium obesum (Forssk.) Roem. & Schult. subsp. multiflorum (Klotzsch) G.D.Rowley (1974).

Noms vernaculaires

  • Sabi star, impala lily (En).
  • Megoza (Po).

Origine et répartition géographique

Adenium multiflorum est répandu au Malawi, au sud-est de la Zambie, au Zimbabwe, au Mozambique, au Swaziland et au nord-est de l’Afrique du Sud.

Usages

Le latex de la tige d’Adenium multiflorum est utilisé de longue date au Zimbabwe et en Zambie pour préparer un poison de flèche pour la chasse et un poison pour la pêche. Ce poison est généralement combiné à celui d’autres plantes. Au Zimbabwe, le latex de la racine et de la tige est employé en médecine vétérinaire ; on en administre un extrait contre la diarrhée et les maladies oculaires chez les volailles domestiques.

A l’instar d’autres Adenium spp., Adenium multiflorum se cultive comme plante ornementale en raison de son port curieux et de ses fleurs spectaculaires. Au Zimbabwe, Adenium multiflorum est très prisé du bétail ainsi que des animaux sauvages, qui broutent les plantes jusqu’à ras du sol, ce qui montre qu’il existe des plantes de faible toxicité.

Production et commerce international

Il existe un commerce international de graines et de plantes d’Adenium multiflorum à des fins ornementales.

Propriétés

Adenium multiflorum renferme des hétérosides cardénolides similaires à ceux que l’on trouve chez Adenium obesum (Forssk.) Roem. & Schult. Parmi les hétérosides identifiés, citons : le 16-désacétyl-16-anhydrohonghéloside A (composé de 16-anhydrogitoxigénine et D-cymarose), le 16-anhydrostrospéside (composé de 16-anhydrogitoxigénine et D-digitalose) et le strospéside (composé de gitoxigénine et de D-digitalose).

Il est possible qu’il existe des différences chimiques entre des Adenium multiflorum de diverses provenances, car au Zimbabwe la plante est très prisée des animaux, tandis que dans d’autres pays, elle a la réputation d’être extrêmement toxique.

Description

Arbuste succulent ou petit arbre atteignant 3,5 m de haut, à latex aqueux et à grosse racine épaissie, atteignant 1 m de diamètre à la base de la tige ; écorce d’un gris brillant. Feuilles disposées en spirale, groupées aux extrémités des rameaux, simples ; stipules très petites ou absentes ; pétiole de 3–7 mm de long ; limbe obovale à oblong, de 7,5–12,5 cm × 2–7,5 cm, base cunéiforme, apex aigu à arrondi ou émarginé, apiculé ou mucroné, entier, coriace, glabre, pennatinervé à nervures latérales distinctes. Inflorescence : dense cyme terminale ; bractées étroitement obovales, de 4–6 mm × 1–3 mm. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, voyantes, apparaissant généralement avant les feuilles ; pédicelle de 2–4 mm de long, densément poilu ; sépales étroitement ovales, de 6–10 mm × 2,5–3 mm, fusionnés à la base, poilus ; corolle à tube en entonnoir de 2,2–4 cm × 1–1,3 cm et étroitement ovale à étroitement obovale, lobes étalés de 1,3–3 cm × 1–2 cm, rouges, roses à blancs, aux bords rose foncé à rouge écarlate et rayés de rouge à l’intérieur de la gorge, poilus à l’extérieur ; étamines insérées à proximité de la base du tube de la corolle, distinctement saillantes, anthères formant un cône qui recouvre le pistil, base sagittée, de 5–7 mm de long, à longs appendices apicaux ; ovaire supère, composé de 2 carpelles libres, glabre, styles fusionnés, minces, à clavoncules bien développés. Fruit constitué de 2 follicules oblongs de 10–18 cm de long, s’étalant à 180° à la fin, gris pâle à gris-brun pâle, s’ouvrant par une fente longitudinale, contenant de nombreuses graines. Graines linéaires, de 10–15 mm de long, d’un brun très pâle, garnies aux deux extrémités de touffes de longs poils d’un blanc sale à brun clair de 2–3 cm de long.

Autres données botaniques

Le genre Adenium comprend 5 espèces, qui sont parfois regroupées en une seule, Adenium obesum (Forssk.) Roem. & Schult. Adenium multiflorum se croise sans difficulté avec Adenium obesum ainsi qu’avec d’autres Adenium spp.

Adenium multiflorum a une dormance longue ; quelles que soit ses conditions de croissance, les feuilles tombent au début de la saison froide et la croissance ne reprend pas avant au moins 4 mois. Il fleurit abondamment pendant cette saison froide. Les feuilles n’apparaissent qu’après la floraison. Il est rare que les plantes fleurissent avant l’âge de 4–5 ans.

Ecologie

Le milieu naturel d’Adenium multiflorum est la savane et parfois la forêt claire sur sols sableux, le long des marécages et des fleuves, ainsi que les milieux encore plus secs, sablonneux et rocailleux ; il est présent jusqu’à 700(–1200) m d’altitude.

Gestion

Lorsqu’il est cultivé, Adenium multiflorum est multiplié par graines, par bouturage ou par greffage. Ce sont les extrémités de pousses, plongées dans une hormone favorisant l’enracinement puis plantées dans un substrat d’enracinement grossier et bien arrosé, qui réussissent le mieux. Les graines germent sans problème en une semaine environ à 30°C, et les jeunes plantes se développent pendant la première période froide et sèche, avant l’apparition de la dormance obligatoire. Au bout de la première année, il faut conserver la plante à l’abri de l’humidité pendant sa dormance, pour empêcher que la racine, très fragile, ne pourrisse.

Ressources génétiques

Adenium multiflorum est jugé vulnérable en Zambie, au Zimbabwe et au Swaziland. Il est menacé par la récolte à des fins horticoles et médicinales, et par le bétail qui la broute intensivement.

Perspectives

Adenium multiflorum est une plante ornementale intéressante, bien que sa période de floraison soit plus brève et sa croissance plus lente que celle d’Adenium obesum. Il est peu probable qu’elle prenne de l’importance en médecine, et son importance en tant que poison de flèche a décliné par ailleurs.

Références principales

  • Bester, S.P., 2004. Adenium multiflorum. South African National Biodiversity Institute, Cape Town, South Africa. http://www.plantzafrica.com/ plantab/adeniummultiflor.htm 24 August 2004.
  • Leeuwenberg, A.J.M., Kupicha, F.K., Barink, M.M., Beentje, H.J., de Kruif, A.P.M., Plaizier, A.C. & Zwetsloot, H.J.C., 1985. Apocynaceae. In: Launert, E. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 7, part 2. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 395–503.
  • Neuwinger, H.D., 1996. African ethnobotany: poisons and drugs. Chapman & Hall, London, United Kingdom. 941 pp.
  • Plaizier, A.C., 1980. A revision of Adenium Roem. & Schult. and of Diplorhynchus Welw. ex Fic. and Hiern (Apocynaceae). Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 80–12. Wageningen, Netherlands. 40 pp.
  • Rowley, G.D., 1983. The Adenium and Pachypodium handbook. Smart & Co. Ltd., Brackley, United Kingdom. 95 pp.

Autres références

  • Dimmitt, M.A. & Hanson, C., 1991. The genus Adenium in cultivation. Part 1: A. obesum and A. multiflorum. Cactus and Succulent Journal 63: 223–225.
  • Hargreaves, R., 2002. How many species of Adenium are there? Asklepios 85: 4–6.
  • van Wyk, B.E., van Heerden, F. & van Oudtshoorn, B., 2002. Poisonous plants of South Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 288 pp.

Auteur(s)

  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Oyen, L.P.A., 2006. Adenium multiflorum Klotzsch. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 13 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.