Adenium boehmianum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Adenium boehmianum Schinz


Protologue: Verh. Bot. Vereins Prov. Brandenburg 30 : 259 (1888).
Famille: Apocynaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 22

Synonymes

  • Adenium obesum (Forssk.) Roem. & Schult. subsp. boehmianum (Schinz) G.D.Rowley (1983).

Noms vernaculaires

  • Bushman poison (En).
  • Unguiu (Po).

Origine et répartition géographique

Adenium boehmianum est présent à l’état naturel en Angola et en Namibie.

Usages

En Namibie et dans certaines régions voisines de l’Angola, on fait bouillir le jus et le latex de la racine, qui sont extrêmement amers, pour préparer un poison de flèche. Ce poison sert à chasser du gros gibier, comme les zèbres et les gnous. Il arrive que la plante soit cultivée comme ornementale.

Production et commerce international

Il existe un commerce international de graines et de plantes d’Adenium boehmianum à des fins ornementales.

Propriétés

Le poison de flèche confectionné avec Adenium boehmianum a de puissants effets cardiotoxiques. Lorsqu’un animal est touché, il meurt généralement en quelques heures et dans un rayon d’une centaine de mètres de là où il a reçu la flèche. Les composés toxiques contenus dans le latex de la racine et de la tige ont été identifiés comme étant des hétérosides cardiaques. Voici les principaux : l’échujine (composée d’un aglycone, la digitoxigénine, et de sucres, le D-cymarose et 2 molécules de D-glucose), le digitalinum verum (composé de gitoxigénine, de D-digitalose et de D-glucose), la somaline (composée de digitoxigénine et de D-cymarose) et l’abobioside (composé d’abogénine et de D-cymarose).

Description

Arbuste succulent atteignant 2,5(–3,5) m de haut, à rhizome et renfermant du latex blanc dans toutes ses parties ; tige renflée à la base, atteignant 40(–60) cm de diamètre ; branches dressées, à poils disséminés à l’état jeune, devenant par la suite scabres et d’un blanc grisâtre. Feuilles disposées en spirale, groupées aux extrémités des branches, simples ; stipules très petites ou absentes ; pétiole de 1–3(–7) mm de long ; limbe obovale, de 8–15 cm × 4,5–8 cm, souvent replié vers le haut le long de la nervure médiane, base cunéiforme, apex habituellement émarginé, entier, glauque ou vert pâle, coriace, poilu au moins à l’état jeune, pennatinervé à nervures latérales bien visibles. Inflorescence : dense cyme terminale ; bractées étroitement oblongues à étroitement ovales, de 5–11 mm × 1–3 mm, acuminées, pubescentes. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, très voyantes, apparaissant avant ou en même temps que les feuilles ; pédicelle de 5–10 mm de long ; sépales lancéolés, de 6–12 mm de long, fusionnés à la base, acuminés, densément poilus ; corolle pourvue d’un tube de 0,7–1 cm de long et de lobes obovales, étalée, de 2,5–3,5(–4,5) cm × 1–1,5 cm, légèrement ondulée, rose à mauve, plus foncée dans la gorge, poilue à l’extérieur ; étamines insérées à proximité de la base du tube de la corolle, incluses, anthères formant un cône qui recouvre le pistil, base sagittée, de 5–7 mm de long, à longs appendices apicaux ; ovaire supère, composé de 2 carpelles libres, glabres, styles fusionnés, minces et pourvus de clavoncules bien développés. Fruit constitué de 2 follicules linéaires-oblongs, cohérents à la base, de 10–18 cm de long, effilés aux deux extrémités, étalés ou recourbés à maturité, s’ouvrant par une fente longitudinale, contenant de nombreuses graines. Graines linéaires-oblongues, de 7–9 mm de long, brunes, striées, garnies aux deux extrémités de touffes de longs poils blanc sale à brun pâle.

Autres données botaniques

Le genre Adenium comprend 5 espèces, qui sont parfois regroupées en une seule, Adenium obesum (Forssk.) Roem. & Schult., avec 6 sous-espèces.

Adenium swazicum

Adenium swazicum Stapf peut ressembler à Adenium boehmianum, mais il s’en distingue par ses feuilles plus étroites. Il a une répartition géographique limitée au Swaziland et aux régions voisines d’Afrique du Sud et du sud du Mozambique, où on le cultive comme plante ornementale. Parmi les sélections qui existent, citons ‘Boyce Thompson', aux fleurs d’un rose violacé foncé, et ‘Perpetual Pink', une plante robuste et dressée aux grandes fleurs roses.

Croissance et développement

Les plantes ne gardent leurs feuilles que pendant 3 mois environ, et aucune pratique culturale ne peut allonger cette durée. Elles ne fleurissent que pendant quelques semaines.

Ecologie

Dans son aire naturelle, Adenium boehmianum est répandu dans les milieux de roches granitiques, et parfois au bord des marécages. C’est dans la région du Kaokoland en Namibie, le long de l’escarpement du fleuve Mary, que l’on trouve les plus grandes plantes.

Multiplication et plantation

Pour son usage comme plante ornementale, Adenium boehmianum peut probablement être multiplié de la même façon que Adenium obesum, par graines, par greffage ou par bouturage.

Gestion

Les plantes qui servent à faire du poison de flèche se récoltent toujours dans la nature. En pot, Adenium boehmianum se traite comme les autres grandes plantes succulentes.

Ressources génétiques

Bien que la répartition d’Adenium boehmianum dans la nature soit limitée, il ne semble pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Un approfondissement des recherches sur la composition chimique et les activités pharmacologiques des composés d’Adenium boehmianum semble justifié. Ses perspectives comme plante ornementale paraissent limitées en raison de sa courte période de floraison.

Références principales

  • Codd, L.E., 1963. Apocynaceae. In: Dyer, R.A. & Codd, L.E. (Editors). Flora of southern Africa. Volume 26. Botanical Research Institute, Department of Agricultural Technical Services, Pretoria, South Africa. pp. 244–296.
  • Dimmitt, M.A. & Hanson, C., 1992. The genus Adenium in cultivation. Part 2: A. swazicum, A. boehmianum and A. oleifolium. Cactus and Succulent Journal 64(3): 110–111.
  • Neuwinger, H.D., 1996. African ethnobotany: poisons and drugs. Chapman & Hall, London, United Kingdom. 941 pp.
  • Plaizier, A.C., 1980. A revision of Adenium Roem. & Schult. and of Diplorhynchus Welw. ex Fic. and Hiern (Apocynaceae). Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 80–12. Wageningen, Netherlands. 40 pp.
  • Rowley, G.D., 1983. The Adenium and Pachypodium handbook. Smart & Co. Ltd., Brackley, United Kingdom. 95 pp.
  • Stapf, O., 1902–1904. Apocynaceae. In: Thiselton-Dyer, W.T. (Editor). Flora of tropical Africa. Volume 4(1). Lovell Reeve & Co, London, United Kingdom. pp. 24–231.

Autres références

  • von Koenen, E., 2001. Medicinal, poisonous and edible plants in Namibia. Klaus Hess Verlag, Göttingen, Germany. 336 pp.
  • van Wyk, B.E. & Gericke, N., 2000. People’s plants: a guide to useful plants of southern Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 351 pp.

Sources de l'illustration

  • Plaizier, A.C., 1980. A revision of Adenium Roem. & Schult. and of Diplorhynchus Welw. ex Fic. and Hiern (Apocynaceae). Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 80–12. Wageningen, Netherlands. 40 pp.

Auteur(s)

  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Oyen, L.P.A., 2006. Adenium boehmianum Schinz. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 22 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.