Adansonia rubrostipa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Oléagineux Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg



Adansonia rubrostipa Jum. & H.Perrier




Protologue: Matières Grasses 1308 (1909).
Famille: Bombacaceae (APG: Malvaceae)
Nombre de chromosomes: 2n = 72, 88

Synonymes

Adansonia fony Baill. ex H.Perrier (1952).

Noms vernaculaires

Baobab de Madagascar, petit baobab de Madagascar (Fr). Fony baobab (En).

Origine et répartition géographique

Adansonia rubrostipa est endémique de Madagascar, où on le trouve sur la côte ouest, depuis Itampolo au sud jusqu’à Soalala au nord.

Usages

L’arbre n’est que rarement utilisé. Les fruits, les graines riches en huile et les racines sont comestibles ; les fruits sont parfois vendus sur les marchés locaux. Des plaques de bois des arbres qui ont été détruits par les incendies sont séchées et utilisées comme matériau de couverture. Un champignon comestible apprécié pousse sur les troncs des arbres morts.

Production et commerce international

Propriétés

La teneur en huile des graines est de 11%. La composition de l’huile en acides gras est : acide palmitique 30%, acide stéarique 2%, acide oléique 30% et acide linoléique 23%. L’huile contient également des acides gras rares : acide malvalique 5%, acide sterculique 2%, et acide dihydrosterculique 3%.

Description

Arbre de taille petite à moyenne atteignant 20 m de haut ; fût cylindrique ou en forme de bouteille, marqué de nets étranglements en dessous des branches ; écorce externe habituellement brun rougeâtre, s’exfoliant ; cime irrégulière ; branches horizontales, érigées en position distale. Feuilles disposées en spirale, composées palmées, à 3–5 folioles ; stipules caduques ; pétiole mince et effilé, de 3–7 cm de long, glabre ; folioles sessiles, elliptiques, foliole médiane de 4–6(–8) cm × 1–2 cm, bords dentés. Fleurs solitaires à l’aisselle des feuilles à l’extrémité des rameaux, bisexuées, régulières, 5-mères, grandes, voyantes et odorantes ; bouton floral horizontal, cylindrique, de 16–28 cm de long ; pédicelle de 1–2,5 cm de long, vert ; calice à tube court, lobes linéaires, de 15–25 cm × 7–12 mm, réfléchis et bien tordus à la base, presque glabres, vert jaunâtre lavé de rayures rougeâtres à l’extérieur, rouge vif et légèrement poilus à l’intérieur ; pétales libres, linéaires, à base élargie et se chevauchant, de 12–16 cm × 1,5–2,5 cm, jaune vif à jaune orangé ; étamines nombreuses, plus longues que la corolle, fusionnées en un tube cylindrique de 6–10 cm de long ; ovaire supère, largement arrondi-conique, d’environ 7,5 mm de long, à poils dorés, style de 20–25 cm de long, rose, poilu à la base, étroitement enserré dans le tube staminal, stigmate à 5–8 lobes irréguliers et étalés, rouges, noircissant avec l’âge. Fruit : grosse baie globuleuse à épaisse paroi ligneuse de 4–5 mm, à poils denses brun rougeâtre, contenant de nombreuses graines. Graines réniformes, aplaties latéralement, atteignant 16 mm × 12 mm × 8 mm. Plantule à germination hypogée.

L’arbre est en feuilles de novembre à avril et fleurit de février à avril, rarement jusqu’en juin. Les fruits mûrissent en octobre–novembre.

Le genre Adansonia comprend 8 espèces, dont 6 sont endémiques de Madagascar, 1 est présente sur le continent africain et a été introduite à Madagascar, et 1 est endémique de l’Australie. Adansonia rubrostipa a été classé dans la section Longitubae, avec Adansonia gibbosa (A.Cunn.) Guymer ex D.A.Baum originaire d’Australie et 2 espèces originaires de Madagascar, Adansonia madagascariensis Baill. et Adansonia za Baill. Les caractères distinctifs d’Adansonia rubrostipa sont ses folioles à bords dentés et un bouquet central de filets fusionné au-delà du sommet du tube staminal.

Description

Autres données botaniques

Croissance et développement

Ecologie

Adansonia rubrostipa est localement une espèce d’arbre dominante des forêts décidues situées à l’ouest de Madagascar. Il est présent dans les forêts épineuses et sèches et les maquis sublittoraux, jusqu’à 500 m d’altitude. Il pousse habituellement sur des sols et des roches calcaires bien drainés.

Multiplication et plantation

Gestion

La germination peut être irrégulière ; soit elle se produit rapidement à un taux satisfaisant, soit elle met plus de temps à un taux médiocre. Elle dépend de la température et de l’humidité du sol ainsi que d’autres paramètres qu’on ne comprend pas bien. Adansonia rubrostipa est relativement résistant aux insectes ravageurs qui attaquent d’autres Adansonia spp. Les fruits se récoltent en grimpant aux arbres à l’aide de morceaux de bois fichés dans le tronc avec un marteau.

Ressources génétiques

Dans la liste rouge des espèces menacées de l’UICN, Adansonia rubrostipa figure dans la catégorie “quasi menacé”, mais proche de la catégorie “vulnérable” à l’état sauvage. Les principales menaces viennent d’une déforestation ininterrompue. Les peuplements au nord de Toliara sont particulièrement menacés.

Perspectives

Les fruits et les graines d’Adansonia rubrostipa resteront probablement peu importants. L’abattage des arbres doit être déconseillé pour assurer la survie de l’espèce.

Références principales

  • Baum, D.A., 1995. A systematic revision of Adansonia (Bombacaceae). Annals of the Missouri Botanical Garden 82(3): 440–471.
  • Baum, D.A., 1995. The comparative pollination and floral biology of baobabs (Adansonia - Bombacaceae). Annals of the Missouri Botanical Garden 82(2): 322–348.
  • Baum, D.A., 1996. The ecology and conservation of the baobabs of Madagascar. In: Ganzhorn, J.U. & Sorg, J.-P. (Editors). Ecology and economy of a tropical dry forest in Madagascar. Primate Report. Special Issue 46: 311–328.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1953. Les Adansonia de Madagascar et leur utilisation. 2ième note. Revue Internationale de Botanique Appliquée et d’Agriculture Tropicale 33: 241–244.
  • Ralaimanarivo, A., Gaydou, E.M. & Bianchini, J.-P., 1982. Fatty acid composition of seed oils from six Adansonia species with particular reference to cyclopropane and cyclopropene acids. Lipids 17: 1–10.

Autres références

  • Bianchini, J.-P., Ralaimanarivo, A., Gaydou, E.M. & Waegell, B., 1982. Hydrocarbons, sterols and tocopherols in the seeds of six Adansonia species. Phytochemistry 21(8): 1981–1987.
  • Baum, D.A. & Oginuma, K., 1994. A review of chromosome numbers in Bombacaceae with new counts for Adansonia. Taxon 43(1): 11–20.
  • Du Puy, B., 1996. Faunal interactions with genus Adansonia in the Kirindy Forest. In: Ganzhorn, J.U., & Sorg, J.-P. (Editors). Ecology and Economy of a Tropical Dry Forest in Madagascar. Primate Report. Special Issue 46: 329–334.
  • Mangenot, S. & Mangenot, G., 1962. Enquête sur les nombres chromosomiques dans une collection d’espèces tropicales. Revue de Cytologie et Biologie Végétale 25: 411–447.
  • Miège, J., 1974. Etude du genre Adansonia 2: Caryologie et blastogenèse. Candollea 29: 457–475.
  • Salak, M., 2001. The vanishing thorn forests of Madagascar. Part I. Cactus and Succulent Journal (United States) 73(6): 278–286.

Auteur(s)

  • B. Ambrose-Oji

Centre for Arid Zone Studies - Natural Resources, University of Wales, Bangor, Gwynedd LL57 2UW, United Kingdom

  • N. Mughogho

Centre for Arid Zone Studies - Natural Resources, University of Wales, Bangor, Gwynedd LL57 2UW, United Kingdom

Consulté le 12 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.