Acridocarpus excelsus (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acridocarpus excelsus A.Juss.


Protologue: Ann. Sci. Nat., Bot., ser. 2, 13 : 271 (1840).
Famille: Malpighiaceae

Noms vernaculaires

  • Mavoravo (En).

Origine et répartition géographique

Acridocarpus excelsus est endémique de Madagascar, où il est très répandu.

Usages

L’écorce d’Acridocarpus excelsus est récoltée dans la nature, pilée lorsqu’elle est fraîche ou séchée, et bouillie pendant 2–3 heures. Cette décoction peut être utilisée pour teindre des fibres en rouge foncé par simple immersion. Les fibres peuvent aussi être mordancées ensuite en les trempant dans une solution de cendre de tamarin (Tamarindus indica L.), qui produit une couleur solide brun-rouge. On utilise une décoction de l’écorce contre la diarrhée et la dysenterie.

Propriétés

L’écorce d’Acridocarpus excelsus est riche en tanin et a des propriétés astringentes. Le bois est rouge et dur.

Description

  • Arbuste ou petit arbre à feuilles caduques pouvant atteindre 15 m de hauteur, avec une écorce épaisse, grise, grossièrement fissurée.
  • Feuilles opposées ou alternes, groupées à l’extrémité des rameaux, simples et entières ; stipules absentes ; pétiole jusqu’à 1,5 cm de long ; limbe lancéolé à obovale ou elliptique, jusqu’à 8 cm × 3,5 cm, coriace, souvent à pubescence soyeuse sur la face inférieure, pennatinervé à 7–12 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : grappe terminale de 2–7 cm de long, portant 8–15 fleurs.
  • Fleurs bisexuées, zygomorphes, 5-mères ; pédicelle de 1–2 cm de long ; sépales ovales-elliptiques, jusqu’à 3,5 mm × 2 mm ; pétales inégaux, elliptiques, de 6–11 mm × 5–7 mm, à onglet, plus ou moins frisés et concaves, à bords fimbriés, jaunes ; étamines 10, inégales, filets jusqu’à 2,5 mm de long ; ovaire supère, globuleux, 3-loculaire, styles 2, jusqu’à 5 mm de long.
  • Fruit : samare jusqu’à 3 cm × 1,5 cm.

Autres données botaniques

Le genre Acridocarpus comprend une trentaine d’espèces, réparties entre l’Afrique continentale (23 espèces), Madagascar (4 espèces), la péninsule Arabique, l’Inde et la Nouvelle-Calédonie (chacune 1 espèce). En fonction principalement de différences dans les caractères des fruits et des feuilles, Acridocarpus excelsus a été subdivisé en 4 sous-espèces, dont certaines comprennent plusieurs variétés. Il a le port d’un olivier, et est passablement résistant au feu. La plupart des espèces du genre Acridocarpus ayant une écorce épaisse et riche en tanin sont employées contre la diarrhée.

Ecologie

Acridocarpus excelsus se rencontre depuis la forêt littorale humide jusqu’à la forêt sèche décidue et aux fourrés. Il pousse généralement sur des sols secs rocheux et sableux, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1250 m d’altitude.

Ressources génétiques

Acridocarpus excelsus est répandu à Madagascar, et ne semble pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Acridocarpus excelsus en tant que source de teinture rouge ne gardera qu’une importance locale. Cependant, on constate un regain dans l’emploi de teintures naturelles à Madagascar pour la production de textiles traditionnels destinés au marché international.

Références principales

  • Arènes, J., 1950. Malpighiacées (Malpighiaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 108. Firmin-Didot et cie., Paris, France. 183 pp.
  • Decary, R., 1946. Plantes et animaux utiles de Madagascar. Annales du Musée Colonial de Marseille, 54e année, 6e série, 4e volume, 1er et dernier fascicule. 234 pp.
  • Etheve, A.-M., 2005. Teintures naturelles à Madagascar. CITE, Antananarivo, Madagascar. 40 pp.

Autres références

  • Schatz, G.E., 2001. Generic tree flora of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 477 pp.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Jansen, P.C.M., 2005. Acridocarpus excelsus A.Juss. In: Jansen, P.C.M. & Cardon, D. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 21 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.