Acalypha filiformis (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acalypha filiformis Poir.


Protologue: Encycl. 6 : 205 (1804).
Famille: Euphorbiaceae

Synonymes

  • Acalypha reticulata (Poir.) Müll.Arg (1865).

Noms vernaculaires

  • Queue de rat (Fr).

Origine et répartition géographique

Acalypha filiformis est présent sur la plupart des îles de l’océan Indien mais absent des Seychelles. Un seul spécimen a été collecté à Sainte-Hélène mais l’on n’a pas signalé cette espèce sur l’île depuis lors.

Usages

Les tiges et rameaux souples d’Acalypha filiformis sont utilisés à Madagascar pour fabriquer des paniers et des nasses. Les tiges conviennent également pour faire des cannes de marche. Les feuilles font office de papier absorbant et sont particulièrement utiles pour essuyer les enfants. La décoction de la plante entière se prend 3 fois par jour pour traiter la dysenterie.

Propriétés

Des études préliminaires de criblage phytochimique ont révélé la présence de tanins et d’anthocyanines dans l’écorce de racine, l’écorce de tige et les feuilles, et des alcaloïdes et saponines dans les feuilles.

Description

Arbuste ou liane atteignant 6 m de haut, monoïque ; jeunes tiges pubescentes. Feuilles disposées en spirale, simples ; stipules minces de 1–8 mm de long, pointues, tombant rapidement ; pétiole de (1–)5–15(–33) mm de long ; limbe ovale à elliptique-ovale, rarement elliptique, de (1,5–)2–9(–11) cm × 1–4(–5) cm, à base cunéiforme ou obtuse et à 3(–5) nervures, apex aigu à arrondi, bord en dents de scie, pubescent à l’état jeune, à 4–6 paires de nervures latérales. Inflorescence spiciforme ou subracémiforme, axillaire, solitaire, atteignant 16 cm de long, munie de bractées, à partie mâle terminale et 1–2 éléments femelles en dessous de la partie mâle. Fleurs unisexuées, sessiles, sans pétales ; fleurs mâles à calice 4-partite, étamines 8 ; fleurs femelles habituellement 2, sur un pédoncule atteignant 3 cm de long, enfermées dans une grande bractée, de 3–10 mm de diamètre, sépales 3, triangulaires-ovales, ovaire supère, 3-loculaire, globuleux à 3-lobé, styles 3, libres. Fruit : capsule 3-lobée d’environ 2,5 mm de long, glabre ou à quelques épines, à 3 graines. Graines subglobuleuses, glabres, gris-brun.

Acalypha est un vaste genre comprenant environ 460 espèces que l’on rencontre surtout sous les tropiques mais qui s’étend jusqu’aux régions tempérées chaudes. L’Afrique tropicale en compte environ 65 espèces, l’Asie 25, et l’Amérique tropicale presque 400. Acalypha filiformis est une espèce variable. Les tiges souples d’Acalypha emirnensis Baill. et d’Acalypha leptomyura Baill. sont aussi utilisées à Madagascar pour fabriquer des paniers et des nasses.

Ecologie

Sur l’île de la Réunion et l’île Maurice, Acalypha filiformis est présent à basse altitude et survit dans les milieux dégradés. A Madagascar, la présence de cette espèce a été signalée en forêt et dans des endroits rudéraux, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 m d’altitude.

Ressources génétiques

Acalypha filiformis a une aire de répartition relativement vaste et s’est adapté aux conditions rudérales ; il est donc peu probable qu’il soit menacé actuellement ou dans un proche avenir.

Perspectives

Acalypha filiformis gardera une importance au niveau local pour ses tiges souples. Ses usages médicinaux sont occasionnels et il est probable que son importance restera cantonnée à l’échelle locale, à moins que de nouvelles études pharmacologiques ne révèlent des activités intéressantes.

Références principales

  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Coode, M.J.E., 1982. Euphorbiacées. In: Bosser, J., Cadet, T., Guého, J. & Marais, W. (Editors). Flore des Mascareignes. Familles 153–160. The Sugar Industry Research Institute, Mauritius, l’Office de la Recherche Scientifique Outre-Mer, Paris, France & Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 117 pp.
  • Govaerts, R., Frodin, D.G. & Radcliffe-Smith, A., 2000. World checklist and bibliography of Euphorbiaceae (with Pandaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 1620 pp.
  • Rabemanantsoa, H.F., Roger, E. & Jeannoda, V., 2007. Etude écologique de la végétation du site Enjoy Sakatia: écologie, flore et végétation pour contribuer à sa restauration écologique. Tohiravina 2: 305–313.
  • Tida, M.M., 1997. Contribution à l’inventaire forestier et à l’étude de la flore médicinale des relictes forestières de Tsinjoarivo. Mémoire de DEA Ecologie Végétale Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, Madagascar. 39 pp.

Autres références

  • Debray, M., Jacquemin, H. & Razafindrambao, R., 1971. Contribution à l’inventaire des plantes médicinales de Madagascar. Travaux et Documents No 8. ORSTOM, Paris, France. 150 pp.
  • Missouri Botanical Garden, undated. VAST (VAScular Tropicos) nomenclatural database. [Internet] http://mobot.mobot.org/ W3T/Search/ vast.html. November 2009.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 9 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.