Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Verge d'or (Cazin 1868)

Vélar
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Véronique
PLANCHE XL : 1. Valériane. 2. Vélar. 3. Verge d'or. 4. Véronique. 5. Vulvaire.


[1093]

Nom accepté : Solidago virgaurea


VERGE D'OR. Solidago virga aurea. L.

Virga aurea vulgaris latifolia. J. Bauh., Tourn. — Virga aurea. Ger. — Virga aurea vulgaris. Park.

SYNANTHÉRÉES. — ASTÉRÉES. Fam. nat. — SYNGÉNÉSIE POLYGAMIE SUPERFLUE. L.


Celte plante vivace (Pl. XL) embellit les bois et les pâturages secs par ses belles grappes de fleurs d'un jaune brillant. Elle est aussi commune dans nos vallons que dans nos bois montagneux. Tous les bestiaux mangent volontiers la verge d'or lorsqu'elle est fraîche.

Description. — Racine traçante, brune, fibreuse. — Tiges droites, dures, cannelées, anguleuses, plus ou moins flexueuses, d'un brun rougeâtre inférieurement, vertes et pubescentes vers le sommet. — Feuilles pointues, dentées, d'un vert foncé en dessus, blanchâtres et pubescentes en dessous, les intérieures pétiolées, ovales-lancéolées, les supérieures sessiles, lancéolées. — Fleurs jaunes, en grappes paniculées, droites, rapprochées, plus ou moins allongées (août-septembre). — [Cinq anthères syngénèses. — Ovaire infère. — Style simple. — Stygmate bifide. — Fruit : akènes cylindriques, striés avec aigrette simple à soies capillaires, courtes et blanchâtres.]

Parties usitées. — L'herbe et les sommités fleuries..

Récolte. — Ne présente rien de particulier.

[Culture. — La verge d'or n'est cultivée que dans les jardins botaniques. On la propage par graines et elle se ressème toute seule.]

Propriétés physiques et chimiques. — La verge d'or a une saveur amère et un peu astringente ; elle est inodore ; elle paraît contenir du tannin. L eau, le vin et l'alcool s'emparent de ses principes actifs.

Cette plante a été regardée de tout temps comme astringente, diurétique et vulnéraire. Conseillée jadis dans les hémorrhagies utérines, la dysenterie, la néphrite calculeuse chronique, la gravelle, le catarrhe vésical, les obstruc-


[1094]

tions des viscères, l'hydropisie, etc., elle est presque inusitée aujourd'hui bien qu'elle ne soit pas dépourvue de propriétés. Suivant Chomel, Geoffroy, Linné, Haller, Vogel, etc., c'est un des végétaux les plus utiles. Arnault de Villeneuve dit qu'un gros de poudre de verge d'or, infusé du soir au matin dans un petit verre de vin blanc, et continué douze ou quinze jours brise la pierre dans la vessie !... L'oubli dans lequel est tombée cette plante s'explique par de telles exagérations.

L'expérience a démontré l'action diurétique de la verge d'or. Elle a été utile dans les affections chroniques des reins et de la vessie. L'usage de la décoction de cette plante (60 gr. par kilogr. d'eau), dans un cas d'anasarque avec albuminurie, suite de scarlatine, chez un jeune homme de seize ans m'a suffi pour produire une diurèse très-abondante et amener la guérisondans l'espace de quinze jours.

A l'extérieur, la verge d'or est détersive. Arnaud de Villeneuve prétend que ses feuilles et ses fleurs, appliquées sur les vieux ulcères des jambes, les ont guéris en neuf jours d'application, les renouvelant soir et matin !... La verge d'or entre dans la composition du Faltrank ou vulnéraire suisse.