Trabut, Répertoire: S : Différence entre versions

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 132 : Ligne 132 :
  
 
[229]
 
[229]
 +
 +
 +
 +
'''S. kali, S. soda.'''
 +
 +
''Tacer.''
 +
 +
Qali
 +
 +
Bou halsa
 +
 +
Djill
 +
 +
 +
'''S. oppositifolia, S. longifolia.'''
 +
 +
''Tarmout.''
 +
 +
Semmoumed
 +
 +
 +
S. tetragona.
 +
 +
Ougrina
 +
 +
Bou gueriba
 +
 +
Rhacel
 +
 +
Hermeck
 +
 +
Djalla
 +
 +
Aradd
 +
 +
 +
'''S. vermiculata.'''
 +
 +
''Tassera — Adjerouahi'' T.
 +
 +
Gueddam
 +
 +
Oucera, icerif, icerine
 +
 +
Cherira
 +
 +
Rhessel
 +
 +
Kheriet
 +
 +
Isrif
 +
 +
 +
'''S. zygophylla.'''
 +
 +
Aïdhouan
 +
 +
Adjrem
 +
 +
 +
'''Salvadora persica.'''
 +
 +
''Teqi'' T — ''Tihaq'' T — ''Tidjat'' T — ''Adjou'' T — ''Abisga'' T — ''Abesgen'' T — ''Ami'' T — ''Oïou'' T — ''Baboul'' T.
 +
 +
Ork, arak, irak, rak
 +
 +
Kbata
 +
 +
Redif
 +
 +
Siouak
 +
 +
Missouak
 +
 +
Aferchi
 +
 +
Dans le Hoggar le Salvadora est un bel arbre des vallées abritées,
 +
 +
 +
 +
[230]
 +
 +
 +
 +
il porte un petit fruit comestible. Bois odorant utilisé pour les soins de la bouche.
 +
 +
L'Arak chez les droguistes indigènes se présente sous forme de fragments de la grosseur du doigt (Missouak) ; en enlevant l'écorce, il reste un faisceau fibreux qui fait brosse. » On rapporte que dix avan-tages sont attachés à son emploi. Le principal est d'assurer une bonne faim contrairement a l'usage du Hachich. Son fruit n'a pas son égal pour fortifier l'estomac et ouvrir l'appétit (Abd er Rezzaq). Les pèlerins en rapportent de l'Ouadi Faihma. Le fruit est le Kabats ou Asqirath de la Mecque
 +
 +
Les Chameaux mangent, volontiers les feuilles ; mais leur saveur amère ne tarde pas à les en dégoûter.
 +
 +
 +
'''Salvia algeriensis.'''
 +
 +
Merimya

Version du 17 juin 2012 à 10:00

télécharger le pdf

page précédente

page suivante

[227]


S


Saccharum biflorum, S. ægyptiacum.

Ganich

Anneche

Helliou

Bouss giddani

Bouss el djezaïr

Bouss el farisi

Le Saccharum biflorum est spontané ou naturalisé depuis longtemps dans les environs de Bône ; les noms cités sont d'origine égyptienne. Depuis quelques années ce Saccharum a été propagé, avec le plus grand succès, dans les dunes du littoral et aussi dans le Sahara où il constitue un bon abri dans les oasis exposées aux grands vents. Malgré sa consistance dure le bétail l'accepte et peut s'en nourrir exclusivement. La multiplication est facile par fragments de tige qui bouturent rapidement


C. — S. officinarum. — Canne à sucre.

Qeçab el halou

Qeçab es soukkar

Mouddardjend

La Canne à Sucre a été introduite dans le Sud de l'Espagne et sa culture a été pratiquée par les Maures ; elle s'est conservée dans la région de Malaga. Au XVIe siècle il existait une importante plantation dans Je Sous, faite par les Chérifs ; la production du sucre était consi¬dérable, il en était résulté un commerce important. En 1540, le Chérif Mohammed prélevait sur l'exportation un bénéfice de 23.000 mitkal soit environ 300.000 francs or. Cette culture a disparu depuis longtemps, en raison de l'anarchie qui a régné dans le Sous révolté et privé de débouchés.

C'est autour de Taraudant que se trouvaient de nombreuses usines dirigées par un juif apostat et des captifs chrétiens d'origine portugaise. Edrissy parle du sucre de Sous au XIIIe siècle.


Saccocalyx satureioides.

Azir el ibel.

Zaater


[228]


'Sagina procumbeus.

Mekrada


Salicornia fruticosa. — Salicorne.

Belbel

Khezam

Rherdam, Rhdem

Hammad


S. herbacea. — Salicorne.

Harmak

Hardjem

Les Salicornes peuvent être consommées comme épinards


Salix alba, S. fragilis. — Saule.

Talezzast amellat — Tafeçant — Tafsent.

Khilaf

Houd el ma

Mektite, mektata

La dénomination de Khilaf qui signifie contradiction vient de ce qu'une branche de saule prend racine la tête en bas.


S. atrocinerea.

Asafsaf.


C. — S. babylonica. — Saule pleureur.

Oum el Oualef

Salef el adra

Rharab

Çafçaf


S. pedicellata.

Tafsent — Tamlilt — Smlel — Techaa — Tichki.

Houd el ma

Berqouq el maïz


S. purpurea.

Talezzazt-n-amar — Ziliz — Ickki — Safsa.

Khiblal


Salsola fœtida Del.

Rhacel


[229]


S. kali, S. soda.

Tacer.

Qali

Bou halsa

Djill


S. oppositifolia, S. longifolia.

Tarmout.

Semmoumed


S. tetragona.

Ougrina

Bou gueriba

Rhacel

Hermeck

Djalla

Aradd


S. vermiculata.

Tassera — Adjerouahi T.

Gueddam

Oucera, icerif, icerine

Cherira

Rhessel

Kheriet

Isrif


S. zygophylla.

Aïdhouan

Adjrem


Salvadora persica.

Teqi T — Tihaq T — Tidjat T — Adjou T — Abisga T — Abesgen T — Ami T — Oïou T — Baboul T.

Ork, arak, irak, rak

Kbata

Redif

Siouak

Missouak

Aferchi

Dans le Hoggar le Salvadora est un bel arbre des vallées abritées,


[230]


il porte un petit fruit comestible. Bois odorant utilisé pour les soins de la bouche.

L'Arak chez les droguistes indigènes se présente sous forme de fragments de la grosseur du doigt (Missouak) ; en enlevant l'écorce, il reste un faisceau fibreux qui fait brosse. » On rapporte que dix avan-tages sont attachés à son emploi. Le principal est d'assurer une bonne faim contrairement a l'usage du Hachich. Son fruit n'a pas son égal pour fortifier l'estomac et ouvrir l'appétit (Abd er Rezzaq). Les pèlerins en rapportent de l'Ouadi Faihma. Le fruit est le Kabats ou Asqirath de la Mecque

Les Chameaux mangent, volontiers les feuilles ; mais leur saveur amère ne tarde pas à les en dégoûter.


Salvia algeriensis.

Merimya