Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Rue (Cazin 1868)

Révision de 15 mai 2013 à 03:39 par COGNEAUX Christian (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Tournepage |titre=Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868 |titrepageprécédente=Rosiers (Cazin 1868) |nomcourtpré... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Révision de 15 mai 2013 à 03:39 par COGNEAUX Christian (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Tournepage |titre=Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868 |titrepageprécédente=Rosiers (Cazin 1868) |nomcourtpré... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Rosiers
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Sabine


[934]

Rue fétide

Voir la page [[]]

RUE. Ruta graveolens. L. Ruta hortensis latifolia. G. BAUH., TOURN. — Ruta hortensis. MILL.

Ruta. OFF.

Rue fétide, — rue des jardins, — rue officinale, — rue commune, — herbe de grâce, péganion, — ronda, — ruda.

RUTACÉES. Fam. nat. — DÉCANDRIE MONOGYME. L.

La rue, plante vivace (PL XXXV), croît spontanément dans les départe- ments méridionaux de la France. On la rencontre aussi clans les environs de Paris (coteaux de Beauté, parc de Vincennes). On l'appelle rue sauvage. On la cultive dans les jardins.

Description. — Racine forte, fibreuse, blanchâtre, à radicules nombreuses, - Tiges droites, dures, cylindriques, rameuses dès la base, d'environ 1 mètre de hauteur. — Feuilles alternes, pétiolées, d'un vert glauque, à folioles ovales, épaisses, obtuses, Récurrentes à la base. — Fleurs jaunes, pédonculées, disposées en corymbe terminai (juin-juillet-août). — Calice étalé, à quatre ou cinq divisions aiguës. —Corolle a quaue ou cinq pétales ovales, à bords relevés. — Huit ou dix étamines saillantes a anine e> jaunes ; ovaire surmonté d'un style court et d'un stigmate simple. — Fruit : caPsu'eJ 1. buleuse, polysperme, à quatre ou cinq lobes obtus, contenant des graines renilormcs s'ouvrant par la partie supérieure en autant de valves.

Parties usitées. — Les feuilles, les semences.

[Culture. — La rue, autrefois cultivée dans les jardins, l'est peu auÉul*u°j5 la cultive encore beaucoup à Naples et dans d'autres localités de l'Italie, wie exife ^ bonne exposition et un terrain sec et même pierreux. On la propage de giain -, •d'éclats de pieds.] ^_____

(1) A praetical treatise on the efficacy of slilo&obium or cowlage, etc. Londres, 1 -!• downloadModeText.vue.download 964 sur 1308


RUE. 935

Récolte. — On doit récolter les tiges garnies de beaucoup de feuilles avant que les fleurs soient épanouies. La dessiccation, faite avec soin, ne diminue en rien ses pro- priétés. La rue sauvage est plus active que celle que l'on cultive.

Propriétés chimiques et économiques. — La rue a une odeur très- forte, fétide et pénétrante ; sa saveur est amère, acre, piquante. L'analyse y a fait re- connaître : de l'huile volatile, de la chlorophylle, de l'albumine végétale, de l'extractif, je la gomme, une matière azotée, de l'amidon et de l'inuline. — L'huile volatile de rue est d'un jaune verdâtre ou brunâtre; elle a une odeur forte et désagréable ; elle se fige au froid en cristaux réguliers; sa solubilité dans l'eau est plus grande que celle des autres huiles essentielles.

L'essence de rue =C20H 2002 bout à 228" C. Sa densité est 0.958, l'acide azotique la transforme en acide caprique = C-°H20O 4 et en acide pelargonique = ClsHt804.] (Cahours et Gerhart.)

PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES ET DOSES.

Ai'MtEMEDR. — Infusion, de 2 à 10 gr. par

kilogramme d'eau, à prendre par tasses avec

un sirop approprié. Sirop (2 de teinture sur 7 d'eau distillée de

rue et 15 de sucre), de 15 à 30 gr. Extrait alcoolique (1 sur 6 d'alcool à 60 de-

grés)i de 50 centigr. à 2 gr. Extrait aqueux, par infusion (1 de feuilles

sèches sur 4 d'eau chaude), de 50 centigr.

à 2 gr. fctrait aqueux, par décoction (1 sur 8 d'eau),

même dose. Conserve (1 de rue fraîche sur 3 de sucre), de

là 5gF.

Huile essentielle, de 10 à 50 centigr. Poudre, de 50 centigr. à 3 gr., en bols, pi- lules, etc.

A L'EXTÉRIEUR. — Infusion, de 10 à 30 gr. par kilogramme d'eau, pour lotions, fo- mentations, fumigations, injections, lave- ments, etc.

Poudre, pour saupoudrer les ulcères.

Huile (1 de rue sèche sur 10 d'huile d'olive, faire digérer pendant huit heures au bain- marie, passer et filtrer.)

La rue est tellement stimulante, qu'étant appliquée sur la peau elle y dé- termine la rubéfaction ; introduite dans le canal digestif, elle y exerce une me excitation, qui se transmet bientôt à tous les organes et donne lieu à fars phénomènes consécutifs, dont la thérapeutique a su tirer parti. A kute'dose, elle détermine l'inflammation des voies gastro-intestinales et accélère le mouvement circulatoire. Elle a toujours été considérée, en outre, ilès la plus haute antiquité, comme agissant puissamment sur le système nerveux en général et sur l'utérus en particulier, ce qui l'a fait employer contre l'épilepsie, la chorée, l'hystérie, et comme emménagogue dans l'amé- norrhée et les désordres de la menstruation. Dans ces derniers cas, il est Men essentiel d'apprécier l'état de la malade avant de lui administrer un tel médicament. Si l'aménorrhée, par exemple, était due à un excès de sensi- bilité de l'utérus, à un état de pléthore, soit locale, soit générale, il est bien certain; que l'usage de la rue ne pourrait être que très-dangereux. J'ai vu «ne métrorrhagie active, avec douleurs violentes à l'utérus, causée par •emploi imprudent de cette plante, chez une jeune femme d'un tempéra- ment sanguin avec prédominance utérine. Une forte saignée du bras, des tons tièdes, des boissons nitreuses et émulsives, des lavements de décoc- tion .de mauve et de laitue, suffirent pour dissiper ces accidents. Je suis ^H?0"que si ^h&norrhagie n'avait pas eu lieu, l'inflammation de l'utérus Wveté la funeste conséquence de l'ingestion de la rue. .peau(i)ne partage pas les craintes répandues sur l'usage de la rue.-; pour 'VMst un agent spécial, excitant l'utérus comme le seigle ergoté. Il l'unit cuvent à la sabine. Ce sont des toniques qui déterminent les contractions de 'matrice en réveillant la tonicité des fibres de cet organe. Ils sont indiqués Js le cas de métrorrhagie entretenue par un produit pathologique tel Hn,fragment de placenta ou des débris de foetus. Dans l'état de vacuité on ni'larue Pourra aussi réussir dans les pertes de sang, compliquant

J^°ales règles, qui peuvent se rattacher à l'anémie.)

W Piton médicale, i™ semestre 1859, p. 100. downloadModeText.vue.download 965 sur 1308


936 RUE.

L'influence que cette plante exerce sur la matrice se manifeste évidem- ment par une congestion sanguine et une stimulation des fibres musculaires' de cet organe. Les observations recueillies par Hélie (1), et les faits assez nombreux qui se sont présentés dans ma pratique, ne me laissent au- cun doute sur la propriété abortive qui lui a été attribuée. Les anciens connaissaient cette propriété ; Pline en défend l'emploi aux femmes en- ceintes. Les modernes la préconisent comme emménagogue; Desbois de Rochefort,. employait, comme un des meilleurs médicaments de ce genre l'huile essentielle de rue à la dose de 12, 15 et 20 gouttes. '

•Comme antispasmodique, la rue a été recommandée contre l'hystérie et l'épilepsie par Alexandre de Tralles, Valeriola, Boerhaave, Cullen, etc. Haller la comparait à l'assa foetida et l'administrait en lavement dans l'hysté- rie. Bodart l'a proposée comme succédanée de cette dernière substance.

La rue est un anthelminthique trop négligé. "Wauters propose, d'après Cartheuser, de substituer sa semence au semen-contra. Je l'ai employée avec succès dans trois cas d'affection vermineuse. Je suis parvenu, au moyen de lavements de décoction de feuilles fraîches de rue, à détruire de nom- breux ascarides vermiculaires qui causaient depuis dix ans un prurit anal insupportable. L'huile d'olive, de noix ou d'oeillette, dans laquelle on fait infuser les feuilles de rue, peut servir en embrocations sur le bas-ventre, comme vermifuge chez les enfants. On emploie aussi de la môme manière l'onguent de rue composé. (Voyez Préparations pharmaceutiques.)

Les propriétés antisyphilitiques attribuées à la rue n'ont pas été confir- mées par l'expérience. Ses vertus antivénéneuses doivent être reléguées au rang des fables, ainsi que tout ce qu'on a avancé sur son efficacité contre la peste. Le fameux antidote de Mithridate, dont Pompée trouva la formule dans la gazette de ce prince, était composé, dit-on, de vingt feuilles de rue contuses, de deux noix sèches, de deux figues et d'un peu de sel. Quand on se représente, dit Chaumont,. le roi de Pont avalant chaque matin un sem- blable mélange, avec la ferme conviction d'être à l'abri de tout empoison- nement pendant le jour, pourrait-on s'empêcher de rire, si l'on ne réflé- chissait que l'ignorance et la crédulité figurent ' honorablement parmi les nobles qualités des héros?

J'ai vu un curé de campagne employer le topique suivant contre la phthi- sie et le catarrhe pulmonaire chronique : Prenez 2 poignées de rue fraîche- ment cueillie, vers la fin de mai; faites-les bouillir dans 2 kilogr. d'eau jusqu'à réduction de moitié; exprimez la rue et retirez-la; mettez 15gr. d'aloès dans la décoction, et faites-y tremper une serviette de coton demi- usée pendant vingt-quatre heures, puis faites-la sécher à l'ombre dans un appartement. Cette serviette, pliée en huit, doit être pliée sur la poitrine et portée jusqu'à ce qu'elle tombe en lambeaux. On m'a assuré qu'une seule serviette avait souvent suffi pour opérer la guérison. On doit avoir deux ser- viettes ainsi préparées, afin que l'on puisse se servir de l'une pendant qu on fait sécher l'autre à l'ombre. Ce moyen populaire, qu'il est bon d'essayer, a pu procurer quelque soulagement dans la phthisie pulmonaire et guérir des catarrhes chroniques que l'on aura pris pour cette dernière maladie.

On a conseillé la rue dans une multitude d'autres maladies. Suivant Martius, on la regarde en Russie comme un excellent remède contre la rage, et on l'emploie aussi, à ce titre, en Autriche, en Westphalie et même en Angleterre. L'expérience a fait justice de cette prétendue propriété.

(Le sirop de rue, quoique non officinal en Angleterre, se vend chez la plu- part des droguistes; les nourrices le donnent souvent à la dose de l/- 2 cuillerées à café, dans les coliques flatulentes des enfants nouveaux-nes./

A l'extérieur, la rue pilée peut être employée comme rubéfiante et aetei-

(1) Bulletin de thérapeutique, t. XII, p. 77. downloadModeText.vue.download 966 sur 1308


[937]

sive. On a conseillé de l'appliquer en épicarpe contre les fièvres intermit- tentes. Les lavements de rue peuvent être utiles comme stimulants, dans beaucoup de cas, tels que l'inertie des intestins, la tympanite, la flatulence, l'aménorrhée, etc. On en a fait usage pour déterger les ulcères atoniques et sordides. (Dans la campagne d'Egypte (1), les plaies devenaient très-rapide- ment couvertes des larves de la mouche bleue de Syrie; à chaque panse- ment, on les détruisait à l'aide d'une forte décoction de sauge et de rue.) Garidel traitait les taies de la cornée par la vapeur de la décoction de rue dirigée sur l'oeil au moyen d'un entonnoir renversé. On s'en est servi aussi contre la gale, la teigne, et pour tuer les poux. J'ai vu une femme de soixante-cinq ans se débarrasser du phthiriasis, ou maladie pédiculaire, en portant une chemise qu'on avait fait bouillir dans une décoction aqueuse de rue. Le suc de cette plante, plus ou moins étendu dans l'eau et introduit dans le conduit auditif, a été mis aussi en usage avec quelque appa- rence de succès, dans la surdité causée par la diminution ou l'aberration de la sensibilité acoustique. La décoction vineuse de rue, en gargarisme, a été employée avec avantage dans l'engorgement et les ulcères scorbu- tiques des gencives. Celse recommande dans les pertes séminales l'applica- tion sur l'hypogastre et sur les aînés de cataplasmes de rue infusée dans le vinaigre. ' Vitet combattait l'exostose scrofuleuse au moyen de bains locaux (répétés trois ou quatre fois par jour, de la durée d'une demi-heure chaque fois), faits avec une forte infusion à peine tiède de feuilles de rue, où l'on avait fait dissoudre 15 gr. de sulfure de potasse sur 1 livre de liquide. On maintenait entre chaque bain, sur la partie affectée, des compresses imbi- hées de ce résolutif. J'ai employé le même moyen avec succès sur les en- gorgements glanduleux, et notamment sur ceux des mamelles. Dans ce der- nier cas, je faisais prendre le bain local au moyen d'un vase à ouverture proportionnée à l'étendue du mal, la malade étant dans une position hori- zontale.

1) Mudèsur Larrey; par Leroy-Dupré. Paris, 1860, p. 44.