Pisum (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Cicer
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Lathyrus



[Tome IV, 186]

Pisum sativum

Pisum sativum. (Linné). — LE POIS


1. — Noms :

  • pisum, latin.
  • pisum romanumj (= le pois de Rome, c.-à-d. le pois par excellence), nomencl. du 16e s., Mattirolo.


[187]

  • cicer album, 1. du 15« s., J. Camus, Vop. «a/., p. 53.
  • pisum hortense, piseolus, anc. nomencl,, Bauhin, 1671.
  • péaé, m., pèse, m. (l'accent sur la l^e syllabe), Var. — Boucheç-du-Rh* — Gard. — Aveyron. — Aude. — Lot. — Tarn. — env. de Foîx (Ariège), c. p. M. P. Sicre. — Toulouse, Tournon. — Lozère, r. p,~ Ardèche, r. p. — Lieutadès (Cantal), r. p. — Aurillac, Vermenouze, Flour de Brousso, 1896. — Ussel (Corrèze), Lépinay. — JuUlac (Corrèze), r. p. — Laurières (Haute-Vienne), r. p. — Briançfuinfib; <!, par feu Chabrand. — Laroche-de-Rame (H*"-Alpes), c. p. M. E. Allard.
  • pëzé, m., Vorey (H"-Loire), r. p.
  • ptftc, m., Condat, Dienne (Cantal), r, p.
  • pi/i, m., Pléaux, Pierrefort (Cantal), r. p.
  • péjéy m., Gourdon (Lot), c, par M. R. Fourès. — Brétenoux (Lot), w p.
  • pèjë rédoun, m., Donzenac (Corrèze), r. p.
  • pi%\ m., Neuvéglise et Cheylade (Cantal), r. p. — Orcines (P.-d.-D.)- c. p. feu Dumas-Damon.
  • pèV, m., Besse, Bergonne, Bourg-Lastic (Puy-d.-D.), r. p. — Eygurdnde (Corrèze), r. p.
  • pci', m., Champoly (Loire), c. p. feu Dumas-Damon. — Lavoule-Cljilïac
  • (Haute-L.), r. p. — Cheylade (Cantal), r. p. — Tulle (Corr.), Lépiway.
  • pè%' blarij m., Haute-Loire, Arnaud.
  • pcy's«, Bourg-Saint-Maurice (Savoie), r. p. — Haut-Dauphiné, Moutîeiu
  • pouafy m., pouach', m., Pays gaumet (Belgique), c. p. M. J. Feller,
  • péwl, m., Pyr.-Orient., Companyo.
  • péwou, m., Nice, Colla.
  • pëti pëtoou, m., Saint-Georges-Lapouge (Creuse), r. p.
  • péjooui m., La Courtine (Creuse), r. p.
  • péjou, m., Brive (Corrèze), Lépinay. — Tauriac (Lot), r. p.
  • péjèl, m., Brive ^Corrèze), Lépinay.
  • pëjèr\ m. (au plur. pë/aow), Uzerche (Corrèze), r. p.
  • pé%éou, m., Gironde, Laterrade. — Libourne (Gir.), c. p. M. L. Dlhan'd-
  • Degrange. — Mussidan (Dord.), Chastenet, Pei^ tuà lou t^jm, 1890, p. 107.
  • pë%éoUj m., Labouheyre (Landes), c. p. M. F. Arnaudin. — La Teste (Gir*), Moureau.
  • péjéou rédQUUy m., Tulle (Corr.), Lépinay.
  • pè%eû^ m., Lanouaille (Dordogne), r. p.
  • poeaux, pluriel, docum. de Tonnerre (Yonne) en 1592, Cabinet hûiorique, 1856, p. 30.
  • péié, m. (accent sur la seconde syllabe), Vosges, Haillant.


[188]

  • pë*èy m., au pluriel pëibyàô, Bain-de-Bretagne (lUe-et-Vrl.). c. p. M. Ed. Edmont.
  • pë%é, m., Val d'Ajol (Vosges), r. p. — env. de Redon (lUe-et-Vil.), r. p.
  • b%èy\ m., Géradmer (Vosges), c. p. M. Ed. Edmont.
  • 6aé, m., Vagney (Vosges), Thiriat.
  • poué%è, m., Ghantonnay (Vendée), c. p. Ed. Edmont.
  • poué%ë, m., Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Télot.
  • pouatéaj m., Beauvoir-sur-Mer (Vendée), Gallet.
  • p%âj m., Cozes et Gemozac (Ghar.-Inf.), P. Marcut, Bouquet, 1885, p. 175.
  • pè%iaoUj m., Gentioux (Creuse), r. p.
  • pëùoou^ m., Croq (^Creuse), r. p.
  • pëziô de san-Djan, m., Pont-Charaud (Creuse), r. p.
  • péjiaoUj m., Eymoutiers (Haute-Vienne), r. p.
  • pëfiaou, m., Sornac (Corrèze), r. p.
  • pé%éta, f,, Loire, Gras.
  • p^hhà, m., Médonville (Vosges), Baillant.
  • pij m., Thiers (Puy-de-D.), r. p. — Meymac (Corrèze), r. p.
  • pyi, m., Estandeuil (Puy-de-Dôme), r. p.
  • pé, m., Val-de-Saire (Manche), Romdahl.
  • pé rion, m., La Chambre (Savoie), r. p.
  • pè, m., Thonon, Moutiers (Savoie), r. p. — Manche, Calvados, Joret.
  • pé, m., Marigny (Manche), r. p. — Thaon (Calvad.), Guerl. de G.
  • pë^ m., env. de Valenciennes, r. p. — Limbourg (Belg.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • peûj m , province de Liège (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • pff, m., Passais (Orne), Joret. — Culoz, Fareins (Ain), r. p. — Pontarlier, r. p. — Thénésol (Sav.), r. p.
  • pâ, m., Bréal-sous-Montfort (Ille-et-V.), Rev. d. Trad. pop., 1895, p. 574.
  • pâ ron, m., Vern (Ille-et-V.), r. p.
  • pô, m., Saint-Aubert (Nord), r. p. — Env. de Bourbonne-les-Bains (H'»-Marne), c. p. M. Ed. Edmont.
  • pô vèr, m., Cambrai, r. p.
  • pd, m., Rainville (Vosges), r. p. — Bourg (H»"-Marne), r. p. - Valenciennes,
  • HÉc. — Câteau-Cambrésis, r. p. — Champlitte(H'«-S.), r. p. — Isbergues (Pas-de-Cal.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • pèo {èo diphth. accent, sur é), m., Uzès (Gard), r. p.
  • pèii (ètt diphth. ace. sur é), m., Montreux (canton de Vaud), Odin, PhùMl. du cant. de K., 1886, p. 32.
  • pèou, m., niçois, Sûtterlin.
  • pu, m., Vielsalm (Belgique), c. p. Ed. Edmont.
  • pèy% m., forézien du 17» s., Cuapelon, (ouvres, 1820, p. 203, — Saint-


[189]

  • Àlpinien (Creuse), r. p. — Aime (Savoie), r. p. — Lamballe, Coetmieux (Côtes-du-N.), r. p. — Clary (Nord), r. p.
  • pày% m., Jazeneuil (Vienne), r. p. — Ëchassières (Allier), r. p. — Groi^léG (Ain), r. p. — Saint>Jeande Bournay (Isère), r. p. — Tarentaise. Pûnt-
  • pti pày'j m., Saint-Georges de Mons (Puy-de-D.), r. p.
  • pouèy\ m., Poissons (Haute-Marae), c* p. M. Ed. ëdmont.
  • pouè, m., Seine-et-0. — Seine-et-M. — Oise. — Yonne. — Nesle (Somme)» — Magnicourt-s.-Canche (Pas-de-C), r. p. — Arlenf (Nièvre), r. p. — Bains (Vosges), r. p. — Poligny, Cousance, Mont-sar-Monnet (Jura), r. p. — Bournois (Doubs), Roussey. — La Motte-Beuvron (Loir-el-Cb.), r. p. — env. de Rennes, r. p.
  • pti pouèj m., Cangy (Indre-el-L.), r. p. — Guilly (Indre), r. p.
  • poué, m., Saiut-Pol (Pas-de-C.), c. p. M. Ed. Edhont. -— Fougerolles (Mayenne), r. p. — Servance (H"-Saône), r. p.
  • pô-è, m., Orchamps (Jura), r. p.
  • pouëj m., Montaigu-le-BIin (Allier), c. p. M. J. DucHON DE IK Jaroos^i:.
  • poui, m., Méharicourt, MoUiens-aux-Bois (Somme), r. p.
  • pouôy m., env. de Béthune (P.-de-C), c. p. M. Ed. Edhont.
  • poé^ m., poMO, m., pouô^ m., Vosges, Baillant.
  • poua ron, m., Mouilleron-le-Capif (Vendée), r. p. — Fresnay-s.-Sarllie (Sarthe), r. p.
  • pouè rouy m., Olivet (Loiret), r. p. — Charost (Cher), Coudereac.
  • pti poua, m., poua hian, m., Mayenne, Dottin.
  • pyoua, m., Saint-Symphorien (Indre-et-L.), r. p.
  • pois, m., français.
  • pois rond, m., Normandie. — Yonne. — Loiret. — Indre-et-Loire. — Yonne. — Berry.
  • petit pois, m., Normandie. — Loiret. — Berry. (pour le distinguer du pois = haricot).
  • pti poMtn, m., Sées (Orne), r. p.
  • pois gras, fr. du 13^ s., Crapelet, Rem. hist., 1831, p. 112.
  • pois en grains, m. pi., Genève, Humbert.
  • pois blanc, m., Normandie. — Mayenne.
  • pois vert^ m., Sarthe. — Eure, (pour le distinguer du pois = haricot).
  • pois sucre, m., Clamecy (Nièvre), r. p.
  • pouè lôlà, m., Aubigny (Cher), r. p.
  • pouè roula, m., Fiers (Orne), r. p.
  • pois calé, m., CourseuUes-sur-Mer (Calvados), r. p.
  • cè*é, m., eéié, m., Tarn. — Tarn-et-G. — Dordogne. — Lot. — Lot-et-Gar.- Rt'-Gar. — H»«' et B.-Pyr. — Brive (Corrèze), Lépinay. (Dans ItJ Sud- Est le céié désigne le pois chiche).


[190]

  • ce»', m., Orthez (B.-Pyr.), c. p. M. L. Batcavb.
  • céV, m., Laluque (Landes), r. p.
  • chégé^ m., Le Buisson (Dordogne), r. p.
  • cédéj m.j Luchon, Sacaze. — Gassaigne^ Montmorin (Haute-Gar.), r. p. — Monléon-Magnoac (H*«»-Pyr.), r. p.
  • chiche Manche j f., fr. du 15» s., Camus, Vop. sal.y p. 53.
  • fève, f., Saînt-Georges-des-Gios. (Orne', r. p.
  • Uion, m.j Tarentaise, Pont.
  • ghinghirt^ m., ternie enfantin, Forêt de Cl. (Aube), Ba.udouin. — Bournois (Douhs), Rousse Y.
  • chéché^ m^, terme enfantin, provcnç. mod., Castor.
  • griihô, m., argot despeigneurs de chanvre du Jura, Toubin.
  • pis, breton.


3. — L'enveloppe des pois, des fèves, des haricots, etc., est appelée :

  • e&cûi^ej tf franc., La guerre comique, Paris, 1668.
  • escorchCy f., normand, docuni. de 1362, De Fréville, Commerce de Rouen.
  • lU 1^9.
  • iscorcéy î., Cheylade (Cantal), r. p.
  • escorcûf f., Laguiole (Aveyron), r. p.
  • écorço, (j Meymac (Corrèze), r. p.
  • écorce^ r, Attigny (Ardennes), r. p.
  • éparchef f., Mayenne, c. par M. Lambert.
  • corce^ f., Saint-Clémentin (Deux-Sèvres), r. p.
  • escosae, f., fr., J. Fontaine, 1612 ; Du Rozel, Voy. de Jérusal. en 1644, publié en 1864, p. 91.
  • ncoche, f., wallon, Grandgagnage.
  • écoue, f,, franc., Furetiére, 1708. — Valenciennes, Hécart. — Pas-de-Cal., c. p. M. Ed. Edmont. — Marne, c. p. M. E. Maussenet.
  • écûuan&e, (,, blaisois, Thibault.
  • ècaùche, f., Marigny (Manche), r. p.
  • cct^€^ r, anc. franc., Godefroy.
  • cos^e, f., iranç., Littré (12®, 13* s.); etc., etc. [D'où écosser des pois.]
  • cousu, L. franc., Cardan, De la subtilité, traduction par Le Blanc, 1578, p. 196.
  • côs^Cj L Eure, Robin. — Lisines (S.-et-M.), r. p.
  • cossûf m. y franc., Furet., 1708.
  • cëxsay m., Fougères (lUe-et-Vil.), r. p.
  • cossiô, m., Valenciennes, HÉCART. — Leuze (Hainaut), c. par M. J. Fellbr. — Ciaye (S.-et-M.), r. p.
  • Cûmaûi m.. Tournai (Hainaut), c. par M. J. Feller.


[191]

  • gosse y f., franc., Jean Darges, Tre%e livres d. choses rust., 1554, f*^ 129; Fontaine, 1612.
  • gosse, f., Fiers (Orne), r. p.
  • gomse, f., franc., Rabelais ; etc., etc (^).
  • goousso, f., Marsac (Creuse), r. p.
  • gousson, m., Berry, Tissœr. — Bossée (Indre-et-Loire), r. p.
  • goûj m., Arleuf (Nièvre), r. p.
  • dorse^ f., lyonnais, Onofrio. — Forez, Gras.
  • dorsi, f., lyonnais, Puitspelu.
  • douossoy f., Laroche de Rame (H^** Alpes), c. p. M. Ë. Allard.
  • doousso, f., Forcalquier (Basses- Alpes), c' p. M. E. Plauchud.
  • dôsse, f., Forez, Gras. — Les Fourgs (Doubs), TissoT.
  • dousse^ f., Montaigut-le-Blin (Allier), c. p. M. J. Duchon de la Jauocsse.
  • dossôy f., Val du Saugeois (Doubs), Barthelet, L'abbaye de Montbenoit, 1853, p. 191.
  • dossOj f., Salelles (Lozère), r. p.
  • douthUy f., (avec th angl.) Suisse rom., Bridel.
  • deûche, f., franc-comtois, Dartois.
  • dohhë, f., Bourg-Saint-Maurice (Savoie), r. p.
  • dôj m., Cubry (Doubs), r. p.
  • bossiè^ m., Vendômois, Martelliére.
  • bogh\ f., Vendômois, Martelliére.
  • boghiy\ f., Mayenne, Dottin.
  • grofa, f., Villette (canton d'Aimé, Savoie), r. p.
  • gouèfa, f., gouarfa, f., Suisse rom., Bridel.
  • yor/ia, f., Bas-Yalais, Gilliéron.
  • scofia^ m., Dinant (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • scafyètVy f., Saint-Hubert (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • scafyoU\ f., Ciney (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • chafyotl\ f., châvey f., Laroche (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • écofey f., écoufe, f., env. de Belfort, Vautherin.
  • acof^ f., Brillon, Vignot (Meuse), Varlet.
  • écafote, f., Valenciennes, Maubeuge, Hécart.
  • écaflo, m.. Somme, Jouangoux.
  • écafô, m., Peuvillers (Meuse), Varlet.
  • écofôy m., Chattancourt (Meuse), Varlet. (D'où décofé = écosser les pois.)
  • écafif m., Florenville (Belg.), c. par M. J. Feller.


(1) On trouve esgouaser les pois dans Rabelais.


[192]

  • hhcafôy f., hhcahfe, f., Vallée de Cleurie (Vosges), Thiriat.
  • cofa, f., lyonnais, PuiTSPELii.
  • cofûy masc, Brillon, Vignot (Meuse), Varlet.
  • cofey f., Aube, Baudouin. — Meurthe, Michel, Dict. d^express. vie. de la Lorr.j 1807. — Pays messin, Jaclot. — Sancey (Doubs), Rev. de philol. fr.y 1900, p. m.
  • co/b, f., Les Fourgs (Doubs), TissoT. — Mesnay (Doubs), Rev. de phil. fr., 1900, p. 66. — Die (Drôme), BoissiER.
  • coufe, f., Poligny (Jura), r. p.
  • cofy, f., Broye-l.-Pesmes (H'» Saône), Perron.
  • caft, f., Virton (Belg.), c. p. M. J.*Feller.
  • keufl\ f., Aulet (H»«-Saône), Godard.
  • coféy f„ Pays messin, Jaclot.
  • cafey f., Jura, Monnier. — Pays messin, D. Lorrain.
  • tchoufe, f., Clerval (Doubs), r. p.
  • cofa, m., Meuse, Gordier.
  • cufèlOy f., Lauzerte (Tarn-el-Gar.), r. p. — env. de Montauban, c. p. M. A. Perbosc. [D'où déscufélà écosser les pois.]
  • chôv" f., Marche (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • chèv\ f., Houffalize (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • chièv\ {'., Bastogne (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • hâv\ f., Hotton (Belg.), c. p. M. J. Feller.
  • hûfion, m., Malmédy (Pays wallon), Zeliqzon.
  • hîvion, m., Weismes (Prusse wallonne), c. p. M. J. Feller.
  • kâgnôy f., liégeois, Forir.
  • escalope^ f., franc., Hatzfeld.
  • écalope, f., franc., Délices de la campagne^ 1673. p. 109.
  • ècalofrey f., Bessin, Joret.
  • écalofe, f., Saône-et-Loire, Fertiault.
  • calufre, fr., Ghar.-Inf., c. p. M. E. Lemarié.
  • calofOy f., Auvergne, Mém. de la Soc. des antiqu., 1824-, IV, p. 457.
  • chalupe, f., Ghef-Boutonne (Deux-S.), Beauchet.
  • chocasse, f., Bas-Gâtinais (Poitou), Puichaud.
  • écale, f., Orne, r. p. — Galvados, Joret. — Linas (S.-et-O.), r. p. — Saint-Sauveur (Yonne), r. p.
  • écalôy m., Thaon (Galv.), Guerl. de Guer. [Dans le Bessin on dit écaloté =>
  • écosser des pois, Bull, d.parl. norm., 1901, p. 408.]
  • îecaloûechey f., env. de Belfort, Vautherin.
  • échoie^ f., Fougères (llle-el-Vil.), r. p.
  • calOf f., La Courtine (Creuse), r. p.
  • cooulo, f., Corrèze, Béronie.


[193]

  • eoquôj f., anc. fr., Pichon et Vie., Le viandier de Taill., 1892, p. 109. — Guernesey, r. p. — Fresnay-sur-Sarthe (Orne), r. p. — Verdes, La Motte-Beuvron (Loir-et-Ch.), r. p.
  • técOy f., Toulouse, Tournon. — Gibel (H^* Car.), Lamodrère, Pê tcampeêiré , 1899. p. 168. — Pays d'Albret, Dardy. — Comberouger (Tarii-et-Gar), c. p. M. À. Perbosc.
  • ték\ f., Bayonne, Lagravére. — Landes, Daugé, f/oua deLane, l&Ol, p. 12 03. [Dans les Landes dëstécà signifie écosserles pois. Fois, 1H03, p. fi8.]
  • técott, m., Laluque (Landes), r. p.
  • coutèlo (= couteau), f., Rodez, Villefranche, Sébrazac (Aveyron), r- p*
  • coutèlhOy f., Eymoutiers (Haute-Vienne), r. p.
  • coutUho, t, Gorrèze, Béronie.
  • ktyôj m., La Chambre (Savoie), r. p.
  • kté, m., Moutiers (Savoie), r. p.
  • coutichë^ f., Donzenac (Gorrèze), r. p.
  • coufUre, f., Longfaye près Malmédy (Pays wallon), Feller.
  • lame, f., latte, f., plateau, m., Breteau (Loiret), c. p. M. J. Poquht.
  • péloco, f., Cassaigne (Haute-Gar.), r. p.
  • péloufo, f., Pézénas (Hérault), Mazug.
  • pélhofOy f., Aude, Laffage.
  • épluche, f., env. de Montfort (lUe-et-Vil.), r. p.
  • pluche, f., Fougcrolles (Mayenne), r. p.
  • ploumalyo, f.. Gras (Ardèche), r. p.
  • gala, f., Loire, Gras. — Haute-Loire, VmoLS.
  • gato, f., Sainte-Geneviève (Aveyron), r. p.
  • ghètë, f., Dienne (Cantal), r. p.
  • gatë, f., Trizac (Cantal), r. p.
  • ato, f., Brétenoux (Lot), r. p.
  • boutino, f., Lalbenque (Lot), c. p. M. R. FouRÈs. — Env. de Mootaubani c. p. M. A. Perbosc. [D'où déboutinà = écosser les pois,]
  • clésco, f., Pamiers (Ariège), Mém. de la Soc. des Antiqu., 1824, VI, 503.
  • gruéyo, f., provençal, Castor.
  • pouchey t.. Val d'Ajol (Vosges), r. p.
  • rofee,f., terme culinaire franc.. Le jardinier françois, 1654, p. 274; Appert, L'art de conserv. les subst., 1810, p. 4. — Orcharnps (Jura), r. p.
  • silique, f., français, Furetiére, 1708.
  • slik\ f., Limbourg (Belg.), c. par M. J. Feller.
  • niche j f., caveau, m., franc., Duez, 1664.

Pour ces appellations comparez ci-dessus, IV, p. 39, les noms deî enveloppes de la noix.


[194]

3. — <( Les pois sont encore en plateau = les pois ne sont p«s encore bien formés dans leur cosse ». Fcret., 1708.

4. — La paille de pois, c.-à-d. les tiges et les gousses desséchées, après qu'on a retiré les pois, portent le nom de :

  • pe*art m,, Orléanais, J. Boullay, Man. de cuit, la vigne, 1723, p. 52.
  • petas, m., pesai, m., pesay m., anc. fr., imiKKLjNouv. rec. de contes, 1839, I, 314 ; Tournai, docum.de 1318, DouTREPONT(d. Zeitsch.f.rom.PhiloL, 1897, p. 232 ;) Le Bon, Etymol. franc., 1571, p. 26. — Meuse. — Eure-et-L. — Loiret. — Sarthe. — Galvad.
  • pesach, m,, Sebonrg (Nord) au 15» siècle, Archives histor. du Nord, 1844, [I. 493.
  • bèzQj m,, Mayenne, DOTTIN.
  • pe*a**o, f., Corrèze, Béronie.
  • pë^assé\ f , Lavoute-Chilhac (Haule-Loire), r. p.
  • jww, m*T p'^t 11., Val-de-Saire (Manche), Romdahl.
  • pV, m.» For. de Clairv. (Aube), Baudouin.
  • pévâf m. 3 Merville (Calvados). Revue des pari, pop., 1902, p. 68.
  • cfiava^ m., Chef. -Bout. (Deux-Sèvres), Beauchet. — Maillezais (Vendée), c. p. M. ¥\i. TÉLOT.
  • ehaî'ô, m., paiLcvin, Rousseau.
  • chaMlhi f,, Auvergne, Mège, Souv. de la l. d' Auv., 1861, p. 64.
  • jûïfl, m,, Vendée, Lalanne.
  • camé, m.. Etirer I^OBIN.
  • coii}iatj rn., anc. français. Du Poy-Monclar, 1563, f"* 32.
  • pava d' pé^ m., Escoville (Cavados), Rev. des pari, pop., 1902, p. 68.
  • ratnà^ m., Robehomme (Calvados), Rev. d. pari, pop., 1902, p. 68.
  • k^é, m* plur.^ Breteau (Loiret), c. p. J. Poquet.
  • ccM, inaac., eé%èra, m. Comberouger (Tarn-et-Gar.), c. p. M. A. Perbosc.
  • cé^ièro, f*, env. de Montauban, c. p. M. A. Perbosc.

« De deux personnes qui ne se quittent pas on dit : elles se tiennent comme du pëza ; on ne peut guère arracher une poignée de paille de pois sans entraîner tout le reste. » Beauce, c. p. M. J. PoQUET.

5. — Un champ planté de pois est appelé :

  • pisaria, piietum, lat. du m. â., Du Cange.
  • peaïCT-fl, Careussonne, docum. de 1431, Mahul, Carlul. de Varr, de Carc, 1857, 1, S3.
  • pe#MT<i, f.^ atio. fr., Du Cange.


[195]

  • péziéro, t. y Briançonnais, c. par fea Giabrand.
  • pë%ày*rë, f., Bas- Valais, Gilliéron.
  • pouachère, f.. Le Ghesne (Ardennes), c. p. M. A. Gcilladme.
  • pouàyYy f., Yijpiot (Meuse), Varlet.
  • bëière, f., Vosges, Pétin.
  • céiérassOf (., env. de Montaoban, c. p. M. A. Perbosc.


6. — H II ne faut pas semer les pois en vent de galerne, ils ne monteraient [>as dans les rames ». Deux-Sèvres, B. Souche. — « Une faut passemer It^s pois les jours en r (mardi, mercredi, vendredi), parce qu*on ne ri^coUe en ce cas que des pois véreux ». Pays de Bray (Seine-Inf.]^ Mhgnv ; Touraine, Rev. d. tr. pop.^ 1889, p. 43. — «Il fsut semer les pois le Vendredi saint ou en revenant de la Passion ». Prévoytmt jardinier pour 178 i. — « Semez vos pois dans Taprès-midi du Vendredi saint si vous voulez avoir une bonne récolte ». Basse-Bret., c. p, Teu Sauvé. « II faut semer, au décours de la lune, les pois, les baricolâ i», Vosges, Thiriat (dans Mélusine, I, 458, p. 60. — « Pendant le croissant de la lune, è krèhan dèl Icme (Liège), a dans la Lune dure » 6 V dcer lœne (prov. de Namur), il faut semer les petils poi^ et autres plantes qui doivent « grainer », et ne pas semer les >ialadf;g et autres plantes qui doivent pommer ». Pays wallon, Monse un, Foikl. a II faut bien se garder de semer les pois toute la semaine des Humons (Rogations), car on n^en retirerait aucun fruit, attendu que les pois naissant borgnes (sans œil) ne monteraient pas et ne fleuriraîent que peu ou point. » Saintonge, c. p. M. £d. Edmont.

Si Ton veut récolter des pois en quantité, il faut les semer le joar de Sainte Agathe (5 février). I1 y a un proverbe qui dit :

« Plantez le jour de Sainte Agathe
Vous récolterez plein des jattes. »
Warloy-Baillon (Somme), Carnoy (dans Mélusine, J, 7â).

« A la Sainte Groix Sarcle tes pois ». Franche-Gomté, Perron, Prov. — u Hî le Mardi gras est beau, les pois réussiront ». Lorient, r. p. — a A la Saint Aubin, Sème tes pois, tu en auras bien ». Fr.-Gomté^ l'ERRarf. Prov, — A la Saint Joset (Joseph) sème tes pois ».Fr.-Gomté, Perron ^ Prov. — Plante un pois à la Saint Didier, Tu récolteras uti Esetier n. Aube, Statist, de la Fr. — « Sème les pois à la Saint Eulrope Pour en avoir des troches ». GaWad., Bull. d. pari, norm., 189S, p. 23f.

« A la Saint Honoré (16 mai) que de pois verts ! » Prévoyant Jardi-


[196]

nier pour 1781. — « A la mi-ô Lé pa sont dôs = à la mi-août les pois sont {des) cosses ». Les Fourgs (Doubs), TissoT, Mœurs, — L[ A la Château (8 sept.), Les pois sont à la faux (on les coupe) ». Ii^ËX. <( Il faut planter les pois en marchant à reculons pour les préserver des insectes nuisibles ». Liège, Feller. — « Si Ton veut avoir des pois à cosse double il faut les planter un jour pair (mardi, jeudi, gamedi). » Godarville (Belg.), Harou.

« Qnatid on sème les pois, il faut dire, en les jetant par dessus l'épaule : pour te bon Dieu ! à la première poignée ; pour la Sainte-Vierge ! à la deuxième ; pour Saint-Pierre (patron de la paroisse) à la troisième; pour les moineaux! à la quatrième ; pour moi ! et à ceux-là je défends qu'on y touche ! à la cinquième. Les pois réussiront alors. » Hognoul (Belg.), Harou (d. Rev. d. tr. p., 1902, p. 598.)

7. — Il [i'5 a rien qui ait plus de fraîcheur que la fleur du pois. « Frés coumo la flou de pézés ». Gard, Rev. d. l. rom., 1884, p. [64. — « Tu es joli comme un pois ». Avranchin, Rev. de VAvr., 1889, p. 553. — it. C'est la fleur des pois = c'est la plus jolie fille, c'est ce qu'il y a de mieux ». Locut. franc.

8. — Une personne voulant se débarrasser d'une autre dit ; a Allez me chercher la monnaie de cinq francs, vous me la rendrez aux pois prochains. » ComŒRSON, Un mari à Vétouffée, vaudeville, 1854, p. 8.

Ausc pois verts = au printemps.

« Ça qui nous rappelle l'idée
De leur fameuse possédée
Qui l'an passé vers les pouas verds
Fit tant de tracas dans Mevers. »
Le vrai recueil de Sarcelles, 1764, I, 61.

9. — « Véy'ra pas la flour de pézé : se dit d*un poitrinaire en danger. » Provence, Mistral.

10. — n S'entendre à quelque chose comme une chèvre à ramer des pois ». Fr. -Comté, Perron. — « Il s'y entend comme une mahousse (truie) à ramer des pois. » Saint-Pol (P.-de-C), c. p. M. Ed. Edhont.

11. — « Si tostque les pois sont levés

Les folz commencent à monter. »
Poes. franc, des 15* et 16» s., XI, 388. (Cf. l'article fève).


[197]

12. — Il y a des années où les pois ne réussissent pas. a On voit moult bien fallir par année pesieres ». Anc.fr., Scheler, Poes. de GUlon^ 1B^, p^ lOL — « Pesieres falent bien, aussi tout leurs prières ». Ideh. — « Si Dieu deffend la fleur des pois, la purée venra en saison ». Tr, du 15 s., Bibl, de Vécole d. Chartes^ 1841-42, p. 459. « On dit qu'un hoiume a été trié sur le voleta c. à. d. qu*on a eu ^prand soin de la diobir, par allusion aux pois qu*on met sur un volet, pour choisir les meilleurs m . Furet., 1708. — « Esleus et choisis comme beaux pois sur le vole( v. CoTGRAVE, 1650. — <c J*ai d'autres pois à lier (à trier) = j'ai autre chose à faire ». Le vrai recueil de Sarcelles, 1764, I, 365. — h Laissons le passer y on passe bien des pois = se dit avec mépris (run<} personne qui passe ». wallon, Dict, d, spots. — Un pois seul est bien peu de chose : u L*amors ne la haïne ne prise pas ung pois ^. fi-anç. du 13* s., Jubinal, Le Mort Larguece, 1875, p. 14. — a C'est un pi)is pris hors d'un setier = c'est insignifiant ». Loc. wallon ne^ Dicl. d. spots.

13. — « Rond comme un pois = ivre ». Côte- d'Or, c. p. M. H. Marlot. « Hartt coume u cézé = repu, plein comme un pois. » Haules-Pyr*, c. ji, M. M. Gamélat. i( Avoir le cœur gonflé comme un pois », Car^i, A. Bonnet, Vie d'enfant, 1894, p. 415. — De quelqu'un (|ui a un gros chagrin on dit qu'il a le cœur gounflé coumé un péw- qu^a trempa noou jours. » Provence, Mistral. — a Verser des larmes grosses comme des pois ». Belg., Feller. — « Suer des goutteîi cumm^ des pois. » Pas-de-Cal., c. p. M. Ed. Edmont.

« Rond comme une cosse. » Marne, c. p. M. E. Maussenet et par M. A^ Guillaume.

l4. — « A d'autres, ceux-là sont cossez = dites-nous autrs cfiajîc, nous connaissons cette histoire-là ». Oudin, Cur. franc.

15. — « Rendre des fèves pour des pois = rendre la pareille ». LoeuL fr. — « Ceux qui me feront des pois je leur ferai de la purée -= je me vengerair». Dict. de Trév., 1752. — « Donner un pois pour avoir une fève = donner une chose pour en avoir une autre plus importante » FÉRAUD. — « Jeter des pois devant les pigeons = sonder le ten^ain n . Valenc. , HÉCART. — « C'est averon (folle avoine) el pois percé =et un vaut l'autre ». Pluquet, Essai sur Dayeux, 1829, p. 304. — a Cran d'aveinat etpèy pèrthi Che rincontron volontht. » tluLle (Suisse). Savoy.


[198]

16. — w S'il y en a ccunme gros comme un pois on en met gros comme une fève ^ on txmjère les faiu ». Loiret, c. p. M. J. Poqdet. — u II fait les pOïB plus épuÏH qu'iU ne sont ». Prov. wallon, Dict. d. Spots. — ff Promettre plus de pois que de brouet = prom, plus de beurre que dt^ pain ►>. Prov. wallon, Dict. d. spots. — a Que ce soient pois, que ce soient fèves — cela est indifférent». Leroux, Dict. com. — « Qu'avoE-vous à réfioiidre ù cela? ni fèves ni pois = c. à. d. rien qui vaille u. Béanit Lespt,

17. — (1 II faut mau^cT les pois avec les riches et les cerises avec les pauvres = H faut mamjer les pois en primeur et attendre que les cerises iûienl arrivées à kvr xaison ». Marne, r. p.

18. — \i La nouveauté fait la folie des Français. Ils préfèrent les pois verts aux ]iois secs, La ^etltï nouvelle à la vieille et les filles de quinze ans uux mère^i les plus expérimentées ». Pasquin et Marforio, comédie jouée en 1697, «de III, scène III.

19. — L'U vtsQlre à pois == ijuulu :

Ne craignez point, aller batre
Ces godons (*), panches à pois.
Car un (le nous en vault quatre.
Chansons normandes à la suite des Vaux-de-Vire de Basselin, édit. de 1821.

20. — Après la fusle et le jeu

Les pois au feu.

« Après avoir dépensé aon argent il faut faire maigre chère ». Garnerius, 1612.

21. — M Le pÉzé conllo bénlre è fusilho culoto ». Aude, Laffage. — « Il s'est sauvé comme Hû péteus de pois ». Belg., Feller.

22. -^ tt Liin scel faire du papelart

Qui na souvent loppin de lart
Pour manger avecques ses poys. »
Le. mmpù&i et feaUndrier des bergers, 1499, f*^ 50 recto.


(1) C'eïL-à'itiri! : ue^ aKQlais.


[199]

23. — « Se mai re$ pas noun beses

Ottrapo te os pesés ;
Se beses qukouon mai
Jito lous pesés olai. ».

(Si tu ne vois pas autre chose, rabats-toi sur les pois ; si tu voia autre

  • chose, laisse de côté les pois). Àveyron, Duval.

24. — (( Chacun n'a pas cinq sols après ses pois ». 16* s., Leroux we L,

25. — « Un compteur de pois dans la soupe = un avare ». Belg., pELLEit.

26. — « Faire ses pois au lard = faire bien ses affaires ». OUDIN, Curio^.^ 1640. — « Rouler sur pois blancs = être dans Vaisance ». Belp., Kelleh. u Y a d' oli i pézé = il y a de !*huile aux pois, c.-à-d. il v a bonne chère, abondance, profit. » Provence, Mistral. « One lard es pois n*eschut si bien ». Farce de Maître Patelin. — « Gela vient à propos comme un lard en pois ». Oudin, Curios.

27. — « On dit des religieux renfermez dans leur couvent qu'ils sont eu m me pois et gousse^ mais que sitôt qu'ils en sont dehors, ils vont comme pois en pot ». Ducatiana, II, p. 450.

28. — «Il trottoit d'un côté et d'autre comme des pois qui bouillent dans une marmite ». Du Parc, Hist. de Francion, édit. de 1721, I, 'ib2. — « Àixerit com un pesol = remuant comme un pois ». Pyr.-OrieuL., Soc. agr. d. Pyr.-Or., 1884, p. 345.

« Les quatre Elemens peste mesle
Embrouiller comme pois en poêle. »
L. RiCHBR. l'Ovide bouffon, p. 3.

29. — « Quand j'entends sa belle voix

Il me semble ouïr des pois
Rouller dans une vessie. »
Le doux entretien des bonnes compagnies, 1634, p. 31.

30. — « S'il veut du dur, il a du moul [mou] ; S'il veut des pois, il a des choul. E. Desch., Poésies mss, fo424, cité par Littré.

31. — «Hé ! suis-je ton père? vous ay-je vendu des pois qui ne cuisent pus ? vous me regardez de costé ». Gloss. de Vanc, th. franc. — ^ C'est


[200]

comme les pois à Manon : se dit des pois durs à cuire ». Valenc, HÉc.

32. -^ n Os y laichWons des poués ; se dit quand on se remet à fréquenter une maison qu'on a longtemps délaissée. » Saint-Pol (P.-de-C), c. p. M. Ed. Edmont.

33. — « Il mange des pois chauds se dit de quelqu'un un peu embarrassé » . FÉRAUD.

34. — « Souffler des pois = respirer péniblement^ ronfler ». Locut. franc.

35. — « Faire le pois véreux = faire l'hypocrite, ». Oudin. Cur., 1640.

35 bis. — « À putains des noix

A petits enfans des pois. »
G. Meunier, 1582.

36.— « Loupé%écrèbo = le pois crève, c.-à-d. Tindigation finit par éclater. » Provence, Mistral.

37. — « Faire la culbute sur les pois verts = faire l'amour ». Gloss. de l'anc. th. fr. — « Ne par tenir plus sur ses jambes que si on marchait sur des pois ». Eure-et-L., c. p. M. J. Poucet. « Quand quelqu'un tombe dans un escalier on dit : il y avait donc des pois sur la première marche ». Idem.

38. — Pour faire disparaître les verrues. — « Prendre autant de pois qu'on a de V., les envelopper dans un linge et jeter ce linge dans un chemin. Celui qui les ramassera aura les verrues et celui qui les avoit, ne les aura plus ». Thi£RS, Supef-st., 1697, I, 373. — « On frotte les v. avec des pois, on met dans la main autant de pois qu'il y ade v., puis on les jette au feu : bientôt les v. disparaissent ». Mayenne, Dott. — « Il faut jeter les pois dans un puits avant le lever du soleil, dans ce but ». Loiret, r. p. — « On jette les pois au feu et on se sauve pour ne pas les entendre pétiller ». Vosges, Sauvé, Folkl. d. V. — « On jette les pois sans les compter dans un puits ». Ille-et-Yil., Orain. — « On ne doit pas entendre les pois tomber dans le puits ». Àrdennes, Meyrac. — « On fait saigner les v. avec un \m%\ la verrue sèche en même temps que le pois». Bocage norm., Leccedr. — <( On applique sur les v. des pois qu*on enferme ensuite dans un cornet de papier qu'il faut jeter dans la fosse de la première personne


[201]

qui vient de mourir )>. Vosges, Thiriat (dans Mélusine, l, 50S}, — a Prens tant de pois que tu auras de porreaux sur les mains et Jes mettras dedans un drappeau et les lieras bien dans ledit drap[iL^au avec un filet et les enterre dessous terre ; selon que les dits pois se viendront à pourrir, les porreaux s'en iront sans aucune douleur. » Secrets de TocssAiHT Bourgeois à la suite de J. Porta, Magie naturefU, Kouen, 1680.

39. — (( Si des pois pesés dans une balance se mettent à danser, c^t&i un présage de mort pour quelqu'un de la maison ». Basse-Bret^ Le fitiAî, Lég. de la mort, 1893, p. 22.

40. — « Trouver neuf petits pois ronds dans la même gousse, signe de marîa^o dans Tannée ». Ligugé (Vienne), Souche, Croy. — « On conserve ces neuf grains avec soin, ils portent bonheur ». Marseille, TtÉr,is pe la G., 1868. — <( Ces neuf grains placés dans le bénitier, au moment de la messe, forcent les sorcières à se dévoiler ; elles sortent le^ dernières de l'église avec une lumière sur la tête que seul le prêtre aperçoit ». Pays d*Albret, Dardy.

41.— « Le dimanche des pois frits (Lœ/are) tous les mariés de Tannée emplissent une grande marmite de pois qu'ils font cuire avec très peu iTeau et une poignée de sel, c'est ce qu'on appelle les pois frits. Aiissilùl a])rè5 la messe, les enfants accourent chez les nouveaux mariés pour avoir des pois. On les voit allant d'une maison à l'autre tout en mangeant par poignées les pois qu'on leur a mis dans leurs caifTiires ou leurs tabliers. Malheur à ceux qui par oubli ou avarice n'ont pa^ fait de pois frits î on leur fait un bruyant charivari ». Bournoi:» (Doubs), RousSEY. — (( Le dimanche des Brandons est appelé le dim^inthe dejs pois frits ou des piquerés à cause de Tusage qui astreint les marié^'i de Tannée de donner à piquer (manger grain à grain) des pois frits aux garçons de la paroisse ». Franche-Comté, Dartois, Iwp. il. pat, « Les invités de la noce offrent une poule aux mariés ; ceu\:-ci, (ju^nd vient le carême, distribuent des pois aux conscrits de Tannée ». Villargent (Haute-Saône), Longchamps. — « A la distribution des pois cuits, on se divertit beaucoup à voir les petits gourmand:», suns défiance, secouer les mains après avoir pris ces pois non encore refroidis ». Doubs. Rev. littér. de franc/ie-Com^c, 1864, p. 2ïtK (Huile jeu des pois piles (pillés), espèce de sottie, à l'origine simple f&ita.^ sie divisée en couplets et récitée en public par des badins, voy. Rq^


[202]

  • mania, 1878, p. 237 (•). Une poésie semblable se trouve dans Toubin, p. 302-304).

<( Si un galant, qui fait sa cour, est agréé, la belle fait la grélie. La grélie consiste à faire griller des pois secs que tous deux grignottent en buvant du vin fin. » Séjournant, Monograph. de Saint-Broingt {Haute-Marne), 1891, p. 48.

42. — « On remet au nouvel époux trois sacs dontTun est plein de petits pois. Un des sacs vides est destiné à constater, par les petits pois que la femme y dépose chaque matin, au lever des époux, le nombre des travaux du nouvel Hercule, durant le premier mois du mariage. Au second mois, on emploie le deuxième sac vide, et, à la fin de ce mois, les parents et amis se réunissent pour compter les gages d'amour fermés à clé dans les deux sacs mis en usage. Si les tendres exploits du bienheureux époux n'ont pas diminué au second mois, il est complimenté par l'assemblée ; si au contraire, il a faibli, on le force à boire de grands verres d'eau et à régaler de vin jusqu^à satiété les juges de l'amoureux tournoi ». Val d'Ajol (Vosges), Montémont, Voy. dans les Vosges, p. 70.

43.— Serment d^un enfant à un autre enfant en lui frappant dans la main : Pézé, pézé vert, La man din l'enfer, Tout dubert ^ pois, pois vert, la main dans V enfer, tout ouvert ». Provence, Rev. d. l. rom., 1873, p. 595. — « Tape ici, prends un pay'. Mets ici ton nay' (pois à cul noir?), Tape ici pour une feuve. Mets ici ta cabeuche ». Deux-Sèvres, c. p. M. B. Souche.

44. — Pour occuper les lutins qui, dans certaines circonstances veulent vous faire du mal, vous renversez une quantité de pois devant eux, en leur disant de commencer par les ramasser, ce qui est très long et donne le temps de se tirer d'affaire. Voy. par exemple : Wallonia, 1894, p. 106.

45. — Devinette : « Passe, passe et repapasse. Quand ils auront tous passé, on les passera = les pois qui cuisent vont et viennent, plus tard on les passera à la passoire. » Belg., Wallonia^ t896, p. 149.


(1) « Pois pilé est un mot commun au 16« s. et énigmatique. La coi^ecture la plus vraisem-

  • blable est que les pois piles étaient mis, par une croyance populaire, dans un rapport quel-
  • conque avec la folie. » G. Paris, Compte-rendu des études rom. dédiées à G. P. 1893, p. 9.


[203]

Pisum hortense praecox - LE POIS MICHAU.


  • poiê hastif, franc., Le Jardinier français, 1654, p. 224.
  • pois chaud, m., franc, Le Jardinier françois, 1654, p. 224. - Mouron (Morbihan), r. p. — Le Ghesne (Ardennes), c. p. M. A. GnrL^iiHi^.
  • pois michau, m., pois hâtifs m., fr., Année champêtre, 1769, lï, |i. 211 et 218,
  • pois quarantin, m., fr., Rozier, 1793. (II ne reste que quarante joui^ pour donner son fruit).
  • pois cinquantiny fr. du 16° s., Mém. de VAcad. deNirnes, 1882. [>, 31)7.
  • pois michau de Hollande (variété plus hâtive), fr., L. B***, Traité den jardins, 1775, p. 289.
  • pois de Francfort (même var. que la précéd.), Bihl. d. propr. rur,^ tli07, p. 34.
  • petit pois de Paris, fr., Couverchel.
  • pois crochu (la var. la plus estimée), français, Appert, L'art de eonserv. les subst., 1810, p. 47. — Manche, r. p.
  • como dé moutty f., Gentioux (Creuse), r. p.
  • corne de bélier^ f., franc., Bull, de la soc. d'hort. du Rhône, 1864, p. 379.


Pisum hortense praecox albo grano subrotundo.


  • pois dominé, m., pois de gourou fie, m., franc., U école du fleunide^ 1767, p. 354.


Pisum hortense praecox siliqua et grano parvo.


  • pois baron, français, Lannée champêtre, 1769, II, 219.


Pisum hortense praecox siliqua longa, grano rotundo è flavo-viridi.


  • pois suisse, franc., L. B***, Traité d. jard., 1775, p. 290.
  • pois grosse cosse hâtive^ f., français, Rozier, 1793,
  • boeffre, Ansoumois, MumcR, Rec, d'observ., 1779, 1, 447.


[204]

Pisum hortense majore grano cubico. — LE POIS CARRÉ.


  • pUum angulosum hortorum (1), pisum qiéodratum^ anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • pois carréj fr., L. LiGER, La culture parfaUCy 17U, p. i97.
  • poit à la grosse écosse^ fr., Suite des dons de Cornus, 1742, II, 378.
  • pois serpette, m., pots ridé, m., Le Chesne (Ardennes), c. p. M. A. Guillaume.


Pisum hortense majore grano cubico è viridi albicante.


  • pois normand, fr., L. B***, Traité d. jard,, i775, p. 292.
  • pois de Normandie, fr., français, Le Sieur***, Le cuisinier instruit, i758, II, 483.


Pisum hortense majore grano è viridi albicante.


  • pois vert d'Angleterre, fr., L. B***, Traité d. Jard., 1775, p. 292.


Pisum hortense grano cubico viridi, umbilico negro.


  • pois à cul noir, cul noir, fr., Le jardinier françois, 1654, p. 224.


Pisum hortense plurimo grano parvo compresso. - LE POIS DE CLAMART.


  • pois de Clamart, m., français, L. B***, Traité d. jard.y 1775, p. 293.
  • \il fi Froctm dum virent rotuodi sont ; ex$i€caU angalosi final ». Bauhin.

[205]

Pisum cortice eduli. — LE POIS GOURMAND.


  • pois friand, m., franc., L'école du fleuriste j 1767, p. 354.
  • pois gourmand, m., pois goulUy m., français, L'année champêtre, 1769, 11, 213.
  • pé%é groumandoun, m., Forcalquier, c. p. M. E. Plauchud.
  • pois gouluy pois sans parchemin^ f., Lamarck et G and., 1815.
  • pé%é galavardy m., pé%é groumandj m., provenç. mod., Misiral.
  • pois sans parches, m., Maine-et-Loire, Trav. du com^ hortic. de M.-et-L.f 1838, p. 252.
  • pois mange-tout, m., franc., Roticochon^ ouvrage du 17* s., réimprimé en 1890.
  • pà mion-tou (= pois mangeons tout), Valenciennes, Hécart.
  • poué minjon-tou, Saint-Pol (Pas-de-C), c. p. M. Ed. Edmont.
  • pë%é montan, m., Val d'Ajol (Vosges), r. p.


Pisum humile caule firmo. — LE POIS NAIN.


  • pois nain, français.
  • pé-U badassoun, m., provençal mod., Mistral.


Pisum umbellatum

Pisum umbellatum.


  • pisum umbellatum, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • pois à bouquets, (t., Vallot, Hortus regius^ 1665.
  • pois à couronne^ fr., Le Jardinier françois, 1692, I, 261.
  • pois couronné, fr., L. Dubois, 1825, p. 27.
  • pois turc, fr., Bàstien, 1809.


Pisum arvense

Pisum arvense. (Linné). - LE POIS DES CHAMPS (1).


  • robilia, lat. du 13* s., Petrds de Crescentiis cité par Meyer, Gesch. d. Bot.
  • ervilia, ochrus, pisum agreste, pisum minus, anc. nomencL» Bauhlv, 1671.


(1) La fleur varie de couleur selon les lieux et les variétés.


[200]

  • péioto, f.j pé.%arotOy f., provenç. mod., Castor.
  • pé%oto blancoy f., provenç. mod., Castor.
  • pisailie, f., franc., Lamarck et Cand., 1815.
  • hhaiïlt, ï., anc. docum. picard, Bouthors, Coutumes loc. du haill. d'Amiens, Uj 698. — franc, du Nord-Est et de VEsi.
  • bisaU, f , Saint-Pol (Pas-de-C), c. p. M. Ed. Edmont.
  • bùVofit ni^, Montbéliard, c. p. M. A. Guillaume.
  • pfijél choouDadié, m., Brive (Corrèze), Lépinay.
  • sdmtch pi^f pè d' tchan (pois de champ), wallon, Feller.
  • pété sôvége^ m., Vosges, Haillant.
  • b^' d* chan, m., Gérardmer (Vosges), Haillant.
  • bë%ètit L, Le Chesne (Ardennes), c. p. M. A. Guillaume.
  • pê ca, Ml., Val de Saire (Manche), Romdahl. — Bessin, Joret.
  • pé ehd^ m., Gtiilberville (Manche), r. p.
  • pois de cendrier (= p. de chaudronnier), env. de Péronne (Somme), Mém. de l'acad. de la Somme, 1835, p. 140. (La culture de ce pois a été înipoilée dans le pays par des chaudronniers ambulants).
  • pois de chaudronnier, m., Picardie, Gilbert, Cuit, des prairies, manusvs, de 1787 publié en 1880.
  • pQis noir, m., franc., Thouin, Cours de cuit.. 1827, I, 155.
  • pè* méTy m, j Haute- Loire, Arnaud.
  • pois gris, m., Orne, Letacq.
  • grimille, t., franc., Lecoo, 1844.
  • pé {jfW, m., Eure, Seine-Inf., Joret.
  • pois pigeon, ni., Allier, E. Olivier. — Anjou, Desvaux.
  • p&is d'atjneau, m., pois agneau, m., franc., Thouin, Cours de cuU., 1827.
  • pois de brebiny m., franc., Bon jardinier pour 1897.
  • poiH dfj lièvre, m., Anjou. Desvàux.
  • poi» l'ond. m,, pois porc, m., Allier, E. Olivier.
  • pèifi tr réW {= pois de souris). Vallée de Cleurie (Vosges), Thiriat.
  • pois jaronae, Anjou, Desvaux.
  • pois de tirahanl, m., dép. du Nord, Arch. d'agric. du Nord, 1858, p. 205.
  • sR%e reéon, rr>., Moissac, au moyen âge, Levy, s. v* garrofa.
  • cé^é fui ;'= pois sauvage), Tarn-et-Gar., Lagréze.
  • céié salhatjé. m., Aude, c. p. M. P. Calmet. — gascon, Noulet.
  • eéité Aulbat^é, m., Tarn, Martrin.
  • cà^ dé camp, m., Toulouse, Tournon.
  • cédéronn, m., Luchon, Sacaze.
  • érsè, m. j Aude, c p. M. P. Calmet.
  • garouto, f,, provençal, Annales provenç. d'agric.y Marseille, 1830, IV, 28.
  • garoutouiij in.,prov. mod., RÉGUis.


[207]

  • méréviyoun, m., Var, Ame.
  • ménéviyowij m., Booches-du-Rh., Villeneuve.
  • mérévi-o, f., marévi-Oy f., ménévi-Oy f., ménuvi-Oy f,, provenç. mod., MrsTnAr..
  • béléy' viando, f., provenç. mod., Castor.
  • hoche, liégeois, Forir.