Petit houx (Cazin 1868)

De PlantUse Français
Révision de 8 mars 2017 à 20:12 par Michel Chauvet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Pervenche
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Peucédan
PLANCHE XXX : 1. Pavot blanc. 2. Pavot cornu. 3. Persicaire. 4. Petit Houx. 5. Phellandrie.


[820]

Nom accepté : Ruscus aculeatus


PETIT HOUX. Ruscus aculeatus. L.

House frelon, — fragon, — housson, — myrte sauvage des anciens.

ASPARAGINÉES. Fam. nat. — DIŒCIE SYNGÉNÉSIE. L.


Arbuste toujours vert, ayant l'aspect d'un petit myrte par son feuillage ; il croît en France, sur la lisière des bois montueux et couverts. Il est commun dans les bois des environs de Paris (Fontainebleau, Montmorency, Saint-Germain, Versailles, etc.) et dans ceux de la plupart des départements du centre.

Description. — Racines grêles, ligneuses, fasciculées, blanchâtres. — Tiges de 60 à 80 centimètres, cylindriques, très-rameuses, droites, striées d'en haut. - Feuilles alternes, sessiles, ovales, aiguës, glabres, d'un vert luisant, terminées par une épine au sommet. — Fleurs petites, d'un blanc sale, naissant à l'aisselle d'une petite bractée et insérées dans le milieu de la face supérieure des feuilles (mai). — Fruits : baies sphériques, contenant deux à trois semences, rouges à la maturité.

Usages économiques. — On a voulu substituer la semence du petit-houx au café. Torréfiée et pulvérisée, elle imite fort bien le café de la Martinique, au dire de Pignol. Reste à savoir si le goût répond à la forme, si cette semence ne pourrait pas plutôt servir à la fraude, en la mêlant au café, que comme succédané de ce dernier,

La racine de petit-houx, d'une saveur âcre, un peu amère, est diurétique. Elle est au nombre de celles dites apéritives mineures. On l'emploie en décoction dans les hydropisies, la gravelle, les engorgements viscéraux atoniques, l'ictère, etc. Les baies, dont la saveur est douceâtre, jouissent, dit-on, des mêmes propriétés, bien qu'elles ne soient pas usitées. Les jeunes pousses, qu'on mange quelquefois comme celles d'asperges, sont aussi diurétiques. On donne la racine de fragon en décoction (30 à 60 gr. pour 1 kilogr. d'eau), édulcorée avec la racine de réglisse et souvent avec addition de nitrate de potasse.