Nymphéacées (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Révision de 9 janvier 2013 à 22:50 par Michel Chauvet (discussion | contributions) (Page créée avec « {{DISPLAYTITLE:''Nymphéacées'' (Rolland, ''Flore populaire'')}} {{Tournepage |titre=[[Eugène Rolland, Flore populaire. Introduction|Eugène Rolland, ''Flore populaire'... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


Epimedium-Leontice
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Papaver


Sommaire

[Tome I, 147]

NYMPHÉACÉES.

Nymphaea alba

Nymphaea alba. (Linné), Nuphar luteum. (Smith). — LE NÉNUFAR (1).
1. CES DEUX ESPÈCES SONT HABITUELLEMENT CONFONDUES SOUS LES NOMS SUIVANTS :
  • vupyat'oc, grec ancien, Dioscoride.
  • protea, caccabon, lotometra, rhopalon, androgynon, hydragogon, hera-
  • cleon, andreas nerion, grec, Apuleius (auteur latin du V« ou Vl° s.,)
  • De Medicaminibus.
  • éeAeov, sasov, orpaTi&ms", orpaTtorus", vsvou^ap, AouAouyspov, veys'a,
  • vouypa, vouyapa, grec byzantin, Langkavel, Gesc/i. tf. #o*., 1866.
  • vouyapov, grec mod., Somavera, fesoro d. /mgiwa yreca ro/flf., 1709.
  • vooyapo, 7TA«TOfjtav(?ijA«, grec moderne, IlapvaTdos, 1883, p. 373.
  • nymphaea, latin, Pline.
  • clava Hercults, latin du IV" siecle apres J.-C, Marcellos empiricus.
  • mater herculania, alga palustris, papaver palustre, clavus Veneris, aquse
  • ducta, latin du V e ou VI siecle apr. J.-C, Apuleius, De Medicami-
  • nibus. Edit, de 1788, p. 232.
  • ungula caballina, anc. nomencl., Diefenrach, Gl. med. lat. s. v° Mufra.
  • — Lat. du IX e s., Ed. Bonnet.
  • ungula caballina aquatica, anc. nomencl., Mow at, A Iphita ; De Bosgo,
  • Luminare majus, 1496, f° 39, verso ; Cordus, Botanologicon, 1533.
  • numphea, lat. du IX e s., Ed. Bonnet.
  • nenufar, farfara, anc. nomencl., De Bosco, Luminare majus, 1496, f° 39,
  • (i) C'est a tort qu'on ecrit rUnuphar, le mot venant de l'arabe nino&far. Le ph de
  • nenuphar est sans doute dflt a l'influence du mot nymphaea.
  • Digitized by
  • Google
  • 148 NYMPHAEA
  • caulis aquae, alga patustris, granum sponsi (le fruit), aric. nomencl., De
  • Bosco, Lum. majus, U96, f° 33, recto.
  • neniphar, cacabus veneris, lilium aquaticum, nimphea, limphea aquatica,
  • lappacium aquaticum, lappacium tnajus , papaver palmtrum ( l ), alga
  • palustris, nomenclat. du Moyen-Age, Mowat, Alphita.
  • nenupharinum, anc. nomencl., A. Lusitanus, Enarrationes, Venetiis, 1533,
  • p. 228. [J. C]
  • heractea, digitus Veneris, radix Herculis, anc. nomencl., Geoffroy, Mat.
  • med. f 1750.
  • nenufar, m., nenuphar, m., fran^ais.
  • neneuphare, anc. fran$., Vallambert, Maniere de nourrirles enfans, 1565,
  • p. 265.
  • neufar, anc. franç., Ronsard cite par Littre.
  • nenufa, m., Aube, Des Etangs, Noms pop. des plantes.
  • nuphar, m., Bessin, Joret, Flore populaire.
  • nufa, m., nufd, m., Aube, Des Etangs, Noms pop. des pl. — Haute-
  • Marne, comm. par M. A. Daguin,
  • lunifa, Oise, Graves, Catalogue des pl.
  • unefa, Vexin, Joret, Flore,
  • unifa, Bessin, Joret, Fl.
  • lusiper, Saintonge, Jonain, Dict. du pat.
  • nymphée, f., anc. franç., Cotgrave, French dict. 1650 ; — Evon. Philtatre,
  • Tresor des remedes, 1555, p. 100.
  • nymphe, f., anc. franç., Beroalde de Verville, Le moyen de parvenir
  • (vers 1610), edit. Jacob., p. 323.— Centre, Jaubert, Gloss, du centre,
  • ninfea, Nice, Risso, Hist, nat., 1826.
  • ninfiaa, Semur en Auxois (Cdtes-d'Or), c. par M. H. Marlot.
  • nimfeo, f., Nimes, Vincens, Topographie, 1802.
  • ninfeio, f., proven^, mod., Mistral, Tres. — Saint-Remy (B.-du-Rh.),
  • M. Girard, Lis Aupiho, 1878, p. 53.
  • erho d'infer, provenc. mod., Mistral, Tres. d. fel. — Nord du depart.
  • des Basses- Alpes, c. par M. E. Plauchud.
  • erba dou diable, f., Bas Dauphine, Mootier.
  • nimfo, f., ninfo, f., proven?, mod., Garidel. — Bouches-du-Rhdne, Ville-
  • neuve. — Environs d'Avignon, Palun, Catal. — Var, Amic, Consid. sur
  • Brignolles-, Hanry, Catal.
  • lys d'eau, m., lys des etangs, m., français ancien et mod.
  • (l) Le raanuscrit cite par Mowat donne papaver plauttrum. (Vest une erreur de copie
  • de meme que a alia palustris pour alga palustris. lys d'etang, m., français, Traicte de la signature, traduil de Crollius,
  • Lyon, 1624, p. 50; M" 6 Fouquet, Suite du recueil des remedes, t. II,
  • 1701, p. 360.
  • liri d'aygua, f., Luchun (Pyrenées), Sacaze.
  • Uri d'aigo, m., languedocien, Duboul.
  • rose d'estan, f., anc. fr., A. Colin, Hist, des drogues, Lyon, 1619, p. 127.
  • rose d'eau, f., anc. franç., Duchesne, De stirpibus, 1544; Brohon, De
  • stirpibus f 1541.
  • rose des mares, f. Manche, Besnou, 1860.
  • rose d'etang, rose des etangs, f., Vosges, Haillant, Fl.
  • rose des lacs, f., Doubs, Beauquier, Vocabul.
  • ro-punaie (= rose punaise, rose puante), Nievrc, c. par M. Ach. Millien.
  • girofflée d'eau, f., anc. franç-, Diez, 1G64.
  • choulc de eaue, chou d'eau, m., anc. franç., Duchesne, De stirp., 1544.
  • ckou de riviere, m., Eure-et-Loir, rec. personn.
  • caoulasso, f., (= chou, avec un sens pejoratif), Gers, comm. |>ar M. H.
  • Daignestous.
  • tulipe d'etang, f., Vosges, Haillant, Flore.
  • pavot de riviere, in., env. de Domfront ^Orne), c. par M. Aug. Chevalier.
  • courge d'eau, f., Cdte-d'Or.
  • coutcharasso, f., Caussade (Tarn-et-Garonne), Lacombe, Lambruscos, 1879,
  • p. 261.
  • coutsarasso i., Bas Qucrcy, comm. par M. J. Daymard.
  • couxarasso, f., languedocien, Polmarede, Manuel des lermes, 1860.
  • coujarasso, f., languedocien, Duboul.
  • cujarasso, f., Dunes, arrond. de Moissac (Tarn-et-Gar. ;, rec. pers.
  • coujous d'aigo, m. pl., (= petites courges d'eau) Castres, Colzinie, Diet.
  • pat., 1847. — Toulouse, Tournon, Flore. — languedocien, Duboul.
  • coloquinte, f., Haute-Marne, comm. par M. A. Daguin.
  • gourde, f., gourdon, m., Aube, Des Etangs.
  • cruche d'eau, f., crujheon, m., Saintonge, Jonain, Dict.
  • emigeon, m., Anjou, Desvaux, Flore. — Chef-Boutonnc (Deux-Sevrcs),
  • Beauchet-Filleau, Ess. sur le pat. poit.
  • cruckon, m., Anjou, Desvaux, Flore,
  • pompe, l\, Aube, Des Etangs.
  • aplomple, f.,appolompe, f., applombe, f., wallon du XV c siecle, J. Camus,
  • Un manuscrit namurois.
  • boutetile, , f. (le fruit), Bresse chalonnaise, Guillemin, Glossaire, 1862. —
  • Haute-Marne, comm. par M. L. Aubriot. — Chare nte- Infer., comm.
  • par M. E. Lemarie. — Nievre, comm. par M. Achille Millien.
  • botey' d'ew, f., Malmedy Pays wallon), Feller. cabuceou, m., cabrecelo, f. , proven?, moderne, Reguis.
  • baratte, f., Normandie. — Maine. — Anjou. — Berry.— Haute-Bretagne.
  • bat-beurre, ( l ) (le fruit) Haute-Marne, coinm. par M. L. Aubriot. — Aubigny-
  • sur-Nere (Cher), rec. pers.
  • beurriere, f., Yonne, Jossier, Diet. pat. de I'Yonne.
  • burette, f., Aube, Des Etangs, Noms vulg. — Haute-Marne, comra. par
  • M. A. Daguin.
  • bourette, f , pays d'Auge (Normandie), Joret, Flore,
  • barette, f., barotte, f., Normandie, Joret, Flore,
  • batiaux, baratiaux, Do m front (Orne), c. par M. Aug. Chevalier.
  • battoirs, pl., saliere , f., Soulaucourt (Haute-Marne), comm. par M. l'abbé
  • March al.
  • plateau, m., Aube, Des Etangs, Noms vulg. — Haute-Marne, comm. par
  • M. A. Daguin. — Loiret, comm. par M. L. Malon. — Allier, Olivier,
  • Flore pop. — Luxembourg wallon, Dasnoy, Diet. wall. — Centre,
  • Boreau, Flore,
  • platiau, m., Bar-le-Duc (Meuse), rec. pers. — Romorantin (Loir-et-Cher),
  • rec. pers. — Nievre, c. par M. A. Millien.
  • plate, m., wallon, Feller.
  • plaquiau, m., Yonne, Jossier, Diet. — Loiret, comm. par M. L. Malon.
  • platuche, f., Libourne (Gironde), c. par M. L. Durand-Degrange. — La-
  • bouheyre (Landes), c. par M. F. Arnaudjn.
  • plat-plat, m., Aube, Des Etangs, Noms vulg. — Haute-Marne, comm. par
  • M. A. Daguin.
  • plapat, m., paplard, m., Aube, Des Etangs, Noms vulg.
  • parapluie, Anneville-sur-Seine (Normandie), Joret, Flore,
  • chepe d* bu, m.,(= chapeau de boeuf; les enfants, par amusette, font avec
  • la large feuille du nenufar, un chapeau aux boeufs), Plainfaing (Vosges),
  • rec. personnell.
  • nappe, f., Ineuil (Cher), rec. pers. — Berry, Jaubert, Gloss, du centre,
  • creipo d'aigo, f. limousin, Mistral, Tres.
  • volet, m., Maine. — Anjou. — Bourgogne. — Poitou. — Vendue. —
  • Haute-Bretagne.
  • volette, f., Haute-Bretagne, comm. par M. Sébillot. — Charente-Inf.,
  • comm. par M. E. Lemarie.
  • trocheux de ru, m. (= tranchoir de ruisseau), Romont (Vosges), Haillant,
  • Flore.
  • (i) Ce mot signifle baratte. tranchoir, m., Bresse ch&lonnaise, Guillemin, Glossaire, 1862.
  • tranchou, m., Charente- Inf., comm. par M. E. Lemarie.
  • langue de bauf, f., Hautc-Bretagne, comm. par M. P. Sebillot.
  • ongle caballine, f., anc. fr., Evon. Philiatre, Tresor des remedes, 1555,
  • p. 100.
  • pontine, f., pourique, f., Marensin (Landes), comm. par M. l'abbé
  • V. Foix.
  • pas de bceuf, m., pied de b&u, m., Saintonge, JOnain, Z>td. 5am^.
  • pe di chivaou, m., Ouest du Lot-et-Garonne, c. par M. l'abbé L. Dardy.
  • pied de gva, m., Bessin, Joret, Flore,
  • pi de mul, m., languedocien, Ddboul.
  • pi de mulOy m., Toulouse, Tournon, Flore,
  • ped de muelo, proven?, mod., Mistral, Tres.
  • pas d'dne, m., Ch&tenay (Seine-et-Marne), rec. pers.
  • pas d'asne de marais, m., pas de cheval des marais, m., anc. franç.,
  • Duez, Diz. ital. fram., 1678.
  • patte d'oie, f., Cotentin, Joret, Flore.
  • pied d* piret, m. (pied d'oie), canton de Periers (Manche), rec. pers.
  • poupas, m., Annay-sur-Serein (Yonne), Jossier, Dict.
  • tourteaux, m. pl., Charente-Inf., comm. par M. E. Lemarie.
  • pareil, Loire-Infer., Ed. Richer, Descr. pittor. de la Loire-Inf., p. 50.
  • laches, f. pl., loches, f. pl., Haute-Marne, comm. par M. A. Daguin.
  • trimuau (la racine), anc. franç. , J. Camus, L'opera salern., n° 328.
  • tocquons, gomi, morehe, Vosges, Haillant, Fl.
  • monlre, midi, solire, Vosges, Haillant, Flore,
  • dame d'onze heures, f., Bessin, Joret, Flore,
  • vii malaou, viet malaou (= v. malade (*), envir. d'Avignon, Palun. —
  • Aries, Laugier de Ghartrouse.
  • rabadjoi (= rabat-joie), m., recene durabadjoi, wallon, Feller.
  • herbe de cures, f., Semur en Auxois (Cdte-d'Or) , c. par M. H. Marlot.
  • herbe aux moines, f., Haute-Marne, comm. par M. A. Daguin.
  • racanette, f., racanolte, f., Aube, Des Etangs, Noms vulg.
  • tabatiere (le fruit), Pas-de- Calais, Lecesne.
  • reine des riviires, f., Aubigny-sur-Nere (Cher), rec. pers.
  • ninfea, italien, Ambrosini, Phytologia, 1666. — Env. de Turin, Re, 1825.
  • nenufaro, nenufar, ital. du XVl« s., Camus, Studio di lessicogr., p. 10.
  • (i) On a du dire a l'origine : erbo de viet malaou. — L'explication ile ce mot se trouve
  • dans Garidbl, Hist, des pl. d'Aix, 1716 : « on se sert des racines en decoction pour
  • adoucir et tempe*rer l'ardeur des urines dans la gonorrhe'e. » ncnufero, nannunfero, nanufero, nenunfero, carfano, cappero di padule,
  • italien, Targioni, Diz. botanico.
  • capellazti, Verone, Pollini, Flora ver., 1824.
  • capllaa, Ferrare, Nannini, Vocab. ferrarese, 1705.
  • tajero, tajerasso, ital., Lexicon italico latinum, Taurini, 1648.
  • tagtero de vale, Padoue, Patriarchi.
  • tajée, m., capellon, milanais, Cherubim.
  • taglierazzo, Bologne, Ambrosini, 1606.
  • lajer d p acqua, capplda, Plaisance, Bracciforti, Flora piacent.
  • tail on, Tessin, Pollini, Flora veronensis.
  • ninfa, Brescia, Melchiori, Vocab. bresc.
  • lavedon, milanais, Banfi, Vocab. milan.
  • cocardte, Frioul, Pirona, Vocab. friul.
  • crocoriga de acqua, Sardaigne du Sud, Moris, Flora sard.
  • Itri sarvaj, ptemontais, Coll a.
  • lillu de acqua, Sardaigne, Spano.
  • stalads, nadsse, andsse, Brescia, Zersi.
  • ciapin d' mula, env. de Turin, Re, 1825.
  • folia do ar, lirio de agua, lirio acudtico, espagnol.
  • higo del rio, escudete, nenufar, golfdno, esp., J. Victob, Tesoro, 1609.
  • cobertera de agua, esp., Alonso, Privilegios para mugeres prehadas, 1606.
  • covertera, Tolede, Idem, idem,
  • adargua del rio, golf an del rio, /igo del rio, escudetes del rio, cspagnol,
  • Lusitanus, Dioscoridis medica materia, 1554.
  • erba do ar t tapadeiras, galicien, Cuveiro, Dice. gall,
  • erba d*o aire, galicien, Valladares.
  • lliri de aygua, Catalan, Lacavalleria, Gazophylacium.
  • nimfa, Catalan, Costa, Flora de Catal.
  • erbo den Jofd (den est Tabr^viation de de -+- en), lies Ba lea res, Figuera.
  • golf do, portugais, Barbosa, Dict. lusit., 1611.
  • gelpsano, portugais, Duchesne, De stirpibus, 1544.
  • nufar, nenufar, roumain, Cihac, Dict. daco-rom.
  • pluta, roumain de la Valachie, comm. par M. A. Gorovei.
  • plumiera, roumain de Transylvanie, comm. par M. A. Gorovei.
  • wasserlilgen , wassermahen, séebluom, séewurz, seblat, séeplat, harttwurt*,
  • harstrang, herculiswurh, kallerwurH, grensinck, anc. all.,DiEFENBACH.
  • Gloss, med. lat.
  • séelblumen, anc. all., Grimm, Wort, sub verbo Haartvurz.
  • bienenmorder, hbrstrang, horwarz, keulenwun, kollerwurz, lackermogen,
  • séecrenich, wasserman, wassermohnblume. wasserwurz, zeblad, anc
  • all., Pritzel et Jessen, Volksn. seblad, all. du nord-ouest, XHI e s., Gallée.
  • gremich, anc. h. all., Germania, 1888, 307 ; Zeitsch. f. deutsch. Alterth.
  • 1853, p. 397.
  • colerwurtze, anc. h. all., Germania, 1888, p. 307.
  • séeblume, séerose, wasserrose, allemand.
  • tvasserveil, wasseiveilge, wasserviol, allemand, Duez, 1664.
  • kolbwurt, allemand, Grimm.
  • ivassertulpe, wassermohren, wassermannchen, wassermohn, wasberlilie,
  • séepuppen, poppelke, tolllilie, kehlwurz, kohlivurz, murmelken, kan-
  • nenplumpen, allem., Nemnich, Polyglotten-Lexicon.
  • sehekenken, Saxe, Cordus, Botanol., 1533.
  • kahnetocken, Saxe, Pritzel et Jess., Volksnamen.
  • essigkriigle, schwindelwurz, Augsbourg, Pritzel et Jess., Volksn.
  • plumpen, tollilgen, nixblutr.en, séekandel, Silesie, Pritz. et Jess.,
  • Volksn.
  • wassermanngen, Saxe et Thuringe, Pritz. et Jess.
  • tollingen, Thuringe, Pritz. et Jess.
  • trumm'lstock'r, pl. (wegen der Aehnlichkeit des Slides mit den Trom-
  • jnelstockern), Altmark, Danneil.
  • waoVrtulp'n (la fleur), Altmark, Danneil.
  • watarstedi, anc. all. dialec, Tijdschr. v. nederl. Letterk., Leiden, 1894.
  • tvdssertulepant, f., Luxembourg, J. Weber.
  • puppen, Mark bei Sommerfeld, Pritz. et Jess.
  • poppelblome, poppel, poppelken, environs de Munster, Focke, Pflan-
  • zennamen, 1870.
  • kemke, kenke, bubbelke, Frise orientale, Focke, P/lanzenn.
  • lodkenblatter, nord-ouest de l'Allemagne, Focke, P/lanz.
  • mummel, kanne, kannke, Prusse, Frischbier, Preuss. Wort,
  • kennken, kohntjen, Duche d'Oldenbourg, Strackerjan, Aberglaube aus
  • Oldenburg,
  • poppeln, paapsken, environs de Munster, Strackerjan, Idem,
  • maarrose, Eifel, Wirtgen, Vegetation der Eifel.
  • froscheblumen, Oberland bernois, Pritz. et Jess.
  • krampfworzeli mossroasa, ivasserrosa, canton de Saint-Gall, Wartmann.
  • latschbldtter, Alsace, Mappus, Hist, plant, alsatic, 1742.
  • puppenblader, buotterkarnen (les fruits), Westphalie, Landois, Westph.
  • Pflanzenn.
  • botervat, flamand, Van Heurck, Flore medicate beige. [A. de C.].
  • dokke, amberblaren, ampelblaren, plompe, waterplompe, waterroos, worn-
  • pelblaren, kaasbloem, flamand occidental, De Bo, Westvlaamsch Idiot.
  • [A. de C.]. kaUemoei, fleschkens, trommelstokken, fl, Pays d'Alost, c. par M. A.de Cock.
  • plompen, waterrozen, waterlelien, waterkruiken, méerbladeren, hollandais,
  • Oudemans, Flora et Van Dale, Wdb. [A. de Cock].
  • pompe bloemen, Groningue, De Gorter.
  • ea docca, anglo-saxon, Earle, Engl, plant-names,
  • ea docce, docce, anglo-saxon, Cockayne, Léechdoms, etc., 1866.
  • waterdokke, edokke, anc. angl., Mowat, Alphita.
  • colloncroh, anglo-saxon, Cockayne, Léechdoms etc.; Diefenbach, Gloss, m. lat.
  • chum, butterchum, brandie-bottle, lily-can, water colVs foot, flatter-
  • dock, candock, cambie-leaf, water lily, bobbins, dans les differents
  • dialectes de l'Angleterre, Britten et Holland, Plant-names,
  • baditis, gaulois, Marcellus Empiricus (fin du IV e siecleapres J.-C). [H. G.j.
  • duilleog-baite, irlandais. J. Keogh, 1735. [H. G.J.
  • bior ros (= water-rose}, cuirinin (= petite cruche), gaelique ecossais,
  • Cameron. [H. G.].
  • breilen y dwr (= rose d'eau), rhos y dw?*(= rose d'eau), gallois, Meddigon
  • Myddfau [H. G.].
  • loa-dour (= cuiller d'eau), breton, Marechal.
  • loa-wuT, breton, Le Gonidec; Troude; Finistere. — Crouan. [E. E.\.
  • sjobloma, sjbrosur, kdrnrosor, vattentulpa, bdkkeblomma, ndkkddkkor,
  • nakkros, nikkeblomm, skollblad, pompd, blokker, suedois dial.,
  • Jenssen-Tusch.
  • vasrosa, akaleje, hestehov, kdlblom, norveg., Jenssen-Tusch.
  • kjdrlingekrus, dkande, dblomme, bxkblomme, koklokke, danois dial.,
  • Jenssen-Tusch.
  • leknjn, lekno, tcheque, Palkowitsch.
  • grzybien, grz>ybienxe, wodna lilia, polonais, Linde.
  • gaska, kerzenka (*), polonais de Prusse, Treichel, Poln. Vulgdrnamen.
  • kubuszczack, russe, Mentzel, Lexicon, 1715.
  • kouvchinka, kouvchintchiki (= petits pots), vodianaia lilia (= lys d'eau),
  • russe, Schmalhausen. [Th. V.].
  • latattia, petit russien, c. par M. Th. Volkov.
  • nonopar, nounoufar, thzekan chot (= herbe de poisson), kokorr diaghik,
  • harsnamaten (= doigt de I'epousée), armenien, Alishan. [Er. L.].
  • ighebederra, basque, Fabre, Guide franç, basque,
  • sosach, tatare, Pallas, Voy. en Russie, II, 502.
  • niloufar, ninoufar, noufar, arabe et persan.
  • . nimofar, Turkestan, Dragendorff.
  • (•) Kerzenka — Butterfass, well Frucht ihra gleich. . abou, persan, Meninski
  • ulufer, turc, Barbier de Maynard, Diet. lure.
  • L'arabe niloufar (d'ou vient notre mot nenufar) est derive lui-meme da
  • Sanscrit Nilotpalam qui sert a designer une especc de nymphea celebre dans
  • l'lnde, le lotus bleu (de nila == bleu et deutpalam = lotus, nymphea). Nilotpala
  • est devenu dans les dialectes derives du Sanscrit niluppal (Childers, Dict. of
  • the pali language, 1875, donne commc nom p£li du lotus bleu niluppalam).
  • De niluppal les arabes ont fait nilufar. (L'arabe n'ayant pas de p, le change
  • regulierement en f.)
  • Le nom du lotus bleu a done ete donne par extension, a d'autres nym-
  • pheacées.
  • Marcel Devic, dans son Diet. etym. avait bien rcconnu dans le mot
  • niloufar, le premier element, c.-a-d. nila (bleu) mais il s'est trompe sur le
  • second ; il suppose, a tort, que noufar est un ancien mot ayant eu par lui-
  • meme le sens de lotus, et qui est venu se souder a nila, de sorte qu'on
  • aurait du dire a une certaine epoque : le noufar bleu. Mais noufar n'est lui-
  • meme qu'une corruption de ninoufar qui a son tour est pour niloufar.
  • Devic dit a ce propos : « C'est probablement au medecin 0. Brunfels,
  • mort en 1534, qu'on doit l'introduct. du mot nenuphar dans notre termino -
  • logie botanique. » Les botanistes européens ont employe ce mot longtemps
  • auparavant, puisqu'il est donn6 par Simon Januensis qui ecrivait vers 1288
  • (Voy. Meter, Gesch. d. B.).\ voici le passage de Simon selon Langkavel :
  • « nenufar arabice dicitur nilofar. » D'ailleurs des 1544, Duchesne, De stirpi-
  • bus, Temployait couramment comme mot français (le nenuphar jaune, le
  • nenuphar blanc).
  • 2. Les feuilles du volet sont employées pour mettre sur le ventre ballonne.
  • Deu\-S6vres, Solche, Croyances.
  • 3. On dit de quelqu'un qui est tres froid « qn'il a bu de l'eau de volet »,
  • locution fondée sur la propriety antiaphrodisiaque du nenufar.
  • Centre de la France.
  • On dit a un jeune homme ardent aupres des filles : « pour te calmer on
  • va te faire une infusion de ninfiaa. » Semur en Auxois (Gdte-d'Or), c. par
  • M. H. Marlot.
  • « Le nom seulde nenuphar rappelle l'idée des proprietes sedatives, calmantes
  • et surtout anti-aphrodisiaques attribuées a ce vegetal ; cette reputation , faite
  • par les anciens, et qui ne doit peut-etre son origine, ainsi que le remarque
  • Marquis {Dict. des sc. med. XXXV, 439), qu'a son habitation au milieu des
  • eaux et a la blancheur virginale de ses fleurs 0), d'une odeur un peu nau-
  • (1) C'est sartOQt le nenufar blanc qui eft employe 1 en m6decine, seabonde, est deja etablie dans Dioscoride et Pline (lib, XXV, c. 7), etc.
  • Elle est arrivée jusqu'a nous et est devenue populaire ; les poetes et les na-
  • turalistes Font celebrée a Fenvi ; on s'est servi du nenuphar pour abattre
  • les feux de la concupiscence ; les pieux cenobites du desert en faisaient un
  • usage frequent ; on en consommait beaucoup dans les cloitres, les couvents,
  • les seminaires, et on porta ses propri&es temperantes si loin qu'on l'accusa
  • de rendre froid et meme sterile. Les chanteurs en usaient pour conserver
  • et perfectionner leur voix ; on Tordonnait pour guerir les insomnies ero-
  • tiques, etc.
  • Cependant, les observateurs ayant remarque que cette racine abondait en
  • fecule; que les Tartares s'en nourrissaient, d'apres Pallas, sans que cela
  • nuisit a la fecondite de ceux qui en mangeaient ; que sa saveur etait un peu
  • amere, visqueuse et styptique, ce qui indiquait des proprietes plutdt toniques
  • et irritantes qu'enervantes ; que de plus, si on l'appliquait sur la peau,
  • reduite en pulpe, elle y causait une espece de vesication, etc., ils furent
  • portes non-seulement a douter des avantages de cette racine contre les
  • aiguillons de la chair, mais a croire que ce destructeur des plaisirs et ce
  • poison deVamour^ comme l'appelle Delille (V Homme des champs, chant 111),
  • en pouvait devenir le stimulant. Cette conjecture a ete mise hors de doute
  • par Desbois de Rochefort, qui a encore vu beaucoup employer le nenuphar
  • dans les couvents de son temps, et qui effectivement, loin de voir agir comme
  • refrigerant, a observe que son administration etait suivie de mauvais effets
  • (Mat. med., II, 64). On peut egalement douter de la pretendue vertu hypno-
  • tique du nenuphar, signalée par quelques auteurs et qu'aucunc preuve directe
  • ne vient confirmer. »
  • Mkrat, Dict. univers. de mat. mtdicale, 1830.
  • 4. a Die im Herbste gesammelten und getrockneten Blatter beider Séero-
  • sen werden im Rheinthal gegen Brand aufgelegt, wenn man sich z. B ge-
  • hauen oder gequetscht hat. »
  • Suisse allemande, Wartmann, Volksbot.
  • 5. Quand le platiau (nenufar) sort de Teau il n'y a plus de gelées a
  • c rain die.
  • Proverbe du Centre, Jaubert, Gloss.
  • 6. Wird ein Wurzelstock unler das Belt gebracht, in welchem man schlaft,
  • so ist man vor Krampfen gesichert.
  • Canton de Saint-Gall, Wartmann, Volkibot.
  • 7. Sebleter sind in der Fahne Herwiges von Selanden.
  • Gudrun, 1373, 4 (Moyen-Age allemand),
  • Benecke, Mittelhochdeutschej WoerterU. 8. — D'apres des documents ancicns, on constate que la feu i lie de ne-
  • nuphar servait autrefois comrae marque de cheval ; elle etait habituellement
  • placée sur Tune des cuisses.
  • Guenebault, Dict. iconography sub verbo
  • Marques de chevauz.
  • 9. Les enfants enfoncent dans la partie superieure du fruit du nenufar
  • une petite baguette et s'amusent a simuler Faction de baratter, d'ou !e
  • nom de baratte donne* au fruit. — Us s'en servent aussi, com me de jouet,
  • en l'appelant bouteille, cruchon, etc.
  • NYMPHJEA ALBA. (Linné). — LE NENUFAR BLANC.
  • nous :
  • aldri, grec ancien, Theophraste.
  • <ri$y ^appaSyis, grec ancien, Nicander, Ther. (d'apres FraasJ.
  • jxa&uvta, grec ancien de Beotie, Theophraste (d'apres Fraas).
  • vcpoxoAoxvflia, tie de Zante, M argot, Flore.
  • nenuphar album, nymphma Candida, nymphsea alba, anc. nomenclat.
  • nenufar fcemina, anc. nomenclat., J. Camus, Studio di lessicogr., p. 10.
  • nenufar blanc, m., français anc. et mod.
  • blanc d'eau, m., anc. français, Les confections aromatiques, 1568, p. 396;
  • Guidon des apotiquaires, 1578, p. 396; Linocier, Hist, des plantes,
  • 1584; Bauderon, Pharmacopée , 1655, p. 56.
  • plateau a fleur blanche, m., français, Geoffroy, Mat. medic, 1750, t. I,
  • 2« sect., p. 202.
  • volet blanc, m., Anjou. — Poitou. — Maine.
  • canotte blanche, f., Aube, Des Etangs, Noms pop.
  • blanque aplompe, (., anc. wallon, J. Camus, Un ms. namurois. ( « oele de
  • blanques aplompes est tres boin pour le foie qui est empiriez. » >
  • vaqueviteriau, m., Valenciennes, Hecart, Dict. rouchi.
  • kreivakon, Villeneuve (Suisse romande), Bridel, Gloss,
  • eli des etangs, m., Gard, comm. par M. P. Fesquet.
  • pommes roses, Banvou (Orne), Joret, Fl.
  • lunette d'eau, f., français dialectal (en quel pays?), Lamarck et
  • Candolle.
  • car faro, car faro femmina, copripentole, erculea bianca, ranocchiaj doppi,
  • italien, Targioni, Diz. botanico.
  • rosa de amor, golf an bianco, espagnol.
  • golfao branco, portugais.
  • plamina alba, roumain, Cihac, Dict. daco-rom. nufar alb, pluta, roumain, Brandza, Limba botanica, 1882.
  • plumine albe, roumain de Transylvanie, Fusz, Trivialn.
  • plumuna alba, plumiera , roumain de Transylvanie , Brandza , Limba bo-
  • tanica.
  • weisse séeblume, tveisse nymphe, weis$e séerose, allem.
  • , séechruseli, Oberland bernois, Pritz. et Jess.
  • goske, buttbladen, Frise orientale, Focke, Pflanxennamen, 1870.
  • wesse goeskes (= petite oie blanche), Frise orientale, Pritzel et Jess.
  • sihblommen, all. de Transylvanie, Fusz, Trivialnamen.
  • katschen, weisse mummel, Prusse occid., Treichel.
  • witte plompen, pannekoek, hollandais, Nemnich, Polygl. Lexicon,
  • buillite, irlandais, Cameron. [H. G.].
  • curririn ban, duilleog-baite, cohinih auhun, liagh loghar, irlandais,
  • Threlkeld. [H. G.].
  • alaw, magwyr wen (= mur blanc), Mi V dwr, (= lys d'eau) gallois,
  • J. Davies, 1632. [H. G.].
  • duileag bhaite bhdn (= drowned white leaf) , rabhagach (= giving cau-
  • tion or warning, a beacon), lili bhdn (= white lily), gaelique ecoss.,
  • Cameron. [H. G.].
  • vodeni plutnjak, leken, lepen, lapoc, lokvanjaca, luprik, omlak, kordon,
  • blatni cvit, vodeni podbio, tilcvina, bared, jezerska lily a, berecna
  • trava, cviet mrtvi, serbo-croate, Sulek.
  • wodka leluja, wende, Schulenburg, Wend. Volksth.
  • housky (= oie), bili hletchyki (cruches blanches), lapouchny vodiany,
  • babky ( = petites vieilles femmes), petit russien, comm. par
  • M. Th. Volkov.
  • wodnoi lapuschnik, russe, Falk, Top. Kenntn. d. Russl.
  • lepei, lugmei, lithuanien, Jacoby, Lit. Pflan&ennamen.
  • lehpes bait as, letton, Hupel.
  • fejer viutok, magyar, Fusz, Trivialnamen.
  • lumme, lummet, pulpukka, walkia pulpukka, finnois, Fellmann, Index,
  • lumme lehed, kuppo lehhed, esthonien, Fellman, Idem,
  • bejus nufar, turc, Sestini, Voy. dans la Grece asiat., 1789.
  • bolbon jussur, kalmouk, Falk, Top. Kenntn. d. Russl..
  • folklore.
  • « Wenn man die weisse Mummeln in's Haus bringt, soil das Vieh sterben. t>
  • Prusse occidental, Treichel, Poln. westpreuss. Vulgaernamen von Pflanzen (dans :
  • Schriften d. naturforsch. Gesellsch. zu Danzig, V. Band).

NUPHAR LUTEUM. (Smith). — LE NENUFAR JAUNE.

vupapov, vouvoupapov, grec mod., SiBTHORP, Prodromus.
  • nymphxa lutea, nymphse citrina, anc. nomenclature, Bauhin, Ptnor, 1671.
  • nenuphar citrinum, anc. nomencl., Les confections aromatiques, 1568,
  • p. 396.
  • nenufar mas, nomenclat. du XVI« siecle, J. Camus, Studio di lessicogr.,
  • p. 10.
  • nenufar jaune, m., français anc. et mod.
  • jaulne d'eau, m., jaune d'eau, m., anc. franç. , Les confections aroma-
  • tiques, 1568, p. 396; Guidon des apotiquaires, 1578, p. 396; Linocier,
  • Hist. d. pi, 1584.
  • jaulnet d'eau, m.,jaunet d'eau, m., anc. fr., Brohon, De stirp., 1541;
  • Cotgrave, Fr. d., 1650.
  • jonais, m., anc. wallon, J. Camus, Un ms. namur.
  • jaune t d'eau, m., Normandie, Joret, Fl.
  • jaunetdes marais, m., anc. fr., Duez, Diz. ital. fr., 1678.
  • djane, m., wallon, Feller.
  • volet jaune, m., Anjou. — Maine. — Poitou.
  • canotte jaune, f., Aube, Des étangs, Noms des plantes.
  • ribarde, (., Anjou, Desvaux, Flore de I' Anjou.
  • aillaut d'eau, m., Oise, Graves, Catal., 1857.
  • amello, italien, Duez, Diz. ital. Fr., 1678.
  • carfaro maschio, erculea gialla, ranocchiaj gialli, zucchini da tobacco (les
  • fruits), italien, Targioni, Di*.
  • cubiletes, esp.. Colmeiro, Dice, de los nombres, 1871.
  • golfan amarillo, esp., Lusitanus, Diosc. medica materia, 1554.
  • golfao amarello, portugais, Brotero, Flora lusit.
  • nufar galben, roumain, Brandza, Limba bot.
  • gelbe séerose, allemand.
  • géele gbeskes (petite oie jaune), Frise orientate, Pritzel et Jessen, Volksn.
  • gelbe mummel, Prusse Occident., Treichel.
  • bwltws, gallois, J. Davies, 1632. [H. G.].
  • cabhan, abhain, irlandais, O'Reilly. [H. G.].
  • lekuta, tcheque, Sulek, Jugosl. im. bilja.
  • lekuti, leknuti, lehnin, lekno, natkovy koren, stulik, tasky, ruie vodni,
  • tulipan vodni, tcheque, A. Muller, Wort. syn. Nam. d. off. Pflanzen.
  • 1866.
  • kijonka, kurm dupka (= Huhnerarsch, weil Frucht ihm gleich), polonais
  • de la Prusse, Treichel, Poln. Vulgarnamen. blatnik, lekuta, iuti lokvanj, vodena ru&a, bozur vodeni, ielucnjak y
  • rumeni plucnik, iuti lopoc, serbo-croate, Sulek, Jug. im. bit.
  • bfnoles, lithuanien, Jacoby, Lit. Pflanzenn.
  • wodotei, kufchinschiki, russe, Falk, Top. Kenntn. d. Russl.
  • jovte latattia (= nenufar jaune), jovty nletchyky, zbanok (= petite cruche)
  • (le fruit), kapeliouchy (= chapeaux) (les feuilles), tovstoun (= le
  • gros) (la racine) petit russien, c. par M. Th. Volkov.
  • lehpes dseltanat, letton, Hupel.
  • sari nufar, turc, Sestini, Voy. dam la Grece asiat.
  • pufer ciceghi, turc, Sibthorp, Prodromus.
  • hhaouidn (esp. de nenuphar a fleur jaune et a bonne odeur), arabe,
  • Freytag.
  • lummet, lumme, pulpukka, keltaineu pulpukka, finnois, Fellman, Index
  • pl., 1835.
  • tombojuk, bachkire, Fellman, Idem.
  • hold jet kuppo lehhed, esthonien, Fellman, Id.
  • 2. Die Tiirken bereiten aus den wolriechenden Bluten ein kilhlendes
  • Getrank, das sie Pufer ciceghi nennen. (II s'agit d'une vartete' a bonne
  • odeur).
  • Rosenthal, Synopsis plant, diaph.
  • NYMPHAEA LOTUS. (Linné).
  • ) k wr6? Ktyimria , grec ancien.
  • uLikiltoToq ( l ) (la tige et les racines), grec ancien, Athenée (selon
  • Meyer, Geschichte d. Botanik).
  • [asIi'Xmtq'j, grec du I -r siecle apres J.-C, Arrianus Alexandrinus cite par
  • Meyer, Gesch. d. Botanik).
  • lotier d'Egypte, m., lotus des anciens, m., français savant.
  • loddo do Egypto, portugais, Nemnich, Polygl. Lexicon,
  • noufar, bachenyn el khanzyr, a'rdys el Nil (id est : uxores Nili), arabe
  • Sgyptien, Delile, Flora aegypt. illustr., 1824.
  • Sur les noms que les anciens Egyptiens donnaient aux differentes especes
  • de Nymphaea, voyez :
  • Victor Loret, Sur les noms egyptiens du lotus (dans : Recueil des tra •
  • vaux relatifs a la philologie egyptienne, Paris, 1870, p. 190-196).
  • Raffeneau-Delile, Observations sur les lotus d'Egypte, (dans Annates du
  • Museum d'histoire natureUe, t. I, 1802, p. 372 a p. 382.
  • (l) C'est le prodoit alimeDtaire de la plante. Voyez : Salmasius, Exercitat. plinianae,
  • p-687. NYMPHAEA CCERULEA. (Savigny).
  • toO<tov ( l ), grec ancien, d'apres un manuscrit du XV« siecle, E. Fournier,
  • Reforme de la nomenclat. bot., 1880, p. 7 (tirage a part du Journal
  • des savants),
  • nymphea bleu d'Egypte, m., français.
  • bachenyn, a'rdys el Nyl, bydrou (la racine), arabe egyptien, Delile,
  • Florae aegypt. illustratio.
  • Pour les noms arabes de cette plante, voyez : Ibn Beithar, Les simples,
  • edit. Leclerc, II, 229.
  • NYMPHAEA CYANEA. (Roxburgh).
  • 1. — noms :
  • nenuphar bleu, m., nenuphar bleu des Indes, m., lotus bleu, m., français.
  • nilotpala ( 2 ), asitolpala, indivara, mrdutpala, Sanscrit, Boehtlingk,
  • Sanscr. Wort.
  • 2. Cette jolie fleur bleue joue un grand rdle dans la poesie sanscrite. Les
  • poetes lui comparent, a chaquc instant, les yeux de leurs belles.
  • NYMPHAEA RUBRA. (Roxburg).
  • krschnakanda, raktotpala, Sanscrit, Boehtlingk.

NELUMBIUM SPECIOSUM. (Willdenow.). LE NELUMBO. xua/xo? aiy&TZTioq, grec ancien. Theopraste.

  • xoAoxairta (la racine comestible) ( 3 >, grec ancien.
  • <pa$aTov (la semence), grec du Xl e siecle, Simeon Seth cite par Meyer,
  • Gesch. d. Bot.
  • (i) D'ou le mot <to6<tlvov, parfum tire* de cette plante. Comparez le mot egyptien
  • seschen qui sert a designer une espece de lotus, d'apres Loret, Rec. de trav. relat. a
  • VarcMol. igypt., l re année.
  • (2) Mot a mot, lotus bleu ; nila bleu et utpala lotus en general.
  • (3) On a donne aussi ce nom grec a une plante d'une toute autre famille , a VArum
  • aegyptium (Colocasia antiquorum),
  • 11 nenufar purpureum, nomencl. du XV" s., Camus, V opera salern., p. 95.
  • nymphaea nelumbo, nomencl. de Linné.
  • faba segyptiaca, faba agyptia, anc. nomencl.
  • febve egyptiaque, français, Huloet, 1572.
  • nelumbo, m., nelombo, feve d'Egypte, français.
  • padma, bisini, bisandbhi, radjivini, cunda, naUni, pankadjini, ambudja,
  • aravinda, Sanscrit, Boehtlingk, Sanscr. Wort,
  • bakilla kobty, fdbes el kibty, djdmissa, arabe, Ibn Beithar, Ed. Leclerc.
  • qoulqds, foul massri, baqala massri, arabe syrien , Berggren.
  • salabagala (les fruits), Perse, Gmelin cite par Nemnich, Polygl. Lex.
  • nelun, singalais, Watson.
  • korkansi, copte, De Sacy, Abd Allatif, p. 98.
  • 2. Gette plante se fait remarquer par de magnifiques fleurs roses odorantes ;
  • elle croissait autrefois dans le Nil, mais depuis longtemps elle en a disparu,
  • et ne se voit plus que dans Flnde, a la Chine, aux Moluques, au Malabar, en
  • Perse, en Armenie, etc. Son fruit, souvent figure" sur les monuments egyp-
  • tiens, compare tort exactement a un guSpier, ( l ) par Theophraste, a le volume
  • d'une pomme d'arrosoir et presente une multitude de loges paralleles et sur
  • un meme plan, qui contiennent chacune une semcnce de la grosseur d'une
  • noisette ; ce qui les fait appeler noix ou feves d'Egypte, faba segyptiaca,
  • feves pontiques, etc. ; en Perse on en fait des chapelets, etc. Ces semences
  • sont comestibles et dans l'antiquite la plus reculée elles scrvaient d'aliment ;
  • en Egypte, on en faisait du pain, etc.
  • Mbrat, Dict. de matttre midicale, 1830.