Nummulaire (Cazin 1868)

De PlantUse Français
Révision de 8 mars 2017 à 19:54 par Michel Chauvet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Noyer
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Œillet d'Inde
PLANCHE XXVIII : 1. Nummulaire. 2. Œnanthe. 3. Orchis. 4. Origan. 5. Orpin.


[693]

Nom accepté : Lysimachia nummularia


NUMMULAIRE. Lysimachia nummularia. L.

Nummularia major lutea. C. Bauh. — Nummularia sive centimorbia. J. Bauh. - Lysimachia humi-fusa, folio rotundiore, flore luteo. Tourn.

Herbe aux écus, — monnoyère, — herbe à cent maux, — herbe à tuer les moutons.

PRIMULACÉES. Fam. nat. — PENTANDRIE MONOGYNIE. L.


Cette plante vivace (Pl. XXVIII) est très-commune dans les bois, les prés, sur le bord des ruisseaux, qu'elle émaille de ses fleurs. Les brebis la recherchent. Ses feuilles arrondies, entières et disposées régulièrement comme des pièces de monnaie, lui ont fait donner les noms d’herbe aux écus, de nummulaire (nummulus, diminutif de nummus, espèce de monnaie).

Description. — Racine fibreuse. — Tiges rampantes, couchées, glabres, un peu rameuses, hautes de 25 à 40 centimètres. — Feuilles opposées, ovales, entières, courtement pétiolées. — Fleurs jaunes, grandes, axillaires, solitaires (juin-juillet). — Calice à cinq divisions, ovales-aiguës. — Corolle à cinq pétales. — Cinq étamines courtes à filets soudés à la base. — Un style filiforme plus long que les étamines. — Fruit : capsule globuleuse à dix valves, enveloppée et cachée par le calice.

Parties usitées. — L'herbe entière.

(Culture. — La nummulaire sauvage suffit aux besoins de la médecine. On peut la propager de semis, en terre humide.)

Récolte. — Elle se fait pendant toute la belle saison. Sa dessiccation n'offre rien de particulier.

Propriétés chimiques. — La nummulaire a une saveur austère et un peu


[694]

acide. Elle paraît contenir du tannin. La dessiccation lui fait perdre une grande partie de sa saveur.


PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES ET DOSES.


A L'INTÉRIEUR. — Infusion ou décoction, 30 à 60 gr. par kilogramme d'eau.
Suc exprimé, 50 à 100 gr.

Feuilles en poudre, 2 à 4 gr., et plus.
Vin (30 à 60 gr. pour 1 kilogr. de vin), 60 à 120 gr.


La nummulaire a disparu de la matière médicale moderne et est presque ignorée des praticiens. Cependant, suivant Lieutaud, elle n'est pas le moins efficace des remèdes astringents. Elle a été regardée comme très-utile dans l'hémoptysie, l'hématurie, les pertes utérines, l'écoulement immodéré des hémorrhoïdes, le scorbut et les hémorrhagies scorbutiques, la diarrhée, la dysenterie, la leucorrhée, etc. Boerhaave faisait grand cas de cette plante. Tragus en recommandait la décoction édulcorée avec du miel aux phthisiques. Les pâtres, au rapport de Gattenhof, la donnent aux brebis, pulvérisée et mêlée avec du sel, pour les préserver de la phthisie pulmonaire. Le sel a probablement la plus grande part aux bons effets qu'on obtient de ce mélange. En Alsace[1], cette plante est d'un usage populaire dans les flux de ventre, l'hémoptysie, les hémorrhoïdes. J'en ai fait prendre le suc exprimé à la dose de 80 gr. chaque matin dans un cas de ménorrhagie lente, passive, qui existait depuis trois mois et avait considérablement affaibli la malade. Cette malade, âgée de vingt-huit ans, était lymphatique, d'une constitution délicate, avait eu deux enfants et trois avortements, à la suite desquels il lui restait toujours un écoulement sanguin peu abondant, mais continuel. Ce flux a cessé après la quatrième dose de suc de nummulaire, dont la malade a néanmoins continué l'usage pendant dix jours. Cette plante peut prendre rang, comme astringente, à côté de la centinode ou renouée et de la bourse à pasteur, dont on a récemment reconnu l'efficacité.
  1. Gazette médicale de Strasbourg, avril 1856.