Nostoch (Cazin 1868) : Différence entre versions

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{Tournepage
 
{{Tournepage
 
|titre=[[Cazin, Traité des plantes médicinales|Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868]]
 
|titre=[[Cazin, Traité des plantes médicinales|Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868]]
|titrepageprécédente=Nonbril-de-Vénus (Cazin 1868)
+
|titrepageprécédente=Nombril-de-Vénus (Cazin 1868)
|nomcourtprécédent=Nonbril-de-Vénus
+
|nomcourtprécédent=Nombril-de-Vénus
 
|titrepagesuivante=Noyer (Cazin 1868)
 
|titrepagesuivante=Noyer (Cazin 1868)
 
|nomcourtsuivant=Noyer
 
|nomcourtsuivant=Noyer

Version du 12 mai 2013 à 07:41

Nombril-de-Vénus
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Noyer


Sommaire

[684]

Voir la page [[]]

NOSTOCH COMMUN. Tremella nostoch. L.

Flos coeli. — Flos terroe. — Spuma aeris. •—•Saliva siderum.

ALGUES. Fam. nat.— CRYPTOGAMIE. L.

Le nostoch est une algue gélatineuse qui paraît sur la terre après les pluies, et qui abonde- dans les allées humides des bois, dans les jardins dans les prairies, dans les plaines voisines des lacs. Lorsqu'il est sec, on le distingue à peine si on ne le cherche^avec attention : après les pluies, ilre- prend sa première forme, il se gonfle et continue de végéter. C'est Paracelse qui a donné le nom de nostoch à cette plante.

Description. — Expansion gélatineuse, sous la forme d'une membrane transpa- rente, étalée, irrégulièrement plissée, verdàtre, renfermant une multitude de petils lila- ments semblables à des chapelets, et dont le dernier anneau est ordinairement plus grand que les autres.

Propriétés physiques et chimiques. — Le nostoch contient du phos- phate et du sulfate de potasse, une matière muqueuse ou gélatineuse, de la tasorine, une matière grasse et de la potasse. Haller dit qu'il peut servir d'aliment ; en en mettant dans l'eau les morceaux desséchés, ils reprennent leur état gélatineux.

Les alchimistes considéraient ce végétal comme une émanation du ciel ( flos coeli) parce qu'elle foisonne le matin, après une pluie humide, dans les lieux où l'on n'en voyait pas la veille. Ils l'employaient pour préparer la pierre philosophale et la panacée universelle. Ils voulaient se procurer de l'or et en même temps un remède qui pût guérir tous les maux. C'était un beau rêve. Mais Paracelse, leur chef, est mort pauvre, fouet dans un âge peu avancé. Plus heureux que lui, nos charlatans font fortune.

On a prescrit la décoction de nostoch, à l'instar de celle de lichen d'Is- lande, contre les maladies de poitrine, sans en retirer, dit-on, un avantage marqué. Son infusion dans l'eau-de-vie dégoûte, dit-on, les buveurs de li- queurs alcooliques. Infusum ejus cum spirilu vini clandestine exhibitum,fté- dium sirenuis spiritus adusti potaloribus excitare fertur (2). On faisait, à 11 seule chaleur du soleil, une eau distillée de nostoch, qu'on employait à l'in- térieur et à l'extérieur pour calmer les douleurs, guérir les ulcères, les cancers, etc. De nouvelles expériences peuvent seules constater les pro- priétés de cette substance, qu'on ne peut se procurer en tout temps, et dont la viscosité insipide semble annoncer l'inertie.