Mucuna sloanei (Pharmacopées en Guyane)

De PlantUse Français
Révision de 2 juillet 2021 à 17:33 par Michel Chauvet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Lonchocarpus spruceanus
Pharmacopées traditionnelles en Guyane, 2004
Mucuna urens


Mucuna sloanei. Gousse et graines de zieu bourrique



Mucuna sloanei Fawcett et Rendle

Noms vernaculaires

  • Créole : zieu bourrique [zié-bourik] [1], graine tonnerre [grenn-tonnè].
  • Wayãpi : —
  • Palikur : urikti.

Écologie, morphologie

Liane des forêts secondaires et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Moretti 464 ; Prévost 2127, 3867.

Emplois

Les vieux orpailleurs créoles préparent avec les graines torréfiées, pilées et mises à macérer dans du genièvre, un remède contre les hernies.

Une croyance qui nous a été rapportée par les Créoles d’origine Sainte-Lucienne veut que porter des graines sur soi protège des hémorroïdes. Celle-ci fut déjà signalée à Haïti par DESCOURTILZ (1827-33) au XIXe siècle.

Chimie et pharmacologie

Les graines de Mucuna renferment des bases quaternaires (GHOSAL et al., 1971). Cf. aussi à Mucuna urens.

____________________

  1. Ce nom est également donné par les Créoles à Dioclea malacocarpa Ducke (Oldeman, 839) et à Mucuna urens (cf. fiche suivante), qui ont des graines très similaires.