Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Lycope (Cazin 1868)

Révision de 11 mai 2013 à 11:08 par COGNEAUX Christian (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Tournepage |titre=Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868 |titrepageprécédente=Lupin (Cazin 1868) |nomcourtpréc... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Révision de 11 mai 2013 à 11:08 par COGNEAUX Christian (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Tournepage |titre=Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868 |titrepageprécédente=Lupin (Cazin 1868) |nomcourtpréc... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Lupin
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Lycoperdon


[602]

Lycope

Voir la page [[]]

LYCOPE. Lycopus europseus. L.

Marrubium palustre glabrum et Mrsutum. C. BAUH. — Sideritis. MATTH. Marrubium aquaticam. GER. — Marrubium aquaticum vulgare. PARK.

Lycope d'Europe, — lycope des marais, — marrube d'eau, — pied-de-loup, — cramièvc,

crumen.

LABIÉES. Fam. nat. — DIDYNAMIE GYMNOSPERMIE. L.

Cette plante croît dans les marais, dans les prairies aquatiques, au bord des ruisseaux, le long des murs humides. Elle est commune dans presque toute l'Europe.

Description. — Racine: souche traçante.— Tige quadrangulaire, souvent ra- meuse, dressée, robuste. — Feuilles pétiôlées, ovales-oblongues, aiguës, opposées, glabres ou pubescentes, rétrécies à la base, fortement sinuées ou dentées. — Fleurs petites, blanches, marquées de petits points rougeâtres, disposées en verticilles serrés, petits et globuleux (juillet-août). — Calice à cinq dents lancéolées, subulées, presque épineuses. — Corolle tubuleuse, évasée, à quatre lobes presque égaux, le supérieur plus large. — Quatre étamines distantes, quatre réduites à deux par l'avortement des (tas supérieures. — Fruits : quatre semences lisses et triangulaires.

D'après Linné, la décoction des feuilles, traitée avec le vitriol, donne une bonne couleur noire.

Le lycope d'Europe est employé de temps immémorial par les cultiva- teurs piémontais contre les fièvres intermittentes ; ils le désignent sous le nom â'Erba China. Ré, professeur de matière médicale vétérinaire à Tant, assure, dans un mémoire qu'il a publié sur cette plante, que si on l'admi- nistre en poudre à la dose de 8 gr., avant l'accès, pendant plusieurs jours, elle agit comme fébrifuge aussi bien que le quinquina. Cette plante peu être aussi employée comme astringent dans les hémorrhagies passives, le» écoulements muqueux, etc. Il est à désirer que le lycope soit de nouvea essayé dans le traitement des fièvres intermittentes.

(1) Annales du Muséum, t. VII, p. 14.

(2) Bulletin de thérapeutique, t. VII, p. 05.