Lentille d'eau (Cazin 1868)

De PlantUse Français
Révision de 4 décembre 2016 à 00:01 par Michel Chauvet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Lentille
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Lentisque


[577]

Nom accepté : Lemna minor


LENTILLE D'EAU ou LENTICULE DES MARAIS. - Lemma minor. L.

Lenticula palustris vulgaris. C. Bauh. — Lens palustris, sive aquatica. Park.

Naïades (Juss.), — lentille d'eau.

LEMMACÉES. Fam. nat. — MONOÉCIE TRIANDRIE. L.


Cette petite plante vivace flotte à la surface des eaux stagnantes, qu'elle couvre quelquefois complètement en forme de tapis vert. Les canards mangent cette plante avec avidité. La forme de ses feuilles, arrondies et convexes en dessus, ressemblant à une lentille, lui a fait donner le nom qu'elle porte.

Description. — Feuilles au nombre de trois, ovales, arrondies, obtuses, d'un vert clair, munies en dessous d'une tige radicale très-longue, simple, terminée par un renflement tuberculeux, n'allant pas jusqu'à la terre, et qui semble servir de balancier pour maintenir la plante sur l'eau, dont elle se nourrit. — Fleurs difficiles à voir, à cause de leur ténuité, monoïques (mai-juin) ; fleurs mâles : calice d'une seule pièce, deux étamines ; fleurs femelles : calice également d'une seule pièce. — Un style. — Capsule uniloculaire, à deux ou quatre graines.

On trouve souvent sous les feuilles de cette plante beaucoup de petits animaux aquatiques, de petits crustacés ; on y rencontre aussi parfois le polype d'eau douce, animal si singulier par la propriété qu'il possède de former autant d'individus complets qu'on en fait de morceaux.

La lentille d'eau a été employée à l'extérieur comme topique réfrigérant et répercussif. On l'applique sur les parties douloureuses, sur les inflammations superficielles, l'ophthalmie peu intense, la palpébrite, la brûlure du premier et du deuxième degré, l'orchite à son début. Appliquée sur le front, elle calme la céphalalgie. J'en ai couvert toute la tête dans la méningite, pour remplacer la glace, qu'il est impossible de se procurer pendant l'été à la campagne. Mais il faut renouveler à chaque instant ces applications, qui n'ont de valeur que comme réfrigérantes. J'ai employé de la même manière, mais plus fréquemment et avec plus d'avantage, le frai de


[578]

grenouille, dont les anciens faisaient un grand usage comme répercussif (Dioscoride dit que la lentille d'eau est « bonne aux hernies des petits enfants et à mûrir les abcès). »