Laser (Cazin 1868)

De PlantUse Français
Révision de 3 décembre 2016 à 23:26 par Michel Chauvet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Lapsane
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Lathrée


[564]

Nom accepté : Laserpitium latifolium


LASER A LARGES FEUILLES. Laserpitium latifolium. L.

Laserpitium foliis latioribus lobatis. Moris., Tourn.

Gentiane blanche, — turbith des montagnes, — turbith bâtard.

OMBELLIFÈRES. — SÉSÉLINÉES. Fam. nat. — PENTANDRIE DIGYNIE. L.


Cette plante croît naturellement dans les bois des montagnes, en Allemagne, en Suisse, en Italie, et dans une grande partie de la France méridionale. On la trouve dans les Pyrénées, au bord des torrents.

Description. — Racine allongée, épaisse, fibreuse. — Tige cylindrique, glabre, striée, rameuse, haute de 60 à 80 centimètres. — Feuilles amples, deux fois ailées, composées de folioles ovales, tronquées obliquement, comme cordiformes, dentées, d'un vert glauque en dessus, glabres ou pubescentes à leurs revers. — Fleurs blanches, petites, disposées en ombelle terminale fort large et très-ouverte. — Calice presque entier. — Pétales courbés au sommet, échancrés, ouverts et presque égaux. — Fruit diakène oblong, relevé de quatre ailes membraneuses.

(Propriétés physiques et chimiques. — La racine, partie usitée, exhale une odeur forte, pénétrante ; elle renferme un suc laiteux amer et acre, Feldmann (l)[1] en a extrait un corps particulier la laserpitine (C48 H36 O14), cristallisant en prismes rhomboïdaux, incolores, très-amers, insolubles dans l'eau froide ou bouillante, solubles dans la benzine, le chloroforme, l'essence de térébenthine, les corps gras, fusibles à 114 degrés, et pouvant se sublimer en gouttes huileuses. Par la potasse alcoolique et au bain-marie, la laserpitine donne de l'acide angélique, plus une matière résineuse, le laserol.

Outre la laserpitine, cette racine contient une huile essentielle de saveur rance, mais d'une odeur analogue à celle de l'essence de pélargonium.)

La racine de cette plante est un purgatif très-énergique. Cette propriété lui a valu le nom de turbith des montagnes. Peyrilhe dit qu'elle agit avec violence. Les paysans des montagnes s'en servent pour se purger. Bergius se plaint de ce qu'on néglige ce puissant remède. Dans quelques pays on l'emploie pour purger les bestiaux.

____________________

  1. Union pharmaceutique, citée par le Journal de médecine, de chirurgie et de pharmacie de Bruxelles, juillet 1866, p. 58.