Humulus (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Cannabis
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Parietaria


Humulus lupulus

[Tome X, 48]

Humulus lupulus (Linné) (1) — LE HOUBLON.

mestre al toumbél. » Lot, c. p. M. A. Perbosc. — « Siéoun en pichot gra (grain) M'an enterra ; Siou vengu gros, M'an cassa les os ; An prés ma péou Per n'en far en mantéou. » Gap, Soc. d'ét. d. H.-Alpes, 1884, p. 380. — « On le met en terre, on le sort de terre; on le met dans l'eau, on le sort de l'eau ; on lui rompt les os pour en avoir la peau. » Loiret, c. p. M. J. Paquet. — « Quand les filles sont-elles le plus amoureuses ? C'est quand elles arrachent le chanvre femelle, elles ont alors le mâle entre les jambes. » Pays messin, r. p. — « Qui est-ce qui gagne sa vie à reculons? Le cordier. » Voir d'autres devinettes relatives au chanvre dans Mélusine, I, 254 et 256; P Sébillot, Devin. de la H.-Bret., p. 11.

Symbolique. « Au Décan, lorsque deux plaideurs viennent d'être jugés, le plaignant et le défendeur se placent à côté l'un de l'autre ; on met dans la main droite de chacun un peu de feuilles de chanvre (sheng) pulvérisées, qu'ils enlèvent en soufflant dessus, pour exprimer que le motif de leur querelle a disparu à jamais, comme la poussière qui vient d'être dispersée. » A. De Chesnel, Dict. des Sup. [Ed. Edm.].


Langage des fleurs. « A leur arrivée au logis on verse sur les nouveaux mariés une véritable pluie de chènevis. Cette graine ronde symbolise les souhaits d'une nombreuse postérité mâle, par opposition à l'avoine ou blé, graine longue qui est une allusion grivoise à la postérité femelle et qu'on y mêle parfois. » Luzy (Nièvre), Mém. de la Soc. acad. du Nivernais, 1886, p. 101. — « Un bouquet de chanvre mis extérieurement à la fenêtre d'une fille, indique symboliquement qu'elle se livre à l'onanisme. » Ruffey près Dijon, r. p.


HUMULUS LUPULUS (LINNE) (1). - LE HOUBLON lupus salictarius, 1. de PLINE. tiumulonus, 1. du m. A., GOETZ. hnmulus, humolus, humblonis, Inpulus, luppulus, timellus, tumallum, tumellium, derba, crupa, ciperus, L du m. à., DIEF. (1) La Flore médicale belge de TIIIF.I.ENS explique le nom de lupulus par le fait qu'on croyait que les loups s*ahritaient volontiers sous les rameaux du houhlon. J. F.


[49]


hupa, 1. du m. â., Du C, III, 732; DIEF. nniulus, humoîo, httmnlo, humelo, humlo, homela, 1. du m. â., Du C. fttmlo, umlo, 1. du m. à., HESSELS (dans Trans. of the philolog. soc., 1902. p. 534). vitiscella, bradigalo, 1. du m. A., GRAFF. lupcrcicus, 1. du m. à-, STEINMKYEH, 111, 577. stclabinm, I. du m. A., G tr mania, 1881, p. 403. corrwla volubilis, I. du m. A., Germania, 1888, p. 303. volubilis major, 1. du m. à., MONE, Quellen d. ieutsch. Liler., 1830, p. 292. lolevertigo, 1. du m. â., PETRUS DE CRESCENTIIS, cité par DE BOSCO, Lum. maj,, 1490. hupa, 1. du m. à., SCHELEH, Dict. d'étgm. lupullus, litblet, lulep, I. du m. A., MATTHAEUS SII.VATICUS, cité par MOWAT. vitis septentrionalium, 1. du xvr s., PENA et LOBEI., 1570. brnstandula, lupus repticius, anc. nomencl., BRUNFELS, 1534. hnppulus, lupus salictarius, bruscandela, anc. nomencl., Fou se H, 1549. homlon, m., anc. fr., (loi). uniilou, m., lïrive (Corr.), Liï», oûmtîn, m., Maillezais (Vendée), c. p. M. PH. TELOT. hobelon, m., houbelan, m., hauberon, m., aubclon, m., hobilhon, m., anc. fr., Goo. hnbelon, m , anc. fr., BROHON, 1541. houbellon, m., anc. f r , (Conseil très utile contre la famine, 1546, p. 26. oubclon, m., anc. fr., HRETONNAYAU. Générât, de l'homme, 1583, f 126, verso; GUERIN, Chirurgien charitable, 1655. p. 115. oubéloun, m., provenç.. PEU.AS, 1723. aoubéroun, m., Montauban, GAT. — Montpellier, MAGNOL, 1686. aoubétou, m.. Le Vigan (Gard), BOUGER. ooubélou, m., Aveyron, VAYSSIER aoubérou, m., toulousain, TOURNON. ooubèrou, m., Brive (Corr.), LEP. houbelon, m , anc. fr., GOEUKOT, S. d. (vers 1520). obttlon, m., Bcrry, LE GRAND. houblon, m., franc., DUCHESNE, 1544; etc., etc. oublon, m., anc. fr., L. .IOUBERT, Pharmacopée, 1588, p. 365. oubloun, m., Luchon, SAC. — Ussel (Corr.), LEP. — Hérault. PEAN-CHON. — Le Buisson (Dord.), r. p.


[50]


aonblonn, m., Avignon, PALUN. — Moyen et Bas Dnuph , Mou T. oonbloun, m., Livron (Drôme), c. p. M. E. H. SIBOUEG. — Naves (Corr.), r. p. ôbloir, m., Thiers (Puy-de-D ), r. p. abloun, m., Briançounais, c. p. feu CHABRAND. ôblon, m., Villettc (Sav.), r. p. - Montbéliard. CONT. oblon, m., Doubs, BEAUQ. H. M., c. p. M. A. DAGUIN. -- Vaudoisv BRIDEE. oublan, m., Valenciennes, HEUART. oublhan, m., Talmont (Vendée), c. p. M. Ko. EDMONT. honbron, m., Péronue, docum. de 1543, GOD. onbron, m., Samer (P.-de-C), e, p. M. B. DE KERHERVE. - Rame-court (P.-de-C.), c. p. M. ED. EDMONT. obron, m , Aube, DES ET. ôbzon, m., Berry, LE GRAND. oungloun, m., Digne, HONN. — Aveyron, VAYSS. houblon, m., Ponts-de-Cé (M.-et-L ), r. p. onblou, m., Pierrefonds (Oise), r. p. — Fourncls (Loz.), r. p. — Thérondels (Aveyr.), r. p. hubilton, m., hobilhon, m., houbilhon, m., anc. wallon, Instit. archéot. liêg., XXX (1901), p. 590; Chronique de Stavelel, éd. Borgn., p. 212; GRANDG. — hoùbion, ht'nnon, m , wallon mod., .L F. hobion, m., obion, m., oubion, m., ôbion, m., è'bion, m., Nor¬mandie, Maine, Bclg , Wall., Lorraine. umblette, t., fr., doc. de 1013, Roman ia, 1900, p. 417. (Identificat. incertaine.) houblon, m., Pontoise (S.-et-O.), r. p. ponblon, m., vaudois, Parterre de médecine, 1745. ponblhon, m., La Yeveyse, Haute-Gruyère (Suisse), SAV. blonchèbé, m., jargon de Razcy, près Xcrtigny (Vosges), r. p. lupule, fr. du xv> s., J. CAMUS, Op. sal., p. 80. (Mot fait sur lupulus.) llupols, vidaiba, Laroquc-des-Albères (Pyr.-Or.), CARRERE. loup'zon, m., Romorantin (L.-ct-Ch.), r. p. loualou, m., Lauraguais (Aude), A. FOURES, Cant S d. sont., 18V-U p. 222. tàntaravèl, m., cévenol, SAUV,, 1785. — Gard, Roue; VIG. bidaoulê, Pyr.-Or., COMP. vigne du nord, f'., franc., SAINT-GERMAIN, 1784. — L'Officine, 1800. bigno sal bot su, f., Lot, .Soc. d'cludes du Lot, 1891. entrencnieu.v. franc., PLATINE, 1548, p. 159.


[51]


vignassou, m., env. de Valence (Drôme), r. p. asperges sauvages, f. pl., £ranç., POUGENS, Art de conserver la santé, 1825, p. 123. (On mange les jeunes pousses de Tannée en guise d'asperges.) ospèrgé sooubache, Aveyr., YAYSS. asperges de gueux,' May., DOTT. Maillezais (Vendée), c. M. PH. TELOT. salsepareille nationale, f., franc., CARIOT. [En. EDMONT. |. gédoublans (— jets de houblon), m., Valenciennes, HECART. \honb, houpès, hobilhon, bret. moderne, ERNALET, Gloss. moy. bret., 374, E. E.]. \houble, houbleenn, bret. vanuetais, L'A,, E. E.]. salicoto, f., Var, AMIC. lovertis, avertis, luùertiga, etc.. nord de l'Italie. (Sur ces noms voyez Homania, 1900, p. 555, 558 et 1902, p. 294.) luvertin, Saluées, EANDI. lubets, asparguls, cervesa, Vall. de Nuria (Catalogne), VAYRKDA. ombrezillos, cuerpo de hombre, espagnol, FUCHSIUS, 1557. Inpolo, ital. — urtizzon, cervèse, ùfe, frioulan, Pin. Iiontmel, hoppe, huppe, moyen néerlandais. hoppe-cruydt, anc. 11 a ni., DOD. hop, hoep, hoppe, hommel, dial. flam. (A. DE C). Voir d'autres noms gallo-romans du houblon dans GILEIERON et EDMONT, Ail. ling. de la Fr., fasc. 15. carte 700. Dans le Gers on emploie les cônes contre les écrouelles, la fièvre, les vers, l'atonie; ils facilitent l'action d'uriner et on s'en sert pour la pierre et la gravelle. — L. BATCAVE. Les chatons sont appelés : coni lupïdi, strobuli lupuli, anc. nomencl. pharmaceutique. HOSENTH. ameuta lupuli, nomencl. pharmac, PEANCHON. cônes du houblon, m. pl., franc., PEANCHON. fleurs du houblon, f. pl., franç., MILLIN, Annuaire du républicain. an II, p. 350. têtes de houblon, f. pl., franc., Aveyron, FORESTIER, Cnrios. pat. du Houergue, 1900, p. 4. flotches di hoùbron, f., waïlon. .1. F. obelon, m., env. de Homont (Suisse rom.), c. p. M. ED. EDMONT. plocas, m. pl., wallon, GRANDG. (D'oùplocagc— épluchage,cueillette du houblon.) plokètes, f. pl., wallon, SEMERTIER


[52]


bulàn, Parme, MAL. plocâhe, f., saison de la cueillette du houblon, wallon, ,L F. Un lieu planté de houblon est appelé : humutetum, humoletum, humiletum, humolentum, humetum, I. du m. à., DIEK. humularium, humlonaria, 1. du m. â., Du G. [Hiumilator = celui qui cultive une houblonnière.j umelage, f., umeau, m., anc. fr.. Du G., VII, 335. houblon/livre, f., anc. fr., doc. de 1535, GOD. — franc, mod. \houpesecg, houbecg, bret. mod., P. GREGOIRE, E. E.|. [houblézêc, f., bret. vannctais, L'A. E. E.]. hommelbetle, hoppebelle, flam. hopbel, hopbol, néerl. (A. DE C). houbire, f., wallon du XVIE s., Wallonia, 1899, p. 124. oubionire, f., namurois, PIRSOUL. hoplochling, hommelland, hommelhof, flam. (A. DE G.). TOPO NO mastique : La lloublonnièrc, La Ilanblonnerie, noms de diverses localités. La LJoublonncrie, Les Houbronnes, La Houbronnière, loc. et lieux dits du Pas-de-Calais. |En. EDMONT.]. Humolariœ, lat. de 947, Cclla humolariensis, lat. du 959, Humoloris lat. du xi'" s , Humbleric, doc. de 1135, Hoinblières, aujourd'hui, loc. de l'Aisne, MATTON. Hombleux, loc. de la Somme, BOCA, Arch. civ. de la Somme, 1883. I, 230. Houplin, Houplines, loc. du dép. du Nord. ONOMASTIQUE : De Lombelon, nom d une famille normande, au moy, âge, .Soc. d'agricult. de l'Eure, 1859, p. 343. De llomblonerie, famille du xm* s.. LE MAIRE, Pari» anc, 1685, I, 33. Honbron, De la Houplière, familles actuelles de Picardie. « On appelle houbtonéte une perche à houblon. » Valenciennes, HÉc. « Perche à houblon, personne maigre et très grande », Saint-Pol (P.-de-C), c. p. M. ED. EDMONT. pîce â hoùbion, slèc (du flamand staak), wallon, J. F. « Les houblons commencent à dépasser les perches, se dit de celui


[53]


qui a trop bu de bière. » Flandre franc., CH. DELEIN, Contes d'un buveur de bière. « R avait pour femme une véritable perche à houblon. » La Gau¬driole, 1894, p. 586. « [Je] l'estreignois [cette femme] en l'ardeur qui m'avoit provoque Mieux que le houbelon n'embrasse L'aubcspine qui l'ayme et dont il est piqué. » Œuvres de Sainl-Amand, 1(42, p. 143. « Le dimanche de la Quasimodo on va chercher des tètes de houblon dont on fait des omelettes pour ce jour-là. » Severac (Aveyr.), FORESTIER, Curios. pat. du Rouergue, 1900, p. 4. Langage des /leurs. — « Le houblon en France symbolise l'injustice parce qu'il étouffe son tuteur, cf. les noms latins lupus, luputns; en pays wallon il symbolise les réjouissances. » Wallonia, 1899, p. 20. « Le houblon signifie : ce que vous voudrez. » Traité curieux des couleurs, 1047, p. 73.