Commelina africana (PROTA) : Différence entre versions

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
 
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
| Sécurité alimentaire= 2
 
| Sécurité alimentaire= 2
 
}}
 
}}
 
 
 
<big>''[[Commelina africana]]'' L.</big>
 
<big>''[[Commelina africana]]'' L.</big>
 
 
__NOTOC__
 
__NOTOC__
 
 
 
{{DISPLAYTITLE:''Commelina africana'' (PROTA)}}
 
{{DISPLAYTITLE:''Commelina africana'' (PROTA)}}
 
 
:Protologue: Sp. pl. 1 : 41 (1753).
 
:Protologue: Sp. pl. 1 : 41 (1753).
  
 
:Famille: Commelinaceae
 
:Famille: Commelinaceae
 
== Synonymes ==
 
 
 
  
 
== Noms vernaculaires ==  
 
== Noms vernaculaires ==  
  
Comméline, comméline africaine (Fr). Yellow commelina, wandering Jew, dayflower (En). Kongwa (Sw).
+
*Comméline, comméline africaine (Fr).
 +
*Yellow commelina, wandering Jew, dayflower (En).
 +
*Kongwa (Sw).
  
 
== Origine et répartition géographique ==  
 
== Origine et répartition géographique ==  
Ligne 39 : Ligne 31 :
  
 
On signale de nombreux autres usages pour ''Commelina africana''. Au Kenya et en Tanzanie, on nourrit le bétail avec les feuilles, en particulier les porcs et les lapins. Les fleurs sont butinées par les abeilles. Au Kenya, on se lave avec une infusion de la plante pour réduire la fièvre et les tiges écrasées sont utilisées pour traiter les rhumes et la toux chez les enfants. Le fluide issu des spathes est appliqué localement pour soigner les maladies oculaires. Les Zoulous d’Afrique du Sud se lavent le corps, en particulier celui d’un enfant, avec une infusion froide pour traiter les insomnies. De la même manière, on asperge une infusion de feuilles sur l’endroit où dort un enfant insomniaque au Zimbabwe. Les Sothos d’Afrique australe ingèrent une décoction de la plante accompagnée de ''Tephrosia capensis'' Pers. pour traiter le “coeur faible” et la nervosité. En R.D. du Congo, on utilise la racine dans le même but. La plante cuite avec ''Haplocarpha scaposa'' Harv., ''Helichrysum pilosellum'' (L.f.) Less. ou la racine de ''Cotyledon decussata'' Sims est administrée par les Sothos comme médicament aux jeunes femmes pour soigner la stérilité. Une infusion de la plante est également absorbée et on frotte ses cendres sur les parties comme charme de fertilité. Au Zimbabwe et en Afrique du Sud, on utilise une concoction de la racine comme traitement contre les maladies vénériennes et pour soigner les femmes qui ont des crampes menstruelles. Cette préparation est également utilisée pour les douleurs du bassin et les affections de la vessie.
 
On signale de nombreux autres usages pour ''Commelina africana''. Au Kenya et en Tanzanie, on nourrit le bétail avec les feuilles, en particulier les porcs et les lapins. Les fleurs sont butinées par les abeilles. Au Kenya, on se lave avec une infusion de la plante pour réduire la fièvre et les tiges écrasées sont utilisées pour traiter les rhumes et la toux chez les enfants. Le fluide issu des spathes est appliqué localement pour soigner les maladies oculaires. Les Zoulous d’Afrique du Sud se lavent le corps, en particulier celui d’un enfant, avec une infusion froide pour traiter les insomnies. De la même manière, on asperge une infusion de feuilles sur l’endroit où dort un enfant insomniaque au Zimbabwe. Les Sothos d’Afrique australe ingèrent une décoction de la plante accompagnée de ''Tephrosia capensis'' Pers. pour traiter le “coeur faible” et la nervosité. En R.D. du Congo, on utilise la racine dans le même but. La plante cuite avec ''Haplocarpha scaposa'' Harv., ''Helichrysum pilosellum'' (L.f.) Less. ou la racine de ''Cotyledon decussata'' Sims est administrée par les Sothos comme médicament aux jeunes femmes pour soigner la stérilité. Une infusion de la plante est également absorbée et on frotte ses cendres sur les parties comme charme de fertilité. Au Zimbabwe et en Afrique du Sud, on utilise une concoction de la racine comme traitement contre les maladies vénériennes et pour soigner les femmes qui ont des crampes menstruelles. Cette préparation est également utilisée pour les douleurs du bassin et les affections de la vessie.
 
== Propriétés ==
 
 
 
  
 
== Description ==  
 
== Description ==  
  
Plante herbacée vivace à racines charnues fusiformes tubérisées ; tige rampante ou zigzaguante. Feuilles disposées en spirale, simples ; gaines des feuilles de 0,8–3 cm de long, teintées de violet, ciliées le long des bords libres ; limbe généralement lancéolé, de 6–11,5 cm × 1,2–2,2 cm, apex aigu, glabre à l’exception des bords ciliés, rarement légèrement poilu, à nervures parallèles. Inflorescence : cyme opposée aux feuilles ; pédoncule de 8–40 mm de long ; spathe de 0,9–2,4 cm de long, bords libres, glabre à l’exception des bords ciliés. Fleurs bisexuées, zygomorphes, jaunes, dépassant rarement le spathe ; pétale inférieur linéaire-lancéolé, d’environ 5 mm × 2 mm, pétales en paires à onglet de 3–4 mm de long, limbe plus large que long, d’environ 4 mm × 6 mm ; trois étamines supérieures stériles, à anthères en croix, étamine médiane à filet de 4–6 mm de long et anthère de 1,5–2 mm de long, les deux étamines latérales (inférieures) à anthères plus petites. Fruit : capsule de 5–6 mm de long, 3-loculaire, à 3–5 graines, les 2 loges ventrales possédant chacune 1(–2) graines (suite à l’avortement des ovules inférieurs), déhiscentes, la loge dorsale contenant 1 graine, indéhiscente. Graines de taille variable, à contour cylindrique-rectangulaire, de 2,2–3,5 mm × 1,3–2 mm, brun foncé ; tégument rugueux (granules farineux) et crevassé ; hile petit, rond.  
+
*Plante herbacée vivace à racines charnues fusiformes tubérisées ; tige rampante ou zigzaguante.
 +
*Feuilles disposées en spirale, simples ; gaines des feuilles de 0,8–3 cm de long, teintées de violet, ciliées le long des bords libres ; limbe généralement lancéolé, de 6–11,5 cm × 1,2–2,2 cm, apex aigu, glabre à l’exception des bords ciliés, rarement légèrement poilu, à nervures parallèles.
 +
*Inflorescence : cyme opposée aux feuilles ; pédoncule de 8–40 mm de long ; spathe de 0,9–2,4 cm de long, bords libres, glabre à l’exception des bords ciliés.
 +
*Fleurs bisexuées, zygomorphes, jaunes, dépassant rarement le spathe ; pétale inférieur linéaire-lancéolé, d’environ 5 mm × 2 mm, pétales en paires à onglet de 3–4 mm de long, limbe plus large que long, d’environ 4 mm × 6 mm ; trois étamines supérieures stériles, à anthères en croix, étamine médiane à filet de 4–6 mm de long et anthère de 1,5–2 mm de long, les deux étamines latérales (inférieures) à anthères plus petites.
 +
*Fruit : capsule de 5–6 mm de long, 3-loculaire, à 3–5 graines, les 2 loges ventrales possédant chacune 1(–2) graines (suite à l’avortement des ovules inférieurs), déhiscentes, la loge dorsale contenant 1 graine, indéhiscente.
 +
*Graines de taille variable, à contour cylindrique-rectangulaire, de 2,2–3,5 mm × 1,3–2 mm, brun foncé ; tégument rugueux (granules farineux) et crevassé ; hile petit, rond.  
  
 
''Commelina africana'' est une espèce variable, au sein de laquelle on distingue de nombreuses variétés. La variété typique, var. ''africana'', est une plante cultivée comme légume. On distingue aisément ''Commelina africana'' des autres espèces de ''Commelina'' grâce à ses fleurs jaunes et non bleues, violacées ou roses. Les fleurs s’ouvrent entre 7–10 heures du matin.
 
''Commelina africana'' est une espèce variable, au sein de laquelle on distingue de nombreuses variétés. La variété typique, var. ''africana'', est une plante cultivée comme légume. On distingue aisément ''Commelina africana'' des autres espèces de ''Commelina'' grâce à ses fleurs jaunes et non bleues, violacées ou roses. Les fleurs s’ouvrent entre 7–10 heures du matin.
 
== Description ==
 
 
 
 
== Autres données botaniques ==
 
 
 
 
== Croissance et développement ==
 
 
 
  
 
== Ecologie ==  
 
== Ecologie ==  
  
 
On rencontre ''Commelina africana'' dans la végétation secondaire, des milieux perturbés et comme adventice dans les cultures. Au Sénégal, il pousse dans les marécages. Après le début des pluies, la plante germe plus tôt que les autres et elle est alors utile comme fourrage après une sécheresse prolongée. Il en va de même pour son utilisation comme légume ; il est disponible plus tôt que les espèces communément cultivées.
 
On rencontre ''Commelina africana'' dans la végétation secondaire, des milieux perturbés et comme adventice dans les cultures. Au Sénégal, il pousse dans les marécages. Après le début des pluies, la plante germe plus tôt que les autres et elle est alors utile comme fourrage après une sécheresse prolongée. Il en va de même pour son utilisation comme légume ; il est disponible plus tôt que les espèces communément cultivées.
 
== Multiplication et plantation ==
 
 
 
  
 
== Gestion ==  
 
== Gestion ==  
Ligne 112 : Ligne 89 :
 
== Auteur(s) ==  
 
== Auteur(s) ==  
  
* W.J. van der Burg
+
* W.J. van der Burg, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
 
+
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
+
  
 
Consulté le {{CURRENTDAY}} {{CURRENTMONTHNAME}} {{CURRENTYEAR}}.
 
Consulté le {{CURRENTDAY}} {{CURRENTMONTHNAME}} {{CURRENTYEAR}}.
  
 
* Voir cette page sur la base de données [http://www.prota4u.org/protav8.asp?fr=1&p=Commelina+africana+L. Prota4U].
 
  
 
[[en:{{PAGENAME}}]]
 
[[en:{{PAGENAME}}]]
 
[[Category:PROTA]]
 
[[Category:PROTA]]
 
[[Catégorie:Légumes (PROTA)]]
 
[[Catégorie:Légumes (PROTA)]]

Version actuelle en date du 12 mai 2018 à 10:54

Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Commelina africana L.


Protologue: Sp. pl. 1 : 41 (1753).
Famille: Commelinaceae

Noms vernaculaires

  • Comméline, comméline africaine (Fr).
  • Yellow commelina, wandering Jew, dayflower (En).
  • Kongwa (Sw).

Origine et répartition géographique

Commelina africana est indigène et répandu en Afrique, on le rencontre du Sénégal à l’Ethiopie et vers le sud jusqu’en Afrique du Sud. On le trouve également en Arabie saoudite, au Yémen et en Australie.

Usages

Au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie, les feuilles sont cuites et consommées comme légume. Elles sont hachées et cuites à l’eau ou dans du lait frais ou aigre. On ajoute des graines de sésame et de la pâte d’arachide pour améliorer la saveur et la consistance. Ce légume est consommé en accompagnement d’un aliment de base comme substitut à des légumes plus appréciés.

On signale de nombreux autres usages pour Commelina africana. Au Kenya et en Tanzanie, on nourrit le bétail avec les feuilles, en particulier les porcs et les lapins. Les fleurs sont butinées par les abeilles. Au Kenya, on se lave avec une infusion de la plante pour réduire la fièvre et les tiges écrasées sont utilisées pour traiter les rhumes et la toux chez les enfants. Le fluide issu des spathes est appliqué localement pour soigner les maladies oculaires. Les Zoulous d’Afrique du Sud se lavent le corps, en particulier celui d’un enfant, avec une infusion froide pour traiter les insomnies. De la même manière, on asperge une infusion de feuilles sur l’endroit où dort un enfant insomniaque au Zimbabwe. Les Sothos d’Afrique australe ingèrent une décoction de la plante accompagnée de Tephrosia capensis Pers. pour traiter le “coeur faible” et la nervosité. En R.D. du Congo, on utilise la racine dans le même but. La plante cuite avec Haplocarpha scaposa Harv., Helichrysum pilosellum (L.f.) Less. ou la racine de Cotyledon decussata Sims est administrée par les Sothos comme médicament aux jeunes femmes pour soigner la stérilité. Une infusion de la plante est également absorbée et on frotte ses cendres sur les parties comme charme de fertilité. Au Zimbabwe et en Afrique du Sud, on utilise une concoction de la racine comme traitement contre les maladies vénériennes et pour soigner les femmes qui ont des crampes menstruelles. Cette préparation est également utilisée pour les douleurs du bassin et les affections de la vessie.

Description

  • Plante herbacée vivace à racines charnues fusiformes tubérisées ; tige rampante ou zigzaguante.
  • Feuilles disposées en spirale, simples ; gaines des feuilles de 0,8–3 cm de long, teintées de violet, ciliées le long des bords libres ; limbe généralement lancéolé, de 6–11,5 cm × 1,2–2,2 cm, apex aigu, glabre à l’exception des bords ciliés, rarement légèrement poilu, à nervures parallèles.
  • Inflorescence : cyme opposée aux feuilles ; pédoncule de 8–40 mm de long ; spathe de 0,9–2,4 cm de long, bords libres, glabre à l’exception des bords ciliés.
  • Fleurs bisexuées, zygomorphes, jaunes, dépassant rarement le spathe ; pétale inférieur linéaire-lancéolé, d’environ 5 mm × 2 mm, pétales en paires à onglet de 3–4 mm de long, limbe plus large que long, d’environ 4 mm × 6 mm ; trois étamines supérieures stériles, à anthères en croix, étamine médiane à filet de 4–6 mm de long et anthère de 1,5–2 mm de long, les deux étamines latérales (inférieures) à anthères plus petites.
  • Fruit : capsule de 5–6 mm de long, 3-loculaire, à 3–5 graines, les 2 loges ventrales possédant chacune 1(–2) graines (suite à l’avortement des ovules inférieurs), déhiscentes, la loge dorsale contenant 1 graine, indéhiscente.
  • Graines de taille variable, à contour cylindrique-rectangulaire, de 2,2–3,5 mm × 1,3–2 mm, brun foncé ; tégument rugueux (granules farineux) et crevassé ; hile petit, rond.

Commelina africana est une espèce variable, au sein de laquelle on distingue de nombreuses variétés. La variété typique, var. africana, est une plante cultivée comme légume. On distingue aisément Commelina africana des autres espèces de Commelina grâce à ses fleurs jaunes et non bleues, violacées ou roses. Les fleurs s’ouvrent entre 7–10 heures du matin.

Ecologie

On rencontre Commelina africana dans la végétation secondaire, des milieux perturbés et comme adventice dans les cultures. Au Sénégal, il pousse dans les marécages. Après le début des pluies, la plante germe plus tôt que les autres et elle est alors utile comme fourrage après une sécheresse prolongée. Il en va de même pour son utilisation comme légume ; il est disponible plus tôt que les espèces communément cultivées.

Gestion

En Ouganda et en Tanzanie, Commelina africana n’est ni cultivé ni protégé localement par les gens. Il est commun comme adventice et de ce fait facilement accessible. Les feuilles sont récoltées pendant la saison des pluies en vue d’une utilisation immédiate. Elles ne sont pas conservées.

Ressources génétiques

Aucun programme d’amélioration et aucune collection de ressources génétiques n’ont été identifiés pour Commelina africana. Du fait de son abondance en Afrique, il n’y a aucun risque d’érosion génétique.

Perspectives

Malgré ses multiples usages, la plante n’est pas commercialisée en Tanzanie. Ce n’est pas un légume très apprécié. Les perspectives pour sa mise en culture semblent faibles.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Katende, A.B., Ssegawa, P. & Birnie, A., 1999. Wild food plants and mushrooms of Uganda. Technical Handbook No 19. Regional Land Management Unit/SIDA, Nairobi, Kenya. 490 pp.
  • Kelbessa, E. & Faden, B., 1997. Commelinaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 6. Hydrocharitaceae to Arecaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 339–374.
  • Maundu, P.M., Ngugi, G.W. & Kabuye, C.H.S., 1999. Traditional food plants of Kenya. Kenya Resource Centre for Indigenous Knowledge (KENRIK), Nairobi, Kenya. 270 pp.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.
  • Tredgold, M.H., 1986. Food plants of Zimbabwe. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 153 pp.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Autres références

  • Kato, C.S., 1996. Pharmacological investigation of one Ugandan medicinal plant: Commelina africana. BSc thesis, Department of Chemistry, Faculty of Science, Makerere University, Kampala, Uganda. 48 pp.
  • Nakaayi-Kiwanuka, W., 1998. Extraction and identification of biologically active compounds from Commelina africana. BSc thesis, Department of Chemistry, Faculty of Science, Makerere University, Kampala, Uganda. 25 pp.
  • Ogwal, E.N.K., 1977. A taxonomic study of the genus Commelina in Uganda. MSc thesis, Department of Botany, Faculty of Science, Makerere University, Kampala, Uganda. 162 pp.
  • Schreiber, A., 1967. Commelinaceae. Prodromus einer Flora von Südwestafrika. No 157. J. Cramer, Germany. 11 pp.
  • Vanden Berghen, C., 1988. Flore illustrée du Sénégal. Monocotylédones et Ptéridophytes. Volume 9. Monocotylédones: Agavacées à Orchidacées. Gouvernement du Sénégal, Ministère du Développement Rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, Senegal. 522 pp.

Auteur(s)

  • W.J. van der Burg, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 12 août 2022.