Chamaesyce articulata (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Révision de 19 août 2020 à 23:06 par Michel Chauvet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Ateramnus lucidus
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Cnidoscolus aconitifolius


[396]

Planche 68 : EUPHORBIACEAE. V. Chamaesyce articulata. A. Rameau avec fleurs et fruits. B. Feuille. C. Fruit. D. Écorce (coupe transversale).
tranche

Chamaesyce articulata (Aubl.) Britton Mem. New York Bot. Gard. 6 : 574 (1916).


Basionyme : Euphorbia articulata Aubl., Hist. Pl. Guiane 1 : 480 (1775).

Synonymes : Euphorbia linearis Retz. (1783) ; Anisophyllum vahlii Klotzsch & Garcke (1860) ; Chamaesyce linearis (Retz.) Millsp. (1916).

Noms vernaculaires : Fr : Bois-lait bord de mer (Guadeloupe) ; Bois lait (Martinique) ; Bois ti lait (Désirade).

Description : Arbuste ou petit arbre dressé mais souvent prostré et rabattu par le vent, pouvant développer un tronc atteignant 11 cm ; le plus souvent inférieur à 4 m de haut. Rameaux noueux (ramification dichotome) ; se détecte de loin dans les fourrés à cause de la couleur argentée glauque du houppier. Pied : pas de pattes. Écorce : épaisseur totale 8-10 mm pour un diamètre de 8-12 cm. Aspect externe : gris cendré, fauve ou noire ; très liégeuse, fortement et irrégulièrement crevassée, ou fissurée longitudinalement anastomosée, type Robinia. Tronc régulièrement annelé transversalement à 3-5 cm d’intervalle. Les anneaux brun clair liégeux s’épaississent en vieillissant. Rhytidome : épais, 6-7 mm, marron ; couche ocre entre liège et écorce vivante. Écorce vivante : tranche rose à structure peu distincte ; latex abondant. Aubier : blanc jaunâtre, mou, cassant, homogène ; rayons très fins subvisibles. Feuilles : très polymorphes,


[399]

en taille et en couleur, opposées à face inférieure glauque, oblongues, le plus souvent linéaires 5-6 × 20-40 mm, presque sessiles. Latex abondant. Fleurs : espèce monoïque ; les fleurs femelles solitaires, axillaires, en petite coupe vert jaunâtre d’où émerge le pistil porté par un pédicelle avec 4 glandes. Phénologie : décidu. Fleurs et fruits toute l’année. Habitat : fréquent sur les rochers et fourrés de bord de mer battus par les embruns ; les sables des cordons littoraux ; les coteaux et plateaux xérophiles calcaires à l’intérieur des terres ; aussi sur sols volcaniques où il semble moins abondant que sur calcaire. Tempérament : xéro-héliophile, saxicole.

Usages : Arbuste très ornemental.

Distribution générale : Bahamas, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles.

Distribution aux Petites Antilles : Toutes les îles sauf : Nevis, Les Saintes (Terre de Bas ? ), Anguilla, St-Barthélemy, Barbade, Grenade.

Matériel examiné : GT : ROLLET 1098, Anse Patate près du Moule (GUAD). MG : ROLLET 379, Saragot, 70 m (GUAD).

Observations : S : Green Island (BOLDINGH). SE : à 50 m d’altitude (BOLDINGH) ; 200 m (STOFFERS). SK : péninsule orientale, 0-100 m (FIARD & ROLLET). At : Sugar Loaf, 150 m ; Willikies, 0-50 m (DAVID & ROLLET). BT : base et pente falaise entre Basse-Terre et Vieux-Fort (ROLLET). GT : Sommet de la Côte entre Haut de la Montagne et Porte d’Enfer au Nord d’Anse Bertrand (ROLLET). Dé : Ravines de Baie Mahault, 150 m, et Chemin de la Montagne ; Plateau, 200 m (DAVID & ROLLET). M : Caravelle, Diamant, Anses d’Arlets (DUSS) ; Base Morne Baguidi, 30 m, en bord de falaise (FIARD & ROLLET). SL : Petit Piton, 250-700 m (ROLLET). Gs : Bequia (HOWARD 1952).

Bibliographie : (*Iconographie ; **Couleur). ADAMS 1972 ; BRITTON & WILSON 1924 ; DUSS 1897 ; FIARD** 1992 ; FOURNET* 1978 ; GOODING and al. 1965 ; HOWARD 1952, 1989* ; LITTLE and al.* 1974 ; STOFFERS 1984.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)
  • 4-(18)-(24)-31-39-45-51-(53)-55-70 (Voir la signification des codes)
  • Bois parfait beige, non différencié de l’aubier, très tendre et très léger (0,40-0,50 g/cm3), à grain très fin.
  • Pores disposés en courtes files radiales, très souvent accolés radialement par 2 à 4, parfois jusqu’à 8, au nombre de 50 à 80 par mm2 et très fins (diamètre moyen de l’ordre de 30 μm). Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires d’environ 6 μm.
  • Parenchyme en cellules isolées disséminées parmi les fibres. Files de cellules composées généralement de 4 éléments.
  • Rayons 1-sériés en majorité, plus quelques uns 3- à 7-sériés renfermant de gros laticifères, au nombre total d’environ 20 par mm, de structure hétérogène : quelques rangées de cellules couchées au centre et plusieurs rangées de cellules carrées aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires identiques en taille aux intervasculaires.
  • Fibres à ponctuations très fines.