Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Caylusea abyssinica (PROTA)

Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Caylusea abyssinica (Fresen.) Fisch. & C.A.Mey.


Protologue: Index sem. hort. petrop. 7 : 41 (1841).
Famille: Resedaceae

Synonymes

  • Reseda abyssinica Fresen. (1837).

Origine et répartition géographique

Caylusea abyssinica est réparti en Afrique orientale, où on le trouve au Soudan, en Ethiopie, au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, en Tanzanie et au Malawi.

Usages

En Tanzanie, les feuilles et tiges tendres de Caylusea abyssinica sont récoltées dans la nature ; une fois lavées et hachées, on les fait cuire et on les consomme en mélange avec d’autres légumes. On y ajoute souvent de la courge, des graines de tournesol ou de chénevis écrasées, ou encore de la pâte d’arachide, et le mélange se mange seul ou en accompagnement d’un aliment de base. En Ethiopie, les feuilles sont également utilisées comme légume cuit. On emploie les feuilles cuites à l’eau pour traiter les maux d’estomac et pour chasser les vers intestinaux. En Afrique de l’Est, les cendres de la plante entière ou une décoction de racines sont utilisées comme remède aux douleurs abdominales. Caylusea abyssinica est également utilisé comme fourrage pour les chèvres et les lapins et parfois il sert de plante ornementale.

Propriétés

En Ethiopie, les graines de Caylusea abyssinica, qui contaminentent les récoltes de tef (Eragrostis tef (Zucc.) Trotter), ont la réputation de rendre la galette de tef (“injera”) amère. Les graines seraient toxiques pour le bétail.

Description

  • Plante herbacée érigée, atteignant 1,5 m de haut, pourvue d’une racine pivotante légèrement ligneuse et d’une tige glabre.
  • Feuilles alternes, les supérieures parfois verticillées, simples, sessiles, les aisselles souvent munies de groupes de petites feuilles ou de courts rameaux ; limbe linéaire à lancéolé-elliptique, de 2–9 cm × 0,5–2,5 cm, bord parfois ondulé, souvent rugueux ou denté.
  • Inflorescence : grappe spiciforme dense, atteignant 40 cm de long, à rachis à côtes aiguës, munie de bractées.
  • Fleurs bisexuées, 5-mères, petites ; pédicelle de 1–2 mm de long ; sépales linéaires, de 1,5–2,5 mm de long ; pétales inégaux, munis d’un onglet, de 3–4 mm de long, blancs, les 2 supérieurs divisés en 4–5 lobes, les autres entiers ou 2–3-lobés ; étamines 10–13, filets de 3 mm de long, anthères rougeâtre vif ; ovaire constitué de 5–7 carpelles libres carénés, soudés à la base et rugueux sur les bords, chaque carpelle portant un court style dentiforme et un stigmate.
  • Fruit constitué de méricarpes étalés en étoile, se fendant longitudinalement.
  • Graines réniformes, d’environ 1,5 mm × 1 mm, brun-noir, finement ridées avec un dessin carrelé.

Le genre Caylusea comprend 4 espèces et est réparti dans la région méditérranéenne ainsi qu’en Afrique du Nord et de l’Est.

Ecologie

Caylusea abyssinica est une adventice non envahissante que l’on trouve dans les savanes herbeuses, les champs, au bord des routes et dans les endroits rocailleux, à 1500–2700 m d’altitude.

Gestion

Caylusea abyssinica est le plus souvent récolté dans la nature, mais lorsque la plante pousse dans les jardins ou autour des maisons, les gens la protègent parfois.

Ressources génétiques

Caylusea abyssinica est répandu et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Caylusea abyssinica restera un légume secondaire. Sa composition nutritionnelle et ses propriétés médicinales nécessitent des recherches.

Références principales

  • Abdallah, M.S., 1967. The Resedaceae. A taxonomical revision of the family. Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 67–8. Wageningen, Netherlands. 98 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.
  • Westphal, E., 1975. Agricultural systems in Ethiopia. Agricultural Research Reports 826. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 278 pp.

Autres références

  • de Wit, H.C.D., 2000. Resedaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 1. Magnoliaceae to Flacourtiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 170–176.
  • Elffers, J. & Taylor, P., 1958. Resedaceae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 6 pp.
  • Robyns, W., 1951. Resedaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 2. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 544–548.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 16 août 2022.

Lire dans une autre langue