Byssus (Cazin 1868) : Différence entre versions

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
(retours paragraphes, Ok)
 
 
(4 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
}}
 
}}
  
 
__TOC__
 
  
 
[233]
 
[233]
  
== Byssus des caves ==
+
Nom accepté : ''[[Trentepohlia aurea]]''
  
  
 
<center>'''BYSSUS DES CAVES.''' ''Byssus cryptarum''. Lam.</center>  
 
<center>'''BYSSUS DES CAVES.''' ''Byssus cryptarum''. Lam.</center>  
 +
  
 
Ce champignon se trouve dans les caves, sur les vieux bois, sur les tonneaux, ou le long du mur. Composé de filaments entrecroisés les uns dans les autres, il forme une espèce de feutre mou, doux au toucher comme de l'amadou, jaunâtre, puis noir ou d'un brun verdâtre, et qui acquiert quelquefois une grande dimension.  
 
Ce champignon se trouve dans les caves, sur les vieux bois, sur les tonneaux, ou le long du mur. Composé de filaments entrecroisés les uns dans les autres, il forme une espèce de feutre mou, doux au toucher comme de l'amadou, jaunâtre, puis noir ou d'un brun verdâtre, et qui acquiert quelquefois une grande dimension.  
  
Lepelletier, pharmacien à l'hôpital de la marine de Rochefort, a, le premier, tiré parti de cette production pour la fabrication des moxas. Après l'avoir lavé et réduit en pâte, il en forma des trochisques et des cônes qui, bien séchés, furent livrés au service de l’hôpital. Il affirme que depuis plusieurs années que l'on se sert de ces moxas, on n'a eu qu'à s'en louer. Suivant Lefebvre (1), ils brûlent sans qu’on ait besoin d'entretenir la combustion par l'insufflation, ce qui leur donne un avantage sur ceux de charpie ou de coton, et, à volume égal, l'eschare qu'ils produisent paraît avoir plus de consistance et plus d'épaisseur que celle qui résulte de l'action des moxas d'armoise ; ils brûlent avec la même lenteur que ces derniers.  
+
Lepelletier, pharmacien à l'hôpital de la marine de Rochefort, a, le premier, tiré parti de cette production pour la fabrication des moxas. Après l'avoir lavé et réduit en pâte, il en forma des trochisques et des cônes qui, bien séchés, furent livrés au service de l’hôpital. Il affirme que depuis plusieurs années que l'on se sert de ces moxas, on n'a eu qu'à s'en louer. Suivant Lefebvre<ref>''Journal de médecine et de chirurgie pratiques'', 1847.</ref>, ils brûlent sans qu’on ait besoin d'entretenir la combustion par l'insufflation, ce qui leur donne un avantage sur ceux de charpie ou de coton, et, à volume égal, l'eschare qu'ils produisent paraît avoir plus de consistance et plus d'épaisseur que celle qui résulte de l'action des moxas d'armoise ; ils brûlent avec la même lenteur que ces derniers.  
 +
 
 +
____________________
 +
 
 +
<references/>
 +
 
  
 
[[Catégorie:Cazin 1868]]
 
[[Catégorie:Cazin 1868]]

Version actuelle en date du 30 novembre 2016 à 18:11

Butome
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Caille-lait


[233]

Nom accepté : Trentepohlia aurea


BYSSUS DES CAVES. Byssus cryptarum. Lam.


Ce champignon se trouve dans les caves, sur les vieux bois, sur les tonneaux, ou le long du mur. Composé de filaments entrecroisés les uns dans les autres, il forme une espèce de feutre mou, doux au toucher comme de l'amadou, jaunâtre, puis noir ou d'un brun verdâtre, et qui acquiert quelquefois une grande dimension.

Lepelletier, pharmacien à l'hôpital de la marine de Rochefort, a, le premier, tiré parti de cette production pour la fabrication des moxas. Après l'avoir lavé et réduit en pâte, il en forma des trochisques et des cônes qui, bien séchés, furent livrés au service de l’hôpital. Il affirme que depuis plusieurs années que l'on se sert de ces moxas, on n'a eu qu'à s'en louer. Suivant Lefebvre[1], ils brûlent sans qu’on ait besoin d'entretenir la combustion par l'insufflation, ce qui leur donne un avantage sur ceux de charpie ou de coton, et, à volume égal, l'eschare qu'ils produisent paraît avoir plus de consistance et plus d'épaisseur que celle qui résulte de l'action des moxas d'armoise ; ils brûlent avec la même lenteur que ces derniers.

____________________

  1. Journal de médecine et de chirurgie pratiques, 1847.