Borassus madagascariensis (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Stimulant Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg



Borassus madagascariensis (Jum. & H.Perrier) Jum. & H.Perrier




Protologue: Ann. Inst. Bot.-Géol. Colon. Marseille sér. 3, 1(1) : 61 (1913).
Famille: Arecaceae (Palmae)
Nombre de chromosomes:

Synonymes

Borassus flabellifer L. var. madagascariensis Jum. & H.Perrier (1907).

Noms vernaculaires

Madagascar Palmyra palm (En). Rônier de Madagascar (Fr).

Origine et répartition géographique

Borassus madagascariensis est endémique de Madagascar.

Usages

Le cœur de palmier est consommé. Les plantules qui viennent de lever sont consommées fraîches, ou cuites dans une sorte de bouillie très appréciée. La moelle de la tige fournit une substance légèrement amère ressemblant au sagou, qui est également consommée. Les tiges évidées étaient jadis utilisées comme récipients. Une boisson alcoolisée est produite avec les fruits. On ne signale pas de production de vin de palme à partir de Borassus madagascariensis, contrairement aux espèces de Borassus du continent africain, qui en sont des sources notoires. Borassus madagascariensis est parfois cultivé comme ornemental.

Production et commerce international

Propriétés

Les graines contiennent une huile riche en acides gras insaturés. Aucune autre donnée n’est disponible sur la composition chimique de Borassus madagascariensis. Cependant, les jeunes pousses de l’espèce apparentée Borassus flabellifer L. d’Afrique continentale, qui est principalement utilisée pour la production de vin de palme, contiennent par 100 g de partie comestible : eau 69,5 g, énergie 431 kJ (103 kcal), protéines 2,7 g, lipides 0,2 g, glucides 24,4 g, fibres 2,2 g, Ca 18 mg, P 140 mg, thiamine 0,05 mg, riboflavine 0,18 mg, niacine 0,9 mg, acide ascorbique 8 mg (Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968).

Description

Palmier à tronc solitaire de 10–16 m de haut, de 40–60 cm de diamètre, avec un renflement atteignant 75 cm au milieu ou au-dessus. Feuilles 12–20 en couronne, disposées en spirale, atteignant 5 m de long, composées palmées ; pétiole de 2–3 m de long ; segments 60–95, de 1,2–2 m × 4–9 cm, ondulés. Inflorescence unisexuée ; inflorescence mâle d’environ 1,5 m de long, à ramifications de 1–2 ordres, contenant 4–14 inflorescences partielles, pédoncule de 20–60 cm de long, bractées 2–4 atteignant 40 cm de long ; inflorescence femelle non ramifiée, d’environ 1,2 m de long, pédoncule d’environ 35 cm de long, bractées 9–10, atteignant 50 cm de long. Fleurs unisexuées, 3-mères ; fleurs mâles à 6 étamines ; fleurs femelles à ovaire supère, 3 -loculaire, arrondi. Fruit : drupe subglobuleuse, de 15–18 cm de diamètre ; pyrènes 3, ayant la forme du tiers d’un globe, d’environ 12 cm × 8–12 cm × 5–7 cm. Graines de 6,5–8,5 cm × 7–7,5 cm × 5–5,5 cm.

Borassus sambiranensis Jum. & H.Perrier, également de Madagascar et probablement conspécifique avec Borassus aethiopum Mart., est utilisé de la même façon que Borassus madagascariensis.

Description

Autres données botaniques

Croissance et développement

Ecologie

Borassus madagascariensis est présent au bord des rivières sur sols alluviaux à basses altitudes.

Multiplication et plantation

Gestion

Borassus madagascariensis se multiplie par graines. Celles-ci sont vendues en faibles quantités sur le marché international. Il y a environ 3 graines pour un kg.

Maladies et ravageurs

Récolte

Rendement

Traitement après récolte

Ressources génétiques

Le statut de conservation de Borassus madagascariensis est évalué comme “vulnérable” sur la liste rouge des plantes menacées de l’UICN. Bien qu’il soit connu du plusieurs localités, son habitat initial sur l’ensemble de son aire de répartition a été presque totalement détruit. On n’en connaît pas de collections de ressources génétiques.

En plus des 15 arbres présents dans la région de Sambirano à Madagascar, on ne connaît que quelques individus de Borassus sambiranensis situés à Mayotte.

Sélection

Perspectives

Borassus madagascariensis est un palmier attrayant, mais qui n’a pas de qualités particulières par rapport à l’espèce plus commune Borassus aethiopum. Les usages n’ont qu’une importance locale. Borassus sambiranensis a souvent un renflement caractéristique au milieu du tronc, qu’on observe également chez les Borassus aethiopum d’Afrique de l’Est, ce qui le rend plus intéressant comme arbre ornemental. La collecte de graines dans la nature pour le commerce international est à déconseiller.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • Dransfield, J. & Beentje, H.J., 1995. The palms of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew and The International Palm Society, United Kingdom. 475 pp.
  • Jumelle, H., 1945. Palmiers (Palmae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 30. Imprimerie Officielle, Tananarive, Madagascar. 180 pp.
  • Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968. Food composition table for use in Africa. FAO, Rome, Italy. 306 pp.
  • Rabarisoa, I., Bianchini, J.P. & Gaydou, E.M., 1988. Etude comparative des lipides de Palmiers spontanés de Madagascar. Bulletin de l’Académie Malgache 66(1–2): 143–155.

Autres références

  • Davies, R.I. & Pritchard, H.W., 1998. Seed conservation of dryland palms of Africa and Madagascar: needs and prospects. Forest Genetic Resources 26: 36–43.
  • Haynes, J. & McLaughlin, J., 2000. Edible palms and their uses. Fact Sheet MDCE-00-50, UF/Miami-Dade County Extension office, Homestead, United States. 13 pp.
  • Johnson, D.V. (Editor), 1996. Palms: their conservation and sustained utilization, status survey and conservation action plan. IUCN /SSC Palm Specialist Group, Gland, Switzerland. 116 pp.
  • Walter, K.S. & Gillett, H.J. (Editors), 1998. 1997 IUCN red list of threatened plants. IUCN, Gland, Switzerland. 862 pp.

Sources de l'illustration

Auteur(s)

  • W.J. van der Burg

PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 2 juillet 2022.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.