Argémone (Cazin 1868)

De PlantUse Français
Révision de 18 janvier 2013 à 08:30 par COGNEAUX Christian (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Tournepage |titre=Cazin, ''Traité des plantes médicinales'', 1868 |titrepageprécédente=Arabette (Cazin 1868) |nomcourtpr... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Arabette
Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
Argentine

[76]

ARGEMONE. Argemone Mexicana. L.

Argemone versicolor. SPINOSA. —• Ectrus trivialis.

Pavot du Mexique, — pavot épineux, — chardon bénit des Américains, — figue du diable,

— infernale.

PAPAVÉRACÉES. Fam. nat. — POLYANDRIE MONOG-YNIE. L.

L'argemone, plante annuelle, est, comme l'indique son nom, d'origine mexicaine; elle est cultivée en France comme plante d'ornement, et dans les jardins botaniques, d'où elle s'est répandue spontanément-dans nos pro- vinces méridionales.

[Description.— Tige rameuse, épaisse, haute de (T.35 à Qm.40. — Feuilles alternes, larges, semi-amplexicaules, déchiquetées. — Fleurs jaunes, grandes. — Calice à deux ou trois sépales. — Corolle à quatre ou cinq pétales arrondis, préfloraison, chiffonnée. — Etamines hypogynes très-nombreuses, pistil avec un style très-court. — Stigmate petit, rayonnant. — Fruit : capsule ovoïde, épineuse, s'ouvrant au sommet en cinq valves incomplètes. — Graines petites, rondes et noires.

Récolte. — On récolte les feuilles au moment de la floraison, les graines à la maturité du fruit.

Culture. — Se sème en place au printemps, demande un sol léger, une exposi- tion chaude.

Parties usitées. — Feuilles, fleurs, graines.

Propriétés physiques et chimiques. — L'argemone froissée exhale une odeur vireuse prononcée ; le suc de cette plante fraîche est jaune et rappelle celui de la chélidoine ; les graines fournissent par expression une huile grasse un peu acre qui peut servir pour l'éclairage.]

PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES ET DOSES. Semences en infusion, 8 grammes pour 500 grammes d'eau.

(Cette papavéracée, dont l'action est méconnue, ou à peu près, parmi nous, jouit d'une certaine faveur dans son pays natal. Les feuilles, les fleurs. les capsules y sont employées comme pectorales, anodines et narcotiques. Les semences, en infusion, sont purgatives pour les Mexicains, vomitives pour les habitants des Indes, où elles remplacent l'ipécacuanha. Ferrein raconte que les nègres du Sénégal boivent la décoction de ses racines contre la gonorrhée.

Le suc de la plante fraîche est administré dans les maladies cutanées re- belles. A l'extérieur, ce suc est employé contre les verrues comme caus- tique, contre les plaies de mauvaise nature comme modificateur, et, ce qui le rapproche davantage du suc de la grande éclaire, aux Etats-Unis, on l'in- stille dans l'oeil dans les affections oculaires. Les semences fournissent une huile utilisée pour les usages domestiques, et comme topique, sur la tête, dans les érythèmes solaires.

Voilà, certes, une énumération de propriétés digne d'exciter les médecins du midi de la France à s'assurer par eux-mêmes de la réalité de l'action de l'argemone.)